Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BLOC PARTY

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 3]

26 Re: BLOC PARTY le Mar 1 Déc - 23:43

Phil


Admin
De retour du concert de BP - j'en parle demain !
(teasing : c'était très bien Laughing)


Et le nouveau single, The Good News - qu'ils nous ont jouée ce soir. 8 nouvelles chansons, quand même...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

27 Re: BLOC PARTY le Mar 1 Déc - 23:56

Phil


Admin
Vu qu'on était dans le coin, on est passé devant le Bataclan en sortant... ça fout quand même bien les boules.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

28 Re: BLOC PARTY le Mer 2 Déc - 8:21

Phil


Admin
Setlist (en gras, les nouvelles chansons)

Eden
Hunting for Witches
Positive Tension
Virtue
The Good News
Song for Clay (Disappear here) ('Björk - Big Time Sensuality' Intro cover)
Banquet
One More Chance
Different Drugs
Octopus
So He Begins to Lie
Ratchet
Exes
Flux

The Love Within
So Real
Helicopter
This Modern Love

She's Hearing Voices

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

29 Re: BLOC PARTY le Mer 2 Déc - 10:37

Phil


Admin
Nous étions donc sortis en couple hier à l'Alhambra (dans le dixième pas loin du Bataclan, même pas peur !) pour le concert sold-out de Bloc Party annonçant le nouvel album pour le 29 janvier prochain. (on peut supposer qu'il y aura une "vraie" tournée ensuite; j'y retournerai probablement s'ils repassent par chez nous).

Enfin, d'une moitié de Bloc Party... puisque cette tournée est la première avec la nouvelle composition du groupe n'ayant gardé que Kele Okereke et Russel Lissack de la formation de base.

Commençons donc par les sujets qui "fâchent" :

1/ Louise Bartle (21 ans seulement !) à la batterie et Justin Harris à la basse/synthés/choeurs ne remplaceront jamais Matt Tong (qui était déjà parti à la fin de la tournée précédente, remplacé par une autre batteuse féminine, celle de Hot Chip) et Gordon Moakes dans le coeur des fans du groupe qui les suivent depuis le début (ou même un peu après). Mais franchement, ils n'ont pas à rougir de leurs prestations au sein d'un groupe dans lequel ils se sont semble-t-il bien intégrés. Bartle est bien moins démonstrative que son prédécesseur (et elle ne se met pas torse-nu dès la seconde chanson, dommage Laughing), et moins spectaculaire dans son jeu - en même temps, égaler la vitesse et la puissance de Tong, c'était peine perdue ! Mais elle assure sans démériter les parties de batterie complexes des anciennes chansons tout en prolongeant le style heurté du groupe sur les nouvelles. Quant au remplacement de Moakes par Harris, on n'y voit que du feu. Enfin, on n'y entend aucune différence, Diane dirait que visuellement, on y perd beaucoup Smile

2/ Les nouvelles chansons, 7 au concert d'hier. On pouvait craindre deux choses ces derniers mois : que la nouvelle formule du groupe aboutisse à un affadissement du style, et que Kele impose une orientation plus électronique venue de ses albums solo et présente dans le premier single The Love Within (excellent, cela dit).
De ce qu'on a pu entendre en live, il n'en est rien. Les nouvelles chansons s'intègrent parfaitement aux côtés des anciennes. Evidemment, ces dernières remportent bien plus de suffrages et d'applaudissements auprès du public, parce qu'on les connaît et qu'on les aime - comment résister au plaisir de s'emballer sur un Helicopter ou Flux ? Mais on reconnait bien la patte BP, sous toute sa diversité, dans ces nouveaux morceaux. The Love Within et le nouveau single The Good News font déjà figure de futurs classiques, purement dans la lignée des albums précédents. Pour les autres, on retrouve l'habituel équilibre entre des chansons lentes et atmosphériques (Eden, Different Drugs, Exes) et des trucs plus pêchus. Il y a aussi une évolution, ces chansons reposant sur les bases du groupe mais allant aussi vers des rythmes et des ambiances un peu différents; certainement une volonté de s'adapter à la nouvelle mouture du groupe. Difficile de juger uniquement sur une écoute de ces chansons entendues en live, on verra ce que ça donnera sur l'album. Mais à mon avis, c'est réussi, et prometteur (je signale que c'est mon avis, parce que Diane est moins emballée par les nouvelles chansons. mais bon, c'est une fan hardcore et elle leur en veut d'avoir viré Gordon, elle est pas objective, mouarf)

Sinon, rien à dire sur ce concert qu'on n'aurait pas dit sur les précédents ! Kele est toujours une bête de scène, jouant avec le public, dansant dans tous les sens. Il n'a pas sauté dans le public cette fois-ci, mais a su bien nous galvaniser comme il le fallait ! Techniquement, le groupe est au top, avec une débauche d'effets virtuoses à base de pédales, qui ne font pas passer au second plan la qualité des compositions mais au contraire relèvent la sauce et parviennent souvent à reproduire la production très travaillée des chansons en studio.
Dans le cadre plus intimiste de l'Alhambra, il n'était pas question de livrer un show dantesque comme ça a pu être le cas lors de leur dernier Zénith (il y a presque 4 ans, une trop longue absence !) - et c'était très bien comme ça.

En conclusion : vivement Hymns, vivement le retour de Bloc Party à Paris pour de plus gros concerts, et vivement la suite de l'histoire du groupe (dans cette formation ou une autre) !



Dernière édition par Phil le Mer 2 Déc - 16:11, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

30 Re: BLOC PARTY le Mer 2 Déc - 11:44

Phil a écrit:[...]Kele est toujours une bête de scène, jouant avec le public, dansant dans tous les sens. Il n'a pas sauté dans le public cette fois-ci, mais a su bien nous galvaniser comme il le fallait ! [...]
En même temps, depuis la performance de Shy'm, c'est devenu super dangereux !!

Voir le profil de l'utilisateur

31 Re: BLOC PARTY le Mer 2 Déc - 12:30

Phil


Admin
Clair !
En plus, il a pris du poids, le pépère...
(perso, je préfère me prendre Shym Smile)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

32 Re: BLOC PARTY le Sam 5 Déc - 16:09

Phil


Admin
Compte-rendu du concert par Les Inrocks :
https://t.co/6kNiJV8x8i

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

33 Re: BLOC PARTY le Mer 13 Jan - 22:09

Phil


Admin
Encore une nouvelle chanson diffusée aujourd'hui, Virtue, que je trouve très Curesque !
Sans compter les chansons entendues en live, dont il faudra voir ce qu'elles donnent sur l'album, c'est donc la troisième qu'on connaît. Et la troisième bien, dites donc ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

34 Re: BLOC PARTY le Mer 13 Jan - 22:44

Phil


Admin
Phil a écrit:Encore une nouvelle chanson diffusée aujourd'hui, Virtue, que je trouve très Curesque !

Avec une basse à la Peter Hook après le premier refrain !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

35 Re: BLOC PARTY le Lun 25 Jan - 17:02

Phil


Admin
Bloc Party déjà de retour à Paris - au Trianon le 3 mars.
Places en vente mercredi matin.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

36 Re: BLOC PARTY le Mar 26 Jan - 15:02

Phil


Admin
L'album en écoute en intégralité avant sa sortie vendredi :
http://noisey.vice.com/blog/premiere-stream-bloc-partys-first-album-in-four-years-hymns

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

37 Re: BLOC PARTY le Mar 26 Jan - 17:18

Phil


Admin
Sa mère, j'étais en train de l'écouter, et le contenu s'est retrouvé bloqué à trois chansons de la fin ! Evil or Very Mad
Bon, ce que j'en ai entendu (et sachant que je connais au moins en live 2 des 3 dernières chansons), c'est très bien. Un album assez atmosphérique, calme; qui marque en effet un tournant (et, du coup, risque de ne pas plaire à tout le monde).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

38 Re: BLOC PARTY le Mer 27 Jan - 11:07

Phil


Admin
Phil a écrit:Bloc Party déjà de retour à Paris - au Trianon le 3 mars.
Places en vente mercredi matin.

J'y serai Smile
(Enfin, on y sera, en mode DianoPhil profitant du fait que les filles seront à la maison pour surveiller les nimbus)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

39 Re: BLOC PARTY le Jeu 28 Jan - 12:47

Phil


Admin
Et album récupéré; je l'écoute dans l'aprèm !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

40 Re: BLOC PARTY le Jeu 28 Jan - 17:58

Phil


Admin
Superbe !

Bon, je suis à peu près sûr que dans 10 ans, ça ne restera pas comme un de mes albums préférés de Bloc Party. Mais en attendant, ils assurent à fond le changement de direction. Avec un album lent et calme, jouant plus sur les ambiances, où l'électronique est plus que jamais présente, mais en même temps moins qu'on pouvait le craindre avec la main-mise réaffirmée de Kele sur le groupe. Un groupe qui n'hésite plus à plonger dans ses influences les plus diverses (rock et électro, donc, mais aussi gospel, blues, funk, et plein d'autres trucs), plutôt que de saupoudrer tout ça discrètement sur leur formule de base. En même temps, on reconnait constamment BP, avec des rappels réguliers de chansons passées, même dans les trucs les plus originaux (sachant qu'ils ont toujours parsemé leurs albums de morceaux plus expérimentaux).
Et la structure de l'album est très bien foutue, avec des chansons plus speed (pour la plupart, celles qu'on connaît déjà) venant "casser" le rythme planant de l'album et faire des respirations bienvenues.

J'ai acheté l'édition avec 4 morceaux en bonus; parmi ceux-ci, Eden, qui ouvrait le concert à l'Alhambra (et que je m'attendais, du coup, à trouver sur l'album "officiel"). D'autant qu'elle synthétise carrément la nouvelle orientation du groupe. Tout comme la toute dernière, Evening Song - ce deux chansons étant mortelles.
Les deux autres sont encore plus zarbies que les chansons de l'album Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

41 Re: BLOC PARTY le Mer 3 Fév - 1:12

Phil


Admin
Le ferai un compte-rendu détaillé dont j'ai le secret en fin de semaine ou semaine prochaine. Mais après quelques écoutes supplémentaires, la première bonne impression se confirme (tout comme le fait que c'est pas ce qu'ils ont fait de mieux. enfin, si on compte depuis le début du groupe avec d'autres personnes !).
Globalement, ça commence très bien, le début est vraiment mortel (The Love Within / Only He can heal me / So Real / The Good News). Fortress vient un peu casser l'ambiance - elle est pas mal, mais trop molle. Different Drugs est très calme aussi, mais autrement plus puissante. Jusque là, ça va, malgré la petite baisse de régime de la 5ème chanson. Viennent les deux morceaux les plus faibles du disque, à mon avis (je pense que je les passerai plus souvent que je les écouterai) : Into the earth et My True Name (la seconde, mieux que la première, quand même). Puis, la fin revient au niveau de l'ouverture, avec l'enchaînement Virtue Exes / Living Lux.
Ensuite, les morceaux bonus sont encadrés par deux super chansons, Eden et Evening Song, et je pense que je passerai souvent aussi les deux-entre-ces-deux-là, New Blood et Paraiso (la première mieux que la deuxième, quand même).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

42 Re: BLOC PARTY le Mar 9 Fév - 17:35

Phil


Admin
Difficile de pointer du doigt les évolutions et les changements dans le nouvel album d’un groupe qui n’a cessé d’évoluer depuis ses débuts, et qui n’a jamais livré jusque là un album identique aux précédents. Néanmoins, HYMNS est bien le symbole d’une réorientation radicale de BLOC PARTY, après le départ de la moitié du groupe ces dernières années (dont on ne saura jamais à quel point il aura été volontaire ou forcé par le despote Kele).
En renouvelant sa section rythmique, c’est une véritable révolution qui guettait le groupe. Car la partie basse-batterie a toujours été la colonne vertébrale qui faisait de BP sa spécificité ; à travers les structures souvent chaotiques de leurs chansons. La conception de ce cinquième album s’est donc resserrée autour du duo Kele Okereke / Russel Lissack. Et on imagine bien que les deux compères s’en sont donné à cœur joie composer tranquillement et sans interférences ces nouvelles chansons, en grande partie débarrassées du passé.

On n’assiste pas pour autant à un reniement des 4 premiers albums du groupe – dont on retrouve finalement la plupart des éléments. Y compris les structures de chansons cabossées.
Parce que, finalement, les albums précédents avaient toujours brassé tout un tas d’influences les plus diverses. On pouvait craindre que Kele profite de ce changement de line-up pour transformer Bloc Party en annexe de ses projets solo électroniques (crainte encore plus forte à l’écoute du premier single, très bon mais très électro). Il n’en est rien (heureusement !). Au contraire, les influences sont des plus diverses (rock et électro, donc, mais aussi gospel, blues, funk, new wave ou même pop à la mode)… comme toujours, du coup.
L’influence la plus forte du chanteur/guitariste n’impacte finalement pas vraiment la musique, mais les paroles et l’ambiance « mystique » de l’album. On n’est pas loin en effet de l’album-concept tournant autour des questions de croyances et de foi (au sens le plus général des termes). Une collection de chansons aux thématiques plutôt sombres, où mêmes les quelques chansons d’amour (ce thème éternel) tournent beaucoup autour de la douleur et de la séparation.
C’est donc plutôt un disque misant sur les ambiances, avec quelques éclairs plus rock ou pop, qui viennent un peu briser le calme et la lenteur de l’ensemble.


L’album commence très fort, avec l’enchaînement de 4 excellentes chansons :

The Love Within
Hymns s’ouvre donc sur le premier single entendu il y a quelques mois, un morceau purement électronique, dans la lignée du désormais classique du groupe Flux. Comme celui-là, il faut une période d’adaptation, pour s’habituer à la bizarrerie de la chose. D’autant que le groupe brouille sans cesse les pistes, notamment en utilisant des effets de pédales sur les guitares pour les faire ressembler à des synthés. Mais après plusieurs écoutes, l’évidence s’impose : c’est une très grande chanson de BP. Et, même, un morceau symbolique de tout ce qu’on peut aimer chez eux, à la fois très expérimental et bâti sur les fondations les plus solides du rock (la basse du nouveau venu Justin Harris déchire tout). Irrésistible.

Only He Can Heal Me
On reste dans une mouvance électronique avec cette chanson qui se rapproche néanmoins plus d’autres morceaux connus du groupe (toute la fin de l’album Intimacy par exemple). Le rythme est plus posé, mais encore assez soutenu ; par la répétition des chœurs scandant le titre tout au long de la chanson notamment. La progression de la chanson est superbe, jusqu’à un solo de guitare et les délires synthétiques qui la terminent. Encore une belle alliance de simplicité et de complexité, pour un résultat envoûtant.

So Real
Sur scène, on a vu Kele se mettre derrière un synthé type Hammond pour cette chanson étonnante qui montre l’étendue du spectre d’influences de l’album. Ici, une sorte de ballade un peu funky, un peu blues, du plus bel effet. Toujours une chanson mid-tempo, à la fois entraînante et nostalgique. Encore ré-haussée par le chant de Kele, plaintif et triste, apportant un contrepoint à ce qui pourrait presque paraître joyeux autrement.

The Good News
Peut-être ma chanson préférée de l’album, en tout cas une des meilleures à mon avis. Ça part sur une rythmique blues-rock solide et accrocheuse, un trio classique guitare/basse/batterie et une voix lumineuse tout droit sortis d’un bayou chaud et humide. Puis, le refrain accentue encore l’atmosphère roots, avec sa slide guitar et ses chœurs gospel. Une pure merveille, qui n’a qu’un défaut : celui d’être beaucoup trop court ! Lorsque la musique s’arrête net au bout d’à peine 3,30 minutes, c’est ultra frustrant, tant on voudrait que ça dure encore des heures comme ça Very Happy


Après cette entrée en matière flamboyante, on doit malheureusement se fader la partie la moins intéressante du disque… même s’il y a quand même une excellente chanson dans le lot (que j’aurais préférée en cinquième ou neuvième position, du coup !) :

Fortress
Chanson qu’on croirait sortie d’un album solo de Kele Okereke, reposant sur sa voix (toujours magnifique, là n’est pas la question) et des nappes de musique électronique. Un petit slow pas désagréable, certes, mais quand même un peu chiant.
Je sens bien que je vais souvent appuyer sur le bouton « avance rapide », pour passer directement à

Different Drugs
Une autre chanson lente, atmosphérique et planante…. Mais bien plus réussie ! Parce que beaucoup plus dense, utilisant de vrais instruments (la batterie martelée sans pitié, la guitare dont Russell tire une plainte déchirée et déchirante) en plus des machines (la fin explose dans des effets électroniques et du vocoder sur la voix). La chanson propose une montée en puissance qui saisit petit à petit l’auditeur, et parvient à l’amener dans son univers, là où la précédente le laissait toujours sur le bas-côté (moi, en tout cas). C’est magnifique – et on tient là aussi une sérieuse candidate au titre de « meilleure chanson de l’album ».

Into the Earth et My True Name
Mouof. La première est une chanson pop sans grande imagination, dont le refrain joyeux est presque douloureux. La deuxième est sur le même moule, mais plus écoutable (parce que plus dark ? sûrement) – les couplets sont mêmes très bien ; malheureusement, comme dans la plupart des chansons, il y a aussi un refrain.


Allez, on revient vite aux choses sérieuses pour terminer l’album :

Virtue
Encore une très bonne chanson pop-rock, dans la lignée de celles du début de l’album. L’exemple typique du travail bien fait, où tout colle bien comme il faut : l’enchaînement couplets/refrains qui coule tout seul (contrairement aux deux trucs d’avant), la ligne rythmique solide et efficace (à ce propos, c’est surtout la basse qui est mise en avant sur le disque – au moment de l’enregistrement, Louise Bartle n’avait pas encore intégré le groupe et la batterie est un peu négligée – les nouvelles chansons rendant mieux en live de ce point de vue), le chant aérien… Et puis, il y a cette putain de ligne de basse après le refrain qui rappelle New Order, et me scie les jambes à chaque fois ! En plus de NO, ça me fait globalement penser du The Cure dans sa veine pop – autant dire que c’est du tout bon !

Exes
On avait entendu cette chanson très tôt, lorsque le groupe avait présenté son retour dans une nouvelle formation lors d’une émission télé anglaise. Et déjà, je m’étais dit qu’ils allaient nous revenir en forme et qu’on pouvait moins craindre pour son avenir. Non pas que ce soit une chanson explosive, c’est même tout le contraire : une belle ballade, douce et triste, émouvante et prenante. Avec là encore la présence des chœurs gospel qui élèvent encore l’intensité du morceau.

Living Lux
Et l’album se termine un peu comme il a commencé, avec une chanson purement électronique. Sauf que, là où The Love Within donnait envie de se remuer le cul, celle-là mise plus sur l’ambiance, et ferait plutôt chialer ! C’est assez classique pour le groupe (et il est loin d’être le seul) de terminer sur ce type de « chanson d’au-revoir », qui laisse l’auditeur sur un pic émotionnel et perché sur son petit nuage. Mission (encore une fois) largement remplie.



“L’album se termine”, disais-je ?
Pas dans son édition limitée, qui propose quatre chansons en bonus. Deux très bonnes, encadrant deux autres passables… à l’image de l’album, quoi :

Eden
C’est par cette chanson que le groupe entamait sa courte série de concerts à la fin de l’année dernière… J’ai donc été surpris de ne pas la trouver sur le tracklisting de l’album dans sa version simple. D’autant que c’est un très bon morceau, qui aurait pu aussi débuter l’album, d’ailleurs. Il en a le schéma, avec sa progression impeccable. Et il en annonce le programme, mêlant ambiance synthétique poisseuse et rythmique en béton ; noirceur et volonté. Une autre chanson mortelle.

New Blood et Paradiso
Nous rejouent le diptyque de chansons pas terribles plus haut. Sauf que, cette fois, la première (lente, relativement sombre, gâchée par un mauvais refrain) est meilleure que la seconde (une espèce de truc festif qui donne plus envie de se pendre que de s’amuser)
On peut sauter directement à la dernière :

Evening Song
Un peu un copier/coller de Living Lux – comme s’ils avaient voulu terminer leur album de la même manière dans sa version simple et dans sa version avec bonus ! Je ne redis donc pas que c’est beau, prenant, et que ça laisse sur une très belle impression !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

43 Re: BLOC PARTY le Ven 4 Mar - 9:28

Phil


Admin
Je pourrais me consoler en partie d'avoir loupé le concert d'hier parce que j'étais malade, en le voyant ici :
http://concert.arte.tv/fr/bloc-party-et-oscar-pias-nites
(quand il sera mis en ligne)

Après, c'était très proche du concert de décembre dernier, donc pas trop de regrets... sauf pour la reprise de Heroes !
setlist : http://www.setlist.fm/setlist/bloc-party/2016/le-trianon-paris-france-43f08f5b.html

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

45 Re: BLOC PARTY le Mar 22 Mar - 16:28

Phil a écrit:Difficile de pointer du doigt les évolutions et les changements dans le nouvel album d’un groupe qui n’a cessé d’évoluer depuis ses débuts, et qui n’a jamais livré jusque là un album identique aux précédents. Néanmoins, HYMNS est bien le symbole d’une réorientation radicale de BLOC PARTY, après le départ de la moitié du groupe ces dernières années (dont on ne saura jamais à quel point il aura été volontaire ou forcé par le despote Kele).
En renouvelant sa section rythmique, c’est une véritable révolution qui guettait le groupe. Car la partie basse-batterie a toujours été la colonne vertébrale qui faisait de BP sa spécificité ; à travers les structures souvent chaotiques de leurs chansons. La conception de ce cinquième album s’est donc resserrée autour du duo Kele Okereke / Russel Lissack. Et on imagine bien que les deux compères s’en sont donné à cœur joie composer tranquillement et sans interférences ces nouvelles chansons, en grande partie débarrassées du passé.

On n’assiste pas pour autant à un reniement des 4 premiers albums du groupe – dont on retrouve finalement la plupart des éléments. Y compris les structures de chansons cabossées.
Parce que, finalement, les albums précédents avaient toujours brassé tout un tas d’influences les plus diverses. On pouvait craindre que Kele profite de ce changement de line-up pour transformer Bloc Party en annexe de ses projets solo électroniques (crainte encore plus forte à l’écoute du premier single, très bon mais très électro). Il n’en est rien (heureusement !). Au contraire, les influences sont des plus diverses (rock et électro, donc, mais aussi gospel, blues, funk, new wave ou même pop à la mode)… comme toujours, du coup.
L’influence la plus forte du chanteur/guitariste n’impacte finalement pas vraiment la musique, mais les paroles et l’ambiance « mystique » de l’album. On n’est pas loin en effet de l’album-concept tournant autour des questions de croyances et de foi (au sens le plus général des termes). Une collection de chansons aux thématiques plutôt sombres, où mêmes les quelques chansons d’amour (ce thème éternel) tournent beaucoup autour de la douleur et de la séparation.
C’est donc plutôt un disque misant sur les ambiances, avec quelques éclairs plus rock ou pop, qui viennent un peu briser le calme et la lenteur de l’ensemble.


L’album commence très fort, avec l’enchaînement de 4 excellentes chansons :

The Love Within
Hymns s’ouvre donc sur le premier single entendu il y a quelques mois, un morceau purement électronique, dans la lignée du désormais classique du groupe Flux. Comme celui-là, il faut une période d’adaptation, pour s’habituer à la bizarrerie de la chose. D’autant que le groupe brouille sans cesse les pistes, notamment en utilisant des effets de pédales sur les guitares pour les faire ressembler à des synthés. Mais après plusieurs écoutes, l’évidence s’impose : c’est une très grande chanson de BP. Et, même, un morceau symbolique de tout ce qu’on peut aimer chez eux, à la fois très expérimental et bâti sur les fondations les plus solides du rock (la basse du nouveau venu Justin Harris déchire tout). Irrésistible.

Only He Can Heal Me
On reste dans une mouvance électronique avec cette chanson qui se rapproche néanmoins plus d’autres morceaux connus du groupe (toute la fin de l’album Intimacy par exemple). Le rythme est plus posé, mais encore assez soutenu ; par la répétition des chœurs scandant le titre tout au long de la chanson notamment. La progression de la chanson est superbe, jusqu’à un solo de guitare et les délires synthétiques qui la terminent. Encore une belle alliance de simplicité et de complexité, pour un résultat envoûtant.

So Real
Sur scène, on a vu Kele se mettre derrière un synthé type Hammond pour cette chanson étonnante qui montre l’étendue du spectre d’influences de l’album. Ici, une sorte de ballade un peu funky, un peu blues, du plus bel effet. Toujours une chanson mid-tempo, à la fois entraînante et nostalgique. Encore ré-haussée par le chant de Kele, plaintif et triste, apportant un contrepoint à ce qui pourrait presque paraître joyeux autrement.

The Good News
Peut-être ma chanson préférée de l’album, en tout cas une des meilleures à mon avis. Ça part sur une rythmique blues-rock solide et accrocheuse, un trio classique guitare/basse/batterie et une voix lumineuse tout droit sortis d’un bayou chaud et humide. Puis, le refrain accentue encore l’atmosphère roots, avec sa slide guitar et ses chœurs gospel. Une pure merveille, qui n’a qu’un défaut : celui d’être beaucoup trop court ! Lorsque la musique s’arrête net au bout d’à peine 3,30 minutes, c’est ultra frustrant, tant on voudrait que ça dure encore des heures comme ça Very Happy


Après cette entrée en matière flamboyante, on doit malheureusement se fader la partie la moins intéressante du disque… même s’il y a quand même une excellente chanson dans le lot (que j’aurais préférée en cinquième ou neuvième position, du coup !) :

Fortress
Chanson qu’on croirait sortie d’un album solo de Kele Okereke, reposant sur sa voix (toujours magnifique, là n’est pas la question) et des nappes de musique électronique. Un petit slow pas désagréable, certes, mais quand même un peu chiant.
Je sens bien que je vais souvent appuyer sur le bouton « avance rapide », pour passer directement à

Different Drugs
Une autre chanson lente, atmosphérique et planante…. Mais bien plus réussie ! Parce que beaucoup plus dense, utilisant de vrais instruments (la batterie martelée sans pitié, la guitare dont Russell tire une plainte déchirée et déchirante) en plus des machines (la fin explose dans des effets électroniques et du vocoder sur la voix). La chanson propose une montée en puissance qui saisit petit à petit l’auditeur, et parvient à l’amener dans son univers, là où la précédente le laissait toujours sur le bas-côté (moi, en tout cas). C’est magnifique – et on tient là aussi une sérieuse candidate au titre de « meilleure chanson de l’album ».

Into the Earth et My True Name
Mouof. La première est une chanson pop sans grande imagination, dont le refrain joyeux est presque douloureux. La deuxième est sur le même moule, mais plus écoutable (parce que plus dark ? sûrement) – les couplets sont mêmes très bien ; malheureusement, comme dans la plupart des chansons, il y a aussi un refrain.


Allez, on revient vite aux choses sérieuses pour terminer l’album :

Virtue
Encore une très bonne chanson pop-rock, dans la lignée de celles du début de l’album. L’exemple typique du travail bien fait, où tout colle bien comme il faut : l’enchaînement couplets/refrains qui coule tout seul (contrairement aux deux trucs d’avant), la ligne rythmique solide et efficace (à ce propos, c’est surtout la basse qui est mise en avant sur le disque – au moment de l’enregistrement, Louise Bartle n’avait pas encore intégré le groupe et la batterie est un peu négligée – les nouvelles chansons rendant mieux en live de ce point de vue), le chant aérien… Et puis, il y a cette putain de ligne de basse après le refrain qui rappelle New Order, et me scie les jambes à chaque fois ! En plus de NO, ça me fait globalement penser du The Cure dans sa veine pop – autant dire que c’est du tout bon !

Exes
On avait entendu cette chanson très tôt, lorsque le groupe avait présenté son retour dans une nouvelle formation lors d’une émission télé anglaise. Et déjà, je m’étais dit qu’ils allaient nous revenir en forme et qu’on pouvait moins craindre pour son avenir. Non pas que ce soit une chanson explosive, c’est même tout le contraire : une belle ballade, douce et triste, émouvante et prenante. Avec là encore la présence des chœurs gospel qui élèvent encore l’intensité du morceau.

Living Lux
Et l’album se termine un peu comme il a commencé, avec une chanson purement électronique. Sauf que, là où The Love Within donnait envie de se remuer le cul, celle-là mise plus sur l’ambiance, et ferait plutôt chialer ! C’est assez classique pour le groupe (et il est loin d’être le seul) de terminer sur ce type de « chanson d’au-revoir », qui laisse l’auditeur sur un pic émotionnel et perché sur son petit nuage. Mission (encore une fois) largement remplie.



“L’album se termine”, disais-je ?
Pas dans son édition limitée, qui propose quatre chansons en bonus. Deux très bonnes, encadrant deux autres passables… à l’image de l’album, quoi :

Eden
C’est par cette chanson que le groupe entamait sa courte série de concerts à la fin de l’année dernière… J’ai donc été surpris de ne pas la trouver sur le tracklisting de l’album dans sa version simple. D’autant que c’est un très bon morceau, qui aurait pu aussi débuter l’album, d’ailleurs. Il en a le schéma, avec sa progression impeccable. Et il en annonce le programme, mêlant ambiance synthétique poisseuse et rythmique en béton ; noirceur et volonté. Une autre chanson mortelle.

New Blood et Paradiso
Nous rejouent le diptyque de chansons pas terribles plus haut. Sauf que, cette fois, la première (lente, relativement sombre, gâchée par un mauvais refrain) est meilleure que la seconde (une espèce de truc festif qui donne plus envie de se pendre que de s’amuser)
On peut sauter directement à la dernière :

Evening Song
Un peu un copier/coller de Living Lux – comme s’ils avaient voulu terminer leur album de la même manière dans sa version simple et dans sa version avec bonus ! Je ne redis donc pas que c’est beau, prenant, et que ça laisse sur une très belle impression !

Un très bon album qui s'ouvre sur un morceau plutôt moyen avec deux morceaux excellents Exes et surtout Different drugs, le reste étant dans la bonne moyenne des productions du groupe.
Après difficile de classer cet album dans la discographie de BP tant c'est différent de ce à quoi ils nous avaient habitué. A noter, qu'à part le premier morceau, c'est épuré de toute la merde electro dance floor, et c'est très bien !

Voir le profil de l'utilisateur

46 Re: BLOC PARTY le Mar 22 Mar - 16:45

Phil


Admin
Ah, c'est sûr que c'est (largement) plus écoutable que les albums solo de Kele !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

47 Re: BLOC PARTY le Mar 12 Avr - 16:23

Phil


Admin
Le clip coloré et zarbi de Virtue, tout chaud sorti du four cet am :

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

48 Re: BLOC PARTY le Lun 19 Sep - 15:07

Phil


Admin
Mystérieux message posté aujourd'hui :

Bloc Party
Stunt Queen
Tomorrow


Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

49 Re: BLOC PARTY le Mar 20 Sep - 17:17

Phil


Admin
Bof, apparemment, c'est juste l'annonce d'un gros concert à Londres en début d'année prochaine.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

50 Re: BLOC PARTY le Mar 20 Sep - 19:12

Phil


Admin
Ah non, y'a bien une nouvelle chanson, aussi !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum