Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Osons François Ozon

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 3]

26 Re: Osons François Ozon le Mar 23 Sep - 11:13

Phil a écrit:J’avais trouvé Jeune et Jolie très bien, mais sans retrouver le frisson des films ozonesques que j’adore ; j’avais pas aimé Dans la Maison, par contre. Potiche, c’est un peu Huit Femmes en moins bien.
J'ai réussi à regarder Jeune et jolie jusqu'au bout mais ça a été très vite oublié.
Et quand on sait ce que je pense de Huit femmes, ça donne une idée pour Potiche Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

27 Re: Osons François Ozon le Mar 23 Sep - 11:26

Phil


Admin
Si ça se trouve, tu préfèrerais Potiche ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

28 Re: Osons François Ozon le Mar 23 Sep - 11:41

Eh, si tu link à partir de Twitter, va falloir qu'on fasse attention à ce qu'on dit

Voir le profil de l'utilisateur

29 Re: Osons François Ozon le Mar 23 Sep - 12:00

Phil


Admin
Depuis quand ça nous gêne ? Laughing
On peut dire par exemple : tant mieux que Le Besco n'apparaisse que 5 minutes (grand max), ça évite d'avoir à en dire du mal !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

30 Re: Osons François Ozon le Mar 23 Sep - 12:06

Phil


Admin
(et je crois que tu surestimes ma représentation sociale, mouarf)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

31 Re: Osons François Ozon le Mar 23 Sep - 15:42

Moi, j'ai bien aimé Potiche.

Voir le profil de l'utilisateur

32 Re: Osons François Ozon le Mar 23 Sep - 15:45

Phil


Admin
Ah mais moi aussi ! Juste, je trouve quand même que c'est du 8 Femmes light... Mais j'ai trouvé ça super drôle, surtout.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

33 Re: Osons François Ozon le Mar 12 Jan - 19:44

Phil


Admin
Sortie de Frantz, le nouveau Ozon (avec Pierre Niney) : 14 septembre

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

34 Re: Osons François Ozon le Mar 31 Mai - 14:35

Phil


Admin
La bande-annonce de Frantz (comme le disait Ozon hier : "mon premier film en noir et blanc, et mon premier film en allemand". à part ça, ça sent le pur Ozon !)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

35 Re: Osons François Ozon le Mar 13 Sep - 23:58

Phil


Admin
Bon, ce FRANTZ ne restera pas comme un des meilleurs films d'Ozon. C'est un chouïa trop long, un poil didactique par moments (genre "j'appuie bien mes idées au rouleau-compresseur alors que tout le monde avait bien compris")... et puis on est forcément déçu par l'explication, quand on connaît le réalisateur, mouarf !

Mais bon, c'est quand même très bien. Le film parvient souvent à transcender son côté académique, par le gimmick du retour à la couleur de temps en temps, par le traitement froid et clinique de l'histoire... On retrouve les thèmes habituels d'Ozon - le secret, le culte du mensonge, la quête d'identité, les personnages qui s'inventent leur propre vie... - et ses références de toujours - Hitchcock, Sirk... - mais avec un regard assez nouveau.
Et puis, c'est super beau, visuellement. Quant à la jeune Paula Beer, qui hérite finalement du rôle principal en évitant d'être écrasée par la présence fantomatique de Frantz et la présence bien réelle à l'écran de l'autre de l'Académie Française, elle n'a pas volé son prix d'interprétation à Venise : elle est excellente. (et carrément agréable à regarder, ce qui ne gâche rien). Pierre Niney, lui, est étonnant de sobriété.

A 2-3 exceptions près, le cinéma d'Ozon est toujours enthousiasmant et intriguant. Celui-là ne faillit pas à la règle, même si on aurait bien aimé y trouver plus de folie.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

36 Re: Osons François Ozon le Mer 14 Sep - 10:39

Plein de bonnes excuses pour ne pas le regarder Wink

Voir le profil de l'utilisateur

37 Re: Osons François Ozon le Mer 14 Sep - 11:05

Phil


Admin
Ah... moi je vois surtout plein de bonnes raisons de le voir !
(sachant qu'une seule suffit : Paula Embarassed )

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

38 Re: Osons François Ozon le Mer 14 Sep - 17:38

Tu t'obtuses de plus en plus en vieillissant, Cédric.

Je suis allé voir Star Trrk, je n'en suis pas mort

Voir le profil de l'utilisateur

39 Re: Osons François Ozon le Mer 14 Sep - 17:54

Phil


Admin
Par contre, Les Profs 2, on a failli y passer !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

40 Re: Osons François Ozon le Mer 14 Sep - 20:47

Oui, c'est vrai, mais ce qui ne tue pas rend plus fort Very Happy Very Happy

Pour aller voir les profs 3 par exemple

Voir le profil de l'utilisateur

41 Re: Osons François Ozon le Mer 14 Sep - 21:03

Phil


Admin
Ah ouais, faudra pas louper ça !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

42 Re: Osons François Ozon le Jeu 15 Sep - 9:33

Y a des centaines de films que j'aimerai voir et que je n'ai pas le temps de regarder donc je ne vais pas perdre mon temps à regarder des trucs qui ne m'intéressent pas.
Y a rien d'obtus là-dedans ... d'ailleurs en parlant de ça, j'ai fini Braquo hier soir et c'était très bien Wink

Voir le profil de l'utilisateur

43 Re: Osons François Ozon le Jeu 15 Sep - 16:30

Mais Braquo, j'ai pas rejeté d'avance. J'ai pas réussi à dépasser les premières 20 mn, nuance

Voir le profil de l'utilisateur

44 Re: Osons François Ozon le Ven 16 Sep - 11:44

J'ai vu 3 ou 4 Ozon. Je pense que c'est largement assez pour se faire une idée du réalisateur ...

Voir le profil de l'utilisateur

45 Re: Osons François Ozon le Ven 16 Sep - 14:03

Euh oui, si ton but est de te faire une idée d'un réalisateur (par exemple si tu as une thèse à écrire :-) ). Mais si ton but est de voir un bon film, ça marche pas bien avec Ozon, qui a une filmographie très eclectique.

A l'inverse d'un Dolan, où (pour le moment) si tu aimes pas deux films que tu as vu, je ne vois pas trop comment tu pourrais aimer les autres, Ozon fais des films vraiment sans rapport les uns aux autres, y compris d'un point de vue stylistique. Je ne suis pas un inconditionnel d'Ozon, je ne vais d’ailleurs pas tous les voir en fonction des sujets, ou des acteurs. Mais enfin, celui-ci, même si j'en des réserves, je vois pas comment on peut dire qu'on ne va pas y trouver un intéret parce qu'on a detesté 8 femmes !

Voir le profil de l'utilisateur

46 Re: Osons François Ozon le Ven 16 Sep - 14:45

Phil


Admin
Alors là, je suis 100% d'accord.
Même si on peut trouver des points communs et des thèmes ou références qui traversent quasiment tous ses films, c'est quand même un mec dont on ne peut jamais dire avant visionnage à quoi ça va ressembler.
(et je dis ça en tant qu'inconditionnel d'Ozon dont je vais voir tous les films... et arrive quasiment à chaque fois à être surpris !)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

47 Re: Osons François Ozon le Ven 16 Sep - 16:17

A part Swimming Pool qui était pas mal, tous les autres m'ont passablement ennuyé à fait chier. Son univers, ses thématiques, son style ne me passionnent pas, éclectisme ou pas. 

Accessoirement 8 femmes (dont je n'ai pas parlé) n'est pas le pire.

Voir le profil de l'utilisateur

48 Re: Osons François Ozon le Ven 16 Sep - 16:31

Phil


Admin
Oui, on pourrait même dire que c'est son meilleur film Laughing

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

49 Re: Osons François Ozon le Ven 16 Sep - 21:59

J'ai donné 8 femmes comme un exemple, sans savoir ce que tu en pensais (moi, d'ailleurs, je l'adore :-) )

Voir le profil de l'utilisateur

50 Re: Osons François Ozon le Dim 11 Déc - 19:42

Phil


Admin
8 Femmes que j'ai revu hier en BR, et qui est bien toujours mon Ozon préféré !
(me suis rendu compte, avec mes listes de psyman, que je l'avais revu qu'une seule fois il y a 10 ans...)

Du coup, j'ai relu après l'avis que j'avais écrit pour Ciao après visionnage au cinéma.
Marrant comme, avec le recul, la partie replaçant Ozon au sein du cinéma français de l'époque n'est plus vraiment d'actualité par rapport à la suite de sa carrière. Par contre, je changerais pas un mot sur la partie "analyse filmique" !


Débutant d’une manière purement théâtrale, « 8 femmes », le dernier film du jeune prodige François Ozon, est pourtant l’une des plus belles déclarations d’amour au cinéma que j’ai jamais vue. Un film dont on ressort heureux, et quand on est purement cinéphile comme moi, confiant dans la qualité de cet art. Ce petit miracle d’équilibre (à tout moment le film pourrait basculer dans la démonstration, dans le ridicule, dans l’exercice de style, et pourtant ce n’est jamais le cas) est dû au scénario incroyablement ciselé, à la réalisation absolument superbe, et bien sûr à l’incroyable brochette d’actrices qui tiennent les rôles principaux.

Un soir d’hiver, pas loin de Noel, dans une grande maison bourgeoise. En attendant que l’homme de la maison se réveille, on fait la connaissance de sa femme, ses deux filles, dont l’une revient après un an d’absence et des deux bonnes de la maison. Se trouve aussi hébergées la mère et la sœur de la maitresse de maison, ce qui ne va pas sans heurts. Surtout lorsqu’on découvrira le cadavre de l’homme assassiné dans son lit. Laquelle avait le plus intérêt à le tuer, entre les conflits d’argent et les passions ? L’affaire se complique encore quand la sœur du mort fait irruption dans la maison après un mystérieux coup de téléphone, et qu’elles se rendent vite compte que toute liaison avec l’extérieur est impossible.

J’ai bien souvent loué ici l’incroyable vitalité du jeune cinéma européen et principalement français, depuis quelques années. J’avais malheureusement oublié de citer le nom de François Ozon, que j’avais découvert en vidéo avec son premier film, la petite bombe « Sitcom ».
Depuis « Sous le sable », son film précédent, le grand public semble avoir découvert ce jeune réalisateur. De même, la critique, qui jusqu’ici gardait un silence gêné devant ses délires cinématographiques, est maintenant totalement acquise au petit génie grâce à ce drame d’une noirceur ahurissante. Ainsi, par cette double reconnaissance, Ozon a pu monter un projet-concept complètement dingue comme on en voit rarement dans notre cinéma, et promis d’avance à un succès assuré auprès du public et de la profession.

C’est oublier qu’avant de parader dans les cercles de l’intelligentsia, Ozon nous explosait déjà les mirettes avec ses courts et long métrages incroyablement maîtrisés et fascinants, dans lesquelles il dévoilait en plus que son nom de famille n’était pas vain.
Dans Sitcom, une famille bourgeoise modèle s’adonne à tous les vices (inceste, sado masochisme, partouzes dans les chambres des enfants) et se découvre des comportements sexuels et sociaux troublants (le fils se découvre homosexuel et fait défiler tous les jeunes minets de la ville dans sa chambre sous le regard de la bonne qui se masturbe), avant que le père se transforme en rat géant voulant dévorer sa progéniture !
Dans « Les amants Criminels » (son plus beau film et son plus grand échec commercial), deux jeunes à l’esprit et la sexualité dérangés en tuent un autre et se retrouvent dans leur fuite prisonnier d’un ogre qui les séquestre, les oblige à manger de la chair humaine et amène le garçon à coucher avec lui.
Dans « Gouttes d’eau sur Pierres brûlantes », un écrivain homosexuel rassemble autour de lui une faune hétéroclite de personnages dont une jeune lolita (déjà interprétée par Ludivine Sagnier) et un transsexuel, dans le but d’écrire son dernier roman
Et je vous passe la liste de perversions et de provocations de la plupart de ses court-métrages, tous passés sur Arte, si ce n’est pour vous dire de vous concentrer principalement sur « Une robe d’été » (magnifique de frustration sexuelle), et « Regarde la mer » dans lequel une femme laisse son bébé sur la plage pour aller se faire prendre dans la forêt par un amant de passage. 

Chez François Ozon, la provocation n’est jamais gratuite, toujours liée à la satire de nos moeurs et de nos sociétés. Alors, même si son assagissement avec « Sous le sable » m’avait surpris, ce film n’en parle pas moins d’un cas de nécrophilie virtuel, et constitue par là même un film d’amour fou absolument sublime.
Et de même pour ce « 8 femmes », qui s’apparente au départ à une comédie policière banale, mais est au final une étude psychologique de tous les travers et dérèglements de la famille et de la société, à nouveau ces thèmes qui courent tout au long de son œuvre.

A la manière d’un Claude Chabrol (auquel le film fait énormément penser), en partant de la description banale d’une famille bourgeoise typique, Ozon va s’amuser au fur et à mesure du film à introduire sans arrêt de petits grains de sable dans la psychologie et le comportement de ses personnages féminins. Au final, chacune des actrices aura dynamité de l’intérieur ses apparences pour se transformer en monstre social. Sans vouloir dévoiler le final, cette analyse est à la fois le procédé du film, et ce qu’il raconte (vous verrez lors de l’explication).

Au début du film, on se retrouve plongé dans une ambiance désuète de bourgeoisie coquette, avec ces femmes luxueusement habillées et maquillées, qui vivent dans une riche demeure, se comportent et se parlent comme dans les milieux les plus huppés. Cet aspect théâtral et foncièrement kitch sert à Ozon à instaurer une forme de « normalité » absolue dans ce qu’on nous montre à l’écran, et en même temps un caractère factice qui subsistera tout au long de la vision. Et puis, très vite, on découvre le cadavre du père. Dès lors, toutes les mesquineries, toutes les accusations, tout les faux-semblants, trahisons et mensonges des unes et des autres vont être révélées. Chacune a en effet des choses à cacher, des secrets enfouis, des comportements honteux qui vont ressortir au gré des mises en accusations et vont entraîner toutes ces femmes à se déchirer et se battre comme des lionnes pour défendre leurs petits intérêts mesquins.

Tout l’intérêt du scénario vient de ce formidable exercice de manipulation et d’ironie. Comme au Cluedo ou dans les enquêtes de Sherlock Holmes ou Hercule Poirot, le film fonctionne en nous fournissant indices et fausses pistes à un rythme soutenu. Impossible de deviner la fin avant qu’elle ne survienne, impossible de ne pas soupçonner tour à tour l’une ou l’autre, en clair, impossible de ne pas tomber dans les pièges qu’Ozon nous a tendus. Toutes les deux minutes, je le soupçonnais de ricaner dans mon dos devant les réactions qu’il provoque !!! J’adore personnellement ce genre de film-piège ou film-jeu, comme je les appelle, qui, quand il est bien fait (Le Limier, Usual Suspects, The Game…) provoque un plaisir de spectateur rare. Ici, c’est une vraie jubilation de se laisser entraîner dans le labyrinthe du scénario.

L’aspect « enquête » de l’histoire se double aussi d’une étude de mœurs très fine sur un milieu qui finalement n’est pas aussi répandu que ça. Car les personnages d’Ozon sont totalement iconiques, et si l’histoire se déroule dans un milieu bourgeois, il aurait très bien pu en être de même dans n’importe quelle couche sociale.
Et Ozon utilise ici un humour noir qui fait mouche à chaque fois, en revenant sur des principes de base du comique (le coup de bouteille sur la tête, je pensais que ma voisine dans le ciné n’allait jamais s’en remettre !), et en jouant sur des dialogues ciselés à merveille, plein d’ironie, de bons mots et de mordant. En plus, il ajoute l’absurde de séquences chantées ou tour à tour chacune des 8 actrices se lance dans une reprise d’un morceau de variété, chorégraphies à l’appui (à tomber par terre : Emanuelle Beart qui danse lascivement sur « Pile ou face » de Corinne Charby, merveilleux !!!). Ces intermèdes, s’ils peuvent sembler complètement incongrus au départ, amène un souffle de délire bienvenu à la noirceur générale du film. Car même si l’on rit beaucoup, c’est souvent aux dialogues grinçants qu’on le doit…

Bien sûr, on entend parler partout de ce formidable lot d’actrices que le jeune réalisateur a pu rassembler dans son film. C’est vrai qu’il y a quasiment tout le gratin des grandes actrices représentantes d’une certaine qualité française, sur plusieurs générations et avec un passage de témoin aux jeunes qui montent. Et elles jouent toutes formidablement bien. Mention spéciale tout de même à Huppert et Béart, qui se détachent largement du lot, ce qui semblait à peu près évident avant même de voir le film. Toujours pour en rajouter dans le théatral et le délire, chacune d’elle surjoue un peu, poussant toujours le bouchon légèrement trop loin dans le ton de la voix ou les mimiques, et c’est un vrai régal.

Au-delà du grain de folie de leurs personnages, chacune fait ce qu’elle sait faire de mieux, et on joue donc à nouveau de cette familiarité pour introduire les dérèglements.
Deneuve est extraordinaire en bourgeoise coincée et hautaine, mais aussi usée par la vie. Huppert peut paraître déplacée au départ en hystérique aigrie et méchante, mais ce n’est jamais qu’un parallèle à son rôle dans cet autre incroyable tollé contre la bourgeoisie qu’est « La Cérémonie » de Chabrol. Emmanuelle Béart joue une bonne nymphomane toute droit sortie d’un film de boules (oh ouiiiii !!!) avec une aisance incroyable, surtout lorsqu’elle se lâche pour faire apparaître un personnage bien plus profond qu’on le pensait. Fanny Ardant vampe à mort mais sait aussi se montrer sensible et décalée. Firmine Richard est une révélation pour moi et joue très bien dans un registre de brave bonne métisse débonnaire. Danielle Darrieux extrapole avec bonheur sur ces rôles récents de mamie idéale. Virginie Ledoyen est énervante juste comme il faut en petite fille modèle, et Ludivine Sagnier très touchante dans son rôle de vilain petit canard.

Je parlais en début d’avis de déclaration d’amour au cinéma. Bien sûr, cela passe à travers les actrices, devant lesquelles Ozon est visiblement en extase, vu qu’il les filme comme des déesses au milieu de tentures et de voilures superbes.
Mais cela passe aussi par l’hommage à une certaine forme classique de cinéma. J’ai déjà cité ici comment Chabrol semble être une grande source d’inspiration thématique et visuelle dans ce film. Mais on ne peut surement pas passer à côté de LA référence la plus forte (qui est aussi majeure chez Chabrol, tiens…) : Hitchcock. Même si j’entends couramment dire autour de moi des stupidités genre « ah ben Hitchcock ça a quand même vachement vieilli, ça n’a pus d’intérêt maintenant », il s’avère que le gros Alfred sera éternellement un modèle pour les réalisateurs du monde entier. Il a réinventé la grammaire cinématographique et instauré des modèles de mise en scène qui resteront toujours d’actualité. Ici, il n’y a qu’à voir le mouvement de caméra lors de la montée des marches d’Isabelle Huppert, la manière d’emprisonner les actrices dans le plan, l’utilisation de la musique, et tout un tas d’éléments graphiques (les tableaux, la blondeur de Béart etc….) et de références à Rebecca ou Soupçons pour y lire le tribut qu’Ozon paye au maître. Au-delà de ça, c’est tout le cinéma policier américain des années 40-50 qui est convoqué ici, ne serait-ce que par l’homme flagrant au Gilda de Charles Vidor.
Et ceci se poursuit dans le mélange des genres (impossible de déterminer la catégorie précise du film) qui survole donc le policier classique, mais aussi la comédie musicale, la comédie tout court, l’étude de mœurs et bien d’autres choses encore.

Tout ça est appuyé par une réalisation techniquement irréprochable. A partir d’un parti pris de saturer les couleurs au maximum, Ozon tire des plans d’une beauté hallucinante. Toujours précis, ses cadrages et ses discrets mouvements de caméra sont toujours au service de l’histoire et des actrices. Il est en cela aidé par un montage d’une très grande qualité. Il suffit de voir la très grande scène où chacune des femmes décrit son alibi pour la nuit passée, pour y voir la démonstration de sa grande force technique. Cette scène est totalement constituée de gros plans successifs sur les visages des 8 femmes, qui s’intercalent idéalement dans un montage « cut » du plus bel effet.

Tout ceci nous amène jusqu’à un final très joli, où nous sera dévoilé l’explication finale. On m’avait dit avant de voir le film que ce final était raté, je le trouve au contraire très bon. L’explication est la seule qui pouvait être donnée, et les dernières minutes sont très belles.
C’est alors que se dévoile toute l’ironie du film, avec la chanson « Il n’y a pas d’amour heureux » de Brassens, où Ozon fustige le sentiment amoureux. Pour lui, l’amour n’existerait donc que dans l’art (fait avec amour, par des gens amoureux, pour les amoureux de l’art).
Ce film en est l’une des plus belles démonstrations. 

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum