Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

"Aujourd'hui c'est pizza, hier c'était pizza"*

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 3]

Phil


Admin


J'ai repensé à CES GARCONS QUI VENAIENT DU BRESIL de Franklin J. Schaffner lorsque j'ai revu Marathon Man récemment, les deux films entretenant de nombreux points communs. Laurence Olivier en tête d'affiche - qui jour ici un juif chasseur de nazis tranquant Mengele alors qu'il jouait à l'inverse un médecin de camp de concentration dans l'autre film ! - une histoire en lien avec les camps de concentration et la Shoah, une ambiance complotiste noire et tendue...
Si le film de Schaffner n'est pas aussi bon que celui de Schlesinger, il est néanmoins assez fascinant à plus d'un titre. Perso, j'adore ce film, depuis que je l'ai vu à la télé au début des années 90; un des trucs les plus tordus et bizarres que j'aie vus. Et je ne suis pas le seul : bien que méconnu, le film est relativement culte auprès d'une petite frange de spectateurs. On a vu par exemple Pascal Laugier (réalisateur de Martyrs ou The Secret) le programmer récemment à une carte blanche qui lui avait été donné par un festival lyonnais.

L'histoire débute au Paraguay, où un jeune photographe reconnaît d'anciens criminels nazis réunins dans une grand propriété et contacte un chasseur de nazis (qui dans un premier temps l'envoie bouler). Il met découvre alors une étrange machination dirigée par rien moins que le docteur Mengele; ce qui ne va pas lui porter chance parce qu'il se fait très vite assassiné. Le chasseur de nazis va alors remonter la piste ouverte, et en mettre à jour divers éléments, de l'assassinat d'un échantillon d'hommes de 65 ans dans le monde entier au trafic d'enfants, du clonage à l'héritage nazi, de l'eugénisme, de la manipulation sociale... Comme je suis persuadé que mes conseils avisés, surtout lorsqu'ils touchent à des curiosités de ce genre, vous donnent envie de voir lesdits films, je ne vais pas révéler ici la raison de tout ceci Laughing (en même temps, si on est un peu futé, on comprend environ à la moitié du film). Mais c'est assez vertigineux.

Je disais plus haut que c'est ce film est complètement zarbi... Il est très vite clair, en effet, qu'on se trouve face à un produit totalement déviant. Un gros film de studio abordant des sujets malaisants. De la matière à manipuler avec des pincettes traitées comme une grosse série B friquée visant uniquement le thriller parano. Le film accumule les idées complètement dingues, les scènes "autres", en jouant sans cesse avec de la dynamite et réussissant à éviter que ça lui pète dans les mains. Plus que le thriller de Schlesinger, le film emprunte à plein de genres : le film d'espionnage, le fantastique et la SF, l'enquête, le film historique, le drame... Jusqu'à un finale sauvage et gore ahurissant, qu'on a du mal à imaginer possible dans une grosse machine comme ça !

Ajoutons à ça un casting trois étoiles, où de vieilles gloires en font des tonnes pour leur plus grand plaisir et le notre. Laurence Olivier, Gregory Peck, James Mason, Denholm Elliot, Michael Gough... n'en jetez plus !
Ajouton encore la présence derrière la caméra de Schaffner , un vieux routard du cinéma hollywoodien (La Planète des singes, Patton, Papillon, y'a pire comme filmo !) qui emballe ça avec une efficacité redoutable.

Y'a pas à dire, le cinéma américain des années 70, c'était vraiment de la bombe nucléaire !



Et pour terminer cette semaine célib' en cette soirée d'Halloween, ce sera le génial RE-ANIMATOR de Stuart Gordon.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
DVD de THE RAID 2 reçu. Non seulement vais pouvoir me refaire ce sommet d'action de 2h30, mais y'a au moins trois heures de bonus pour prolonger le plaisir. Miam !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Femme et enfants étant partis chez belle-mamant pour les fêtes avec quelques jours d’avance, je me suis retrouvé trois jours seul à la maison à me farcir de junk food et de films.

Dimanche, c’était La French et Fury, dont j’ai parlé dans le sujet « Rapido ».

Lundi, j’ai voulu enchaîner deux films, mais ça ne s’est pas passé exactement comme prévu…

Pas de problème pour voir Colt 45 de Fabrice du Welz (plus facile à « trouver » que son dernier film Alleluia, très mal distribué et qui me tentait pourtant vachement plus Evil or Very Mad). C’est marrant, ce qui se passe entre ce réalisateur belge faisant ses films en France et moi : j’aime jamais vraiment ses films, et pourtant j’ai toujours envie de les voir, et ils m’intéressent toujours à un certain niveau. C’est encore le cas ici, dans ce polar très (trop) testostéronné, sous forte influence Olivier-Marchal-esque, avec ses gros durs virils (Gérard Lanvin, Joeystarr – pas trop NTMesque pour une fois – Simon Abkarian, Jo Prestia…) qui ne sortent jamais de leur concours de bite. C’est un festival de de postures, d’airs méchant, de regards sombres, de machisme fatiguant. C’est évidemment très violent (ce qui n’est pas pour me déplaire), et très vite lassant, aussi. Mais malgré tout, il y a quelque-chose qui me touche dans la démarche du réalisateur, à travers ce nouvel hommage au cinéma américain (encore un ; encore un pas vraiment réussi), plus précisément ici le cinéma d’action bourrin des années 80. Evidemment un angle qui me parle totalement, et qui fait que je trouve un léger intérêt au film, notamment dans certaines scènes d’action qui dépotent bien, et dans le personnage principal du jeune tireur d’élite, beaucoup moins manichéen que tous ceux qui l’entourent. Et le film ne dure qu’une heure vingt ; ça passe plutôt facilement.
Note = 3/6

C’est ensuite que ça s’est gâté, lorsque j’ai voulu regarder Detective Dee 2 : Rise of the sea dragon de Tsui Hark… devant lequel je n’ai tenu que 40 minutes (sur 2h15, quand même) ! Et franchement, vu la daubasse, c’est déjà un exploit de pas avoir craqué avant. D’autant plus rageant que la première adaptation des aventures du Juge Ti par le grand réalisateur hong-kongais était un très bon film d’aventures et de batailles de pieds. Le deuxième, c’est juste la négation totale de cette réussite originelle. Le pire, c’est quand Hark – grand créateur de formes et expérimentateur visuel par le passé – jette à la poubelle sa mise en scène pour recourir au tout numérique. C’est simple : c’est encore plus moche que les pires plans « 100 digital » du dernier Hobbit. Censé être exploité en 3D, le film se contente de jouer avec le gadget du relief en annihilant par ailleurs toute composition de plans et tout effort de mise en scène. Et lorsque les personnages se mettent à sauter en l’air en accéléré comme des Biouman, on se dit qu’il est largement temps d’arrêter les frais. Et de jeter Tsui Hark dans la même décharge que ses collègues déchus autrefois géniaux, comme lui, aujourd’hui tout juste bon à empocher les royalties des ventes de leurs chefs d’œuvre en Blu-Ray (des noms, des noms ! nan, vous connaissez comme moi les De Palma, Carpenter et autres…)

Du coup, c’est un peu tard que j’ai embrayé sur un film « en remplacement », que j’ai regardé finalement en deux fois.

Et mardi, j’ai donc d’abord terminé le Wake in Fright de Ted Kotcheff ressorti ce mois-ci au cinéma en copie neuve. Il s’agit d’un film méconnu de 1971, qui a failli disparaître mais dont des copies ont été retrouvées récemment. Si le film n’est pas exceptionnel, il aurait été dommage qu’il parte dans les limbes du cinéma… et c’est clairement une vraie curiosité, d’autant plus pour le futur réalisateur de Rambo (premier du nom, le seul bien, mais il est vraiment bien). Tourné en plein cœur du bush australien, il s’agit d’un survival etouffant et malsain totalement dans la mouvance de ceux qu’on voyait dans le cinéma américain d’alors, type Les Chiens de Paille de Peckinpah ou Délivrance de Boorman – deux films auxquels on pense plus d’une fois ici. Comme on pense aux premiers « survival horror » de Wes Craven ou à Massacre à la Tronçonneuse. le film de Kotcheff n’est pas aussi puissant, mais il apporte une originalité par rapport aux autres ; élément qui fait froid dans le dos. En effet, son « citadin intellectuel propre sur lui » plongé au milieu des sauvages de la cambrousse australienne est une victime consentante de cette plongée en enfer. Il est certes manipulé par les bouseux et sous l’emprise de l’alcool (le nombre de bouteilles descendues dans le film est impressionnant !), mais ni torturé, ni séquestré et libre de partir à n’importe quel moment. Au lieu de quoi, il « préfère » libérer sa part sombre, notamment dans une hallucinante séquence de chasse au kangourou qui est le sommet morbide du film – une carton indique à la fin que l’équipe de tournage a fait appel à de vrais chasseurs de kangourous et que l’espèce est maintenant protégée…
Un trip hallucinatoire un peu longuet et parfois outré, mais aux images superbes et à l’atmosphère poisseuse et angoissante.
Note = 4/6

Enfin, j’ai maté The Equalizer, gros film d’action d’Antoine « dragée » Fuqua avec Denzel Washington. Rien à dire sur ce film, si ce n’est que dans le genre « c’est complètement con mais ça pète de partout, y’a de la grosse musique, Denzel Washington a déjà joué ça 100 fois (notamment dans Man on Fire) mais il est toujours très bon en « mode badass », y’a des moments ultra-violents jouissifs – dont une séquence spéciale « outil de travaux et jardinage » », ben ça fonctionne plutôt bien.
Note = 4/6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Traditionnelle semaine "en solitaire" des vacances d'été...

(bien) Entamée hier avec Les 4 Fantastiques :
http://thexphil.forumactif.org/t18p45-un-monde-marvel-leux-monstres-verts-gars-en-fer-araignees-radioactives

La pioche a été moins heureuse aujourd'hui après la merdasse Pixels :
http://thexphil.forumactif.org/t41p660-rapido-films-ze-quick-critix-volioume-tri#11196

Du coup, pour compenser, je me nettoie les mirettes de cette daube avec le déjà méga culte PACIFIC RIM en Blu-Ray ! (un 6/6 après un zéro, et pour le coup un vrai film de geek, lui !)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin


Alors que j'ai jamais été fan de la série originale, j'aime beaucoup la franchise MISSION IMPOSSIBLE au cinéma (plus que les James Bond, déjà...). Même en dépit de Tom Cruise - qui pour le coup est un vrai atout ici; le scientologue en chef jouant de son immense pouvoir à Hollywood pour chouchouter et peaufiner cette franchise toute à sa gloire. L'intelligence du nain et des autres producteurs est de confier chaque film à un "vrai" réalisateur et non à un yes-man quelconque; réalisateur qui apporte à chaque fois sa touche personnelle au film. Ce que les producteurs des derniers Bond ont compris, d'ailleurs, puisqu'ils ont maintenant recours à la même méthode - avec des résultats positifs.

Après le techno-thriller ultra maîtrisé De Palma-esque, les flingues de Woo, le côté geek d'Abrams et la folie ludique de Brad Bird, c'est donc au tour de Christopher MacQuarrie d'hériter du nouveau bébé. Surtout connu pour son boulot de scénariste (sur Usual Suspects et les autres films de Singer, quand même !), il débarque là auréolé du succès du film d'action Jack Reacher, déjà avec Cruise.
On ne va pas se mentir : sa présence en fin de liste après ses réalisateurs prestigieux n'augurait pas du meilleur... Eh bien le résultat calme vite les sarcasmes. Et le gars n'a pas à rougir face aux autres membres du club.
Les premiers échos étaient dithyrambiques, je serai juste un petit cran en dessous. Non, ce Mission Impossible : Rogue Nation n'est pas le film d'action du siècle et n'enterre pas Mac Tiernan et compagnie. C'est "juste" un super film d'action, mené sans temps mort, haletant et prenant, pas con... Qui contient une poignée de scènes monstrueuses (la poursuite en motos à Casablanca !) et se révèle un divertissement parfait au coeur de cet été caniculaire. Ce dont ne peuvent pas se vanter tous les autres candidats au titre - loin de là (Terminator, si tu nous lis...). Cruise est très bien. Bon, il est même super bien, et son implication physique incroyable (ça m'emmerde de complimenter ce con, mais bien obligé, là). Jeremy Renner est très bien. Simon Pegg est très drôle. La révélation suédoise Rebecca Ferguson est Shocked Shocked Shocked Shocked Embarassed Rolling Eyes

ça fonce, ça pète, ça fait du bruit et du bien; c'est du bon gros film d'action réussi comme on les aime. Mais pas que - l'atout principal du film étant de mêler à son matériau de base des motifs du film d'espionnage ou du thriller hitchcockien qui relèvent bien la sauce.



Après, j'ai revu CHRONICLE en DVD - que j'avais pas revu depuis sa sortie ciné, et que Fantastic Four m'avait remis en tête.
Ben c'est toujours aussi bien.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Arte a diffusé récemment Série Noire pour une Nuit Blanche (Into the night) de John Landis, film des années 80 que je n'avais très étonnamment jamais vu (même pas en VHS ou sur le Canal+ des parents à l'époque) !
C'est une comédie légère typique de l'époque, avec le côté "pré-geek" typique de Landis en plus (les explosions de violence à la fin...). Et ça ne fait aucun doute dès les premières images : l'esthétique est là, la musique d'Ira Newborn est bien eighties, et c'est que du bonheur ! Bon, ça tourne très vite en rond, sur des chemins très balisés  qui misent tout sur l'abattage des acteurs (Jeff Goldblum et Michelle Pfeiffer secondés par un tas de "gueules" typiques) et un scénario policier à tiroirs embrouillé, dont on se fout très vite.
A voir pour le fan de l'époque que je suis; dispensable sinon.

2 faits à noter :
1/ David Cronenberg joue un petit rôle au début - et il y a fort à parier que c'est là qu'il a rencontré Goldblum, embauché l'année suivante pour le chef d'oeuvre La Mouche. (il y a aussi un autre David, Bowie, dans un petit rôle)
2/ Michelle n'a peut-être jamais été aussi belle qu'ici. Et c'est pas peu dire. (en plus, on la voit nue le temps de 2 plans fugitifs trop courts). Grâce à elle aussi, je suis redevenu adolescent pendant 1h45.


Et pour terminer (eh oui, déjà - je vais récupérer la petite famille demain), un certain LAST ACTION HERO signé du grand MacT - récemment racheté en BR bounce

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Christopher Mac Quarrie écrira et réalisera le prochain Mission Impossible. C'est la première fois qu'un réalisateur rempile sur la franchise. Depuis qu'il est devenu le grand pote de Tom, forcément (de là à ce qu'on nous dise qu'il a viré scientologue)...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
4 jours tout seul la semaine prochaine, j'avais déjà programmé deux belles daubes de l'été au ciné : Independance Day Resurgence en avant-première lundi, et Bastille Day avec Idriss Elba, mardi.
Sauf que ce second film a été déprogrammé suite aux événements de Nice !!! (en même temps, l'histoire décrivant u e attaque terroriste à Paris le 14 juillet, et le slogan "cette année, le feu d'artifice, c'est eux", ça faisait beaucoup ! )

Tant pis, j'irai voir un bon film, Léa...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Ces déprogrammations, c'est juste débile

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Carrément... enfin, je sais pas s'il est déprogrammé ou non chez UGC. Je verrai mardi !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Phil a écrit:4 jours tout seul la semaine prochaine, j'avais déjà programmé deux belles daubes de l'été au ciné : Independance Day Resurgence en avant-première lundi


HAHAHAHAHAHA, c'était énorme !
La même grosse bousasse intergalactique que le premier. Aussi débile, bruyant et décérébrant. J'en attendais pas moins de Herr Roland, et il ne m'a pas déçu.
En même temps, ça faisait longtemps que je m'étais pas tapé un de ces gros machins qui pètent de partout et me font perdre 20 points de QI; ça faisait presque plaisir. J'y allais quand même carrément pour ça. Et j'ai bien rigolé. Sauf que, dommage, c'était jamais aux moments où c'était censé être volontairement drôle.

J'aurais presque envie, du coup, d'être indulgent envers le film.
Sauf que non, faut pas abuser. Parce que ça reste vraiment très très très très très très très mauvais.

Même dans l'optique "divertissement de l'été pour se rafraîchir dans les salles obscures (pour le coup, pas très bien climatisée, la salle à la Def', j'ai eu chaud quand même...) en oubliant les soucis", il n'empêche qu'il est difficile de faire l'impasse sur les défauts du bouzin.
Ils s'y sont mis à 6 ou 7 sur le scénario, c'est pourtant torché n'importe comment, cumulant les idées plus débiles les unes que les autres. La gestion du côté "suite" fait pitié - on prend les enfants des personnages du premier, quelques survivants auxquels ont fait jouer le même rôle, et roule ma poule. Les personnages, tiens, parlons-en... les quoi ?
Ah, et on est bien contents pour le teuton, les effets spéciaux ont fait un bond spectaculaire en 20 ans, du coup il peut nous balancer encore plus de scènes de destruction massives nazes, d'affrontements de vaisseaux qui font pioupiou à tous les coins de l'écran qu'on n'y comprend rien, de gros gloumoutes pompés sur 50 classiques du cinéma de SF (à commencer par Alien)...
Les acteurs, j'en parle même pas : une belle collection d'endives cuites. La pire, je pense que c'est Charlotte Gainsbourg, avec son accent londonien forcé auquel on ne croit pas une seconde (un comble !). Mais ça ne doit pas dédouaner les autres, une belle collection de bras cassés (même des acteurs pour qui j'ai de la sympathie genre Jeff Goldblum ont l'air complètement perdus).

Enfin, par charité, je vais pas m'amuser à disserter des aspects SF du film... ça me fait mal rien que d'y penser.
Enfin, ça reste moins douloureux que le discours humaniste gnangnan basé sur l'idée que tous les peuples du monde s'aiment et qu'ils ont cessé toutes les guerres depuis la première invasion extraterrestres du premier film. (d'ailleurs, pourquoi les missions des Nations Unies, alors ? Et les hordes de guerriers africains armés ?).

Un naufrage total. Mais un naufrage fun, au moins.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Apparemment, Bastille Day n'est pas déprogrammé aux Halles (et ailleurs) - la plupart des cinémas ont choisi de le laisser finir la semaine d'exploitation et de ne pas prolonger à partir de demain.
Mais bon, de l'avis de quelques uns qui l'ont vu, c'est surtout bien pourri ! Vais donc plutôt essayer de me goupiller une séance pour aller voir autre chose, en laissant mourir ma réservation...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Finalement, j'ai bien pris ma placepour la daube terroriste, mais bifurqué pour aller voir LEA de Marco Tullio Giordana à la place ! (les salles étaient du même côté aux Halles)

Je pense que ça valait mieux...
Enfin, Diane m'avait fait douter dans l'aprem en me disant que je pourrais être un des raes spectateurs français à avoir vu Bastille Day en salles. Mais j'ai été fort.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Deux films enchaînés au cinéma en sortant du boulot aujourd'hui.

D'abord, le dernier Âge de Glace - Les Lois de l'Univers... que j'ai trouvé vraiment pas terrible. Comprenons nous bien : la série préhistorique n'a clairement jamais été ce qui se faisait de mieux en matière de cinéma d'animation. Mais malgré ça, les deux premiers sont très bien, les deux suivants plutôt sympas. Mais là, il est clairement temps que ça s'arrête. Le scénario est une catastrophe, c'est complètement débile, on n'y croit pas une seconde, et rien ne prend jamais. Le problème principal du film est dans l'accumulation des personnages - toutes les bébêtes apparues dans les 4 films précédents reviennent ici, et comme si ça ne suffisait pas, on nous en rajoute encore des nouveaux. Du coup, chacun doit avoir son moment de gloire, quitte à ce que ce soit fait en dépit du
bon sens. Le film est ainsi une suite de sketches mal reliés entre eux; qui plus est d'un humour poussif, qui ne fonctionne qu'une fois sur 15.

Il serait grand temps que ça s'arrête.
(Note = 2/6)


Heureusement, j'ai enquillé avec beaucoup mieux, via un film dont nous avait déjà parlé Cyrillou :

Cyrille a écrit:Irréprochable, de Sébastien Marnier ne l'est pas à 100% mais Marina Foïs crève l'écran. La très bonne surprise de cet été

Tout pareil. C'est loin d'être parfait, et j'ajouterais que c'est pas très original non plus. Mais, même si on a déjà vu ça traité auparavant (parfois en mieux), c'est suffisamment bien foutu pour maintenir l'attention du spectateur. Avec un joli suspense et une belle montée de tension.
Et, bien sûr, le principal atout est Marina Foïs, absolument géniale, effrayante, impressionnante; et qui donne de sa personne. Confirmant, après le précédent Darling, qu'elle est bien loin de se cantonner au registre de l'actrice comique (dans lequel elle est tout aussi bonne).
Ce qui est bien, aussi, c'est que les autres acteurs sont au niveau. La jeune Joséphine Japy (qui ne dormirai pas dans la baignoire, en plus), Jeremie Elkaïm (qui ne dormirait probablement pas dans la baignoire chez certain(e)s), Benjamin Biolay... Et la musique électro très eighties de Zombie Zombie m'a forcément emballé.

Sans atteindre des sommets du thriller psychologique, une belle réussite en effet.
(Note = 4,5/6)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Trois jours tout seul sur Paris, trois films vus, donc Very Happy
(pas que la présence de femme et enfants à la maison m’empêche d’aller au ciné et de mater des BR, mais bon…)

Au cinéma, LE SERPENT AUX 1000 COUPURES, le nouveau film d’Eric Valette. Le réalisateur du génial Maléfique, je le rappelle pour les étourdis (le vrai, le petit film d’horreur français inventif, pas le caca avec Angelina Jolie contre la Belle au bois dormant)… Valette est un de ces jeunes réalisateurs sevrés aux films de genre en VHS et aux Mad et Starfix des années 80 ; le mec sympa qui fait des films sympas plein de bonnes intentions ; qui est toujours super intéressant quand il parle de cinéma (comme récemment dans un podcast de 2 heures chez CaptureMag) ; que j’ai envie de suivre et de défendre… Mais qui n’a jamais fait mieux et ne fera jamais mieux que son premier film. C’est ennuyeux.
Et ça se confirme encore avec celui-là, adapté d’un roman de DOA paru à la Série Noire. Pour être honnête, le problème vient peut-être en partie de moi : je m’attendais à un film d’action, et c’est plutôt un film noir, avec 2/3 fusillades. Mais même au-delà du fait que c’était pas le film que j’avais envie de voir, c’est « objectivement » pas top. Mou et un peu chiant, se perdant dans une intrigue artificiellement alambiquée et avec un trop-plein de personnages, certains acteurs pas à la hauteur de leurs collègues ; voire, dans le cas de Tomer Sisley, très bien un bon moment et beaucoup moins à la fin (sa dernière réplique au « colonel » est pathétique !)… Pas désagréable pour autant. Mais, dans la catégorie des « autres films de Valette moins bien que son premier », autant revoir Une Affaire d’Etat ou La Proie.


Au cinéma, re, l’avant-première de ON L’APPELLE JEEG ROBOT, film italien de Gabriele Mainetti qui sort sur les écrans le 3 mai prochain. Et ça, c’était tout de suite beaucoup mieux !
Attention, hein, pas parfait. Surtout parce que c’est un premier film qui contient certains défaut de premiers films. D’un autre côté… un premier film comme ça, je voudrais bien en voir pour tous les réalisateurs ! Parce que les maladresses sont largement compensées par la générosité du truc, son originalité, ses aspects les plus barrés, son humour noir, ses débordements violents et sanglants. Difficile de définir ce Jeeg Robot, dont on pourrait dire rapidement que c’est un film de super-héros italien ancré dans la banlieue de Rome. Mais là, on n’a rien dit du regard que porte le réalisateur sur le concept, traité de manière réaliste. Mais, dans le même temps, c’est aussi un vrai film de super-héros, fonctionnant comme un « … Begins » tel qu’on en a rarement d’aussi bien foutu, travaillant le mythe du héros en superslip au corps tout en semblant s’en foutre complètement.
On n'a rien dit non plus sur le mélange des genres à l’œuvre, un peu film social, un peu film policier, un peu film d’action, un peu comédie, un peu manga (l’explication du titre, au cœur du film et de son titre en japonais au générique est réjouissante !), beaucoup tout ça à la fois.
Une sorte d’Incassable qui ne se prendrait pas au sérieux, un Spider-Man trash et dégénéré. Dont le dernier quart est mortel, et s’achève sur un plan de malade, drôle et puissant à la fois.

Allez voir ça quand ça sort (en vous attendant pas au chef d’œuvre du siècle – mais à un truc qui va sacrément vous changer des Marvel et DC) !


Et, pour finir, je vais EN-FIN voir ce soir CONTACT de Robert Zemeckis ! Dans des conditions pas idéales (VF, coupures pub…) puisque c’est passé sur RTL9 en début de semaine, mais bon. Cyrille m’en avait reparlé il y a quelques temps en me disant qu’un amateur de SF comme moi se devait de l’avoir vu, alors que je m’en étais foutu pendant toutes ces années. Et j’avais été surpris d’avoir beaucoup de mal à le trouver (même illégalement). Donc, voilà, quand j’ai vu qu’il passait à la télé, j’ai sauté sur l’occasion.
Verdict plus tard dans la soirée.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Phil a écrit:Mais, dans la catégorie des « autres films de Valette moins bien que son premier », autant revoir Une Affaire d’Etat ou La Proie.

Bon, comme je suis rentré assez tôt du boulot et que j'avais du temps devant moi, j'ai intercalé un revisionnage de LA PROIE, film d'action d'Eric Valette datant de 2011, avec Dupontel (et plein d'autres gens, il a un casting à rallonge, ce film). Que j'avais vu au ciné à sa sortie et dont j'avais un bon souvenir... confirmé à la deuxième vision. C'est même vraiment bon. Et là, pour le coup, c'est un vrai film d'action. On sent même que Valette, les acteurs et toute l'équipe se sont éclatés avec ces poursuites, ces cascades, ces fusillades. Et leur bonheur se communique bien au spectateur. Après, on peut lui faire le même reproche qu'à son dernier film, celui de trop multiplier les personnages et les sous-intrigues. Mais c'était beaucoup mieux géré en 2011.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Phil a écrit:Et, pour finir, je vais EN-FIN voir ce soir CONTACT de Robert Zemeckis ! Dans des conditions pas idéales (VF, coupures pub…) puisque c’est passé sur RTL9 en début de semaine, mais bon.

Ah ben non, tiens, ils font de la version marseillaise sur RTL9, cool !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Ah ben, en effet, c'est un film que je me devais d'avoir vu ! Very Happy
Trop long, et y'a des aspects de "gros film commercial américain" qui parasitent un peu l'ensemble. Là, par exemple, on se rend bien compte de la renaissance (relativement) récente de Matthew MacConnaughey, qui n'est vraiment pas bon dans Contact.
Après, c'est pas le plus important du film. Et tout ce qui touche à la science, à la science-fiction, aux questionnements de les E.T., Dieu, la foi et la preuve, est super bien.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum