Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Kathryn Bigelow

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Kathryn Bigelow le Jeu 11 Juil - 16:20

Je profite d'avoir enchaîné trois KB pour reprendre le topic initialement ouvert ici.

Zero Dark Thirty : plus conventionnel que son précédent Demineurs que j'avais beaucoup aimé, Kathryn Bigelow livre ici un thriller d'espionnage dont les américains ont le secret. Certes le genre n'est pas nouveau et elle n'innove pas spécialement le genre, reprenant ce que ses pairs ont déjà brillamment réussi par le passé, d'autant plus qu'elle a choisi de se baser sur une histoire vraie (bien qu'à l'origine du scenario, OBL n'était pas encore mort. Ca aurait pu peut-être donné quelque chose de plus original). Reste que KB livre une partition terriblement efficace avec un choix et une direction d'acteurs(trices) très judicieux, avec toute la prise de recul nécessaire pour ne pas tomber dans le partisianisme/patriotisme si habituel outre atlantique.
Notamment sur les scènes de torture (à entendre les volées de bois vert qu'il y a eu autour du film, je m'attendais à voir Saw VIII), où elle n'impose aucun point de vue à l'image, de même que lors de l'assaut final lorsque les Seals tuent de sang froid tous les habitants (adultes) de la maison (ce qui au passage n'avait pas l'air d'offusquer l'opinion).

Blue Steel : j'en avais un très vague souvenir (enfin surtout de Jamie Lee Curtis en uniforme). Ce qui est "drôle", c'est que ZD30 reprenant les tics des meilleurs films d'espionnage américain, et bien, Blue Steel reprend tous les tics des thrillers américains dans les années 80, mise en scène, musique, ambiance, lumière et misant plus sur l'action et le suspense que sur la crédibilité du scénario. Dans le cas présent, si les trois personnages principaux sont assez convaincants à l'écran, l'histoire est plutôt capillotractée. Si ça se regarde plutôt bien, les effets du temps commencent à se faire sentir et KB n'a pas encore atteint le niveau de maturité qu'elle aura avec Point Break ou plus tard avec Strange Days et surtout des scénarios mieux écrits.


Near Dark : j'ai beau fouiller dans le mémoire, je ne trouve aucune trace de ce deuxième film de KB. Si le manque de moyen est visible à l'écran, c'est loin d'être rédhibitoire puisqu'elle en joue habillement en sacrifiant des effets spéciaux qui auraient été minables au profit de son histoire et de ses personnages (un peu à la manière d'un Looper) car le principal intérêt du film réside à mon avis sur la revisite du mythe des vampires. Côté image, ça reste toujours très (trop) ancré 80's surtout quand on le voit pour la première fois en 2013. Sur la virtuosité de KB qu'on lui connaît aujourd'hui, bon, elle n'avait pas encore appris même si les deux scènes d'action dont tu parles sont déjà mortelles et montrent qu'elle avait déjà CE truc depuis le début. Pour les acteurs, c'est mi-figue mi-raisin. Ceux qu'on reconnaît aujourd'hui sont très bons, Adrian Pasdar est meilleur en Nathan Petrelli les autres ... et bien on ne les reconnaît pas !
Bon film (mieux que Blue Steel) qui aurait mérité peut-être une fin moins gnangnan que la transfusion sanguine de Mae (ça fait pas un peu Twilight ? Very Happy ) qui n'est pas le truc le plus réussi du film mais bon peut-être que j'arrive avec un quart de siècle de retard pour m'emballer autant que toi dessus.

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Kathryn Bigelow le Jeu 11 Juil - 17:17

Phil


Admin
Ouais, la fin de Near Dark gâche un peu... ça ne l'empêche pas d'être un des meilleurs films du monde ! Laughing 
Je te l'accorde : il vaut mieux l'avoir vu à sa sortie qu'aujourd'hui. Après, l'esthétique eighties, ça passe encore très bien auprès de moi, du moins quand c'est bien fait.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

3 Re: Kathryn Bigelow le Mer 12 Avr - 23:51

Phil


Admin
La bande-annonce de DETROIT, le nouveau film de Kathryn Bigelow (devenue officiellement la cinéaste des "grands sujets américains") sur les émeutes raciales des années 60 :



ça a l'air bien... à voir si ça va pas se transformer en grosse machine molle comme ses deux précédents ! Rolling Eyes

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

4 Re: Kathryn Bigelow le Jeu 12 Oct - 15:51

Phil


Admin
Avec DETROIT, Bigelow continue sur la lancée de ses deux films précédents, Démineurs et Zero Dark Thirty : gros sujets, films prestigieux, machines à Oscars, projets séiruex à des années-lumière de ses films de vampires ou de fliquette bleutés. 

Premier constat perso : je continue de préférer la première partie de sa carrière à celle, récente, qui lui vaut tous les honneurs et la reconnaissance de la critique et du public. 
Deuxième constat perso : je préfère largement ce film aux deux précédents. J'ai envie de dire : enfin, elle ne se laisse pas écraser par l'emprise énorme du film, et parvient à allier les qualités du film dossier à l'efficacité du film coup de poing. 

Parce que, oui, c'est quand même plus facile de réussir un Detroit qu'un Near Dark ou un Point Break. Ce qui n'enlève rien à sa réussite, parce que c'est tout aussi facile à foirer. Mais bon, tu pars d'un sujet chaud dans l'histoire américaine, qui résonne avec l'Amérique actuelle de Trump, tu colle aux faits avec ce qu'il faut de drame, de violence, de cris et de larmes. à condition de pas être manchot(te), et on sait que la grande Katrhyn ne l'est pas, il y a moyen d'emballer ça avec suffisamment d'efficacité pour saisir le spectateur par le colback et lui asséner suffisamment de coups de poings pour qu'il sorte de là outré, énervé, ému, déboussolé. 
Il y a un côté "facile", dans les clous, avec finalement pas grand-chose qui dépasse, qui assimile Detroit à un "film à Oscars de plus" dans la carrière d'une réalisatrice qu'on a connu capable de prendre plus de risques. Et de réussir des films plus fragiles. 

Mais, au-delà de ça, la réussite du film sonne comme une évidence. Déjà parce qu'on ne sent jamais passer les 2h20. La structure du film en trois actes de durée égale (en gros : avant/pendant/après), si elle n'a rien d'original, est particulièrement pertinente. Tous les acteurs, qu'ils soient du côté des noirs oppressés ou des enfoirés de flics racistes et leur sbires de merde, sont excellents. Réalisation au top, images superbes, musique itou... Tout y est.
Sauf l'étincelle qui changerait un film solide en grand film. Pas grave, ça vaut toujours mieux que les expérimentations stériles de ses soldats qui se font sauter en Irak et l'ennui profond de la traque de Ben Laden Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

5 Re: Kathryn Bigelow le Lun 16 Oct - 20:00

Waouh... Pas grand chose de neuf dans Detroit, mais l’interminable (tellement elle est suffocante) scène du Motel va rester, c'est sûr.

Bien déprimant tellement c'est un fait que 50 ans plus tard les petites suprémacistes blancs du genre d'un des trois petits flics ont élu Trump

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Kathryn Bigelow le Lun 16 Oct - 23:22

Phil


Admin
Oui, toute cette séquence est plus angoissante que le pire des films d'horreur !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

7 Re: Kathryn Bigelow le Mer 18 Oct - 14:17

Bien apprécié même si j'ai préféré les deux précédents. KB confirme qu'elle n'a rien a envié à ses collègues masculins et qu'elle a très bien traité le problème noir/blanc quoiqu'en dise ses détracteurs qui trouvaient illégitimes qu'une "blanche" s'attaque à un problème racial et qu'elle allait érotiser (certains ont été jusque là) certaines scènes ... en tout cas pas celle du motel.

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Kathryn Bigelow le Mer 18 Oct - 15:09

Phil


Admin
Et la preuve que quand on aime beaucoup les deux précédents, on aime moins celui-là, et inversement Smile
Pareil pour les premiers...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

9 Re: Kathryn Bigelow le Mer 18 Oct - 20:45

Cbyt a écrit:KB confirme qu'elle n'a rien a envié à ses collègues masculins.

En lice pour le machoscope ! J'ai relu deux fois pour y croire. Donc, par définition, il y a une supériorité des hommes dans le cinéma américain ? Bravo à elle de ne rien envier à cette élite

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Kathryn Bigelow le Jeu 19 Oct - 11:27

C'est en écho aux débats éternels dans la presse (principalement) US (je vais pas mettre les sous-titres à chaque fois)

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Kathryn Bigelow le Jeu 19 Oct - 11:41

Phil


Admin
Ouaip, on peut pas lire un article à son propos sans que revienne un truc du genre "elle réalise ses films comme un mec" "une réalisatrice avec des couilles"... - et ça dure depuis Near Dark
Même en France...

C'est moins vrai pour les deux derniers. Le sommet, c'était quand même Point Break et Strange Days; qui avaient en plus la circonstance aggravante d'être co-écrits par Cameron.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum