Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

KRAKEN de China Miéville

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 KRAKEN de China Miéville le Ven 13 Sep - 17:16

Phil


Admin


Avec The City and The City; l’anglais China Miéville avait mis la barre très haut et remporté un prodigieux coup gagnant : encensé par la critique et le public, le bouquin avait en plus remporté de nombreux prix internationaux.
Toujours publié en France chez Fleuve Noir, ce KRAKEN a fait mieux que transformer l’essai : en plus d’avoir été qualifié de « meilleur roman de l’année » par The Guardian, il a pour sa part remporté à peu près tous les prix possibles dans le domaine de l’imaginaire ! Il faut dire qu’il y a de quoi s’enthousiasmer – même si, d’un autre côté, c’est pas le livre du siècle non plus. Et que le précédent était probablement mieux à mon avis… Mais c’est quand même vraiment excellent.

C’est surtout complètement délirant, un tour de manège dans une Londres en proie à la magie qui ne laisse jamais le temps de souffler, accumulant les scènes les plus folles, alignant des tas d’idées brillantes, renouvelant la Fantasy moderne dans une sorte de fourre-tout un peu étouffe-chrétien.

Globalement, on a l’impression de lire ici un nouveau Neil Gaiman, voire même une suite de son Neverwhere. Comme son ainé, Miéville s’affranchit très vite du réalisme et nous plonge dans un monde imaginaire foisonnant et complètement chtarbé. Il fait aussi preuve du même humour nonsensique ; et à recours au même ton pour imposer au lecteur ses idées les plus frappadingues. A savoir qu’il raconte cette histoire de grand malade comme si tout ce qui s’y passe était le plus naturel du monde. En partant du vol d’un spécimen de calmar géant dans un musée, Miéville nous entraîne dans une guerre aux multiples intervenants, chacun cherchant à anticiper ou à prévenir la fin du monde, rien moins que ça. On y croise une division spéciale de la police londonienne traquant les émanations surnaturelles de la ville, un fan de Star Trek capable de se téléporter, un ancien esclave égyptien vieux de 10000 ans qui s’incarne en passant d’une figurine inanimée à une autre, une secte adorant le dieu Kraken, un homme possédé par un tatouage vivant, un scientifique qui a inventé de nouvelles manières de manipuler le feu, une entité morte et réincarnée dans de l’encre, la Mer, un tueur sadique et immortel accompagné de son fils muet… et encore bien d’autres choses, au fil de ces pages qui se dévorent à toute vitesse.
Il y a en plus de tout ça un travail sur la langue – qui rend bien en français, ce qui laisse imaginer le travail de l’auteur à la base. Invention de mots-valises pour rendre compte des concepts de la Londres parallèle décrite, tournures de phrases travaillées, idées qui fusent au gré des lignes… Miéville parvient à rendre un texte à la fois simple et travaillé par quelques trifouillages bienvenus.

Pour ne pas perdre son lecteur, Miéville lâche au milieu de tout ça son personnage principal, un mec normal aussi largué qu’on le serait à sa place. Ca ne fonctionne pas toujours : on est parfois perdu dans tout ce qui se passe ici. C’est la grosse limite du livre, un peu répétitif dans ses péripéties, et multipliant trop les retournements et autres coups de théâtre. Un sens du récit un peu relâché, que j’avais déjà remarqué dans The City… mais qui est plus flagrant ici.
Sans que ce soit grave pour autant – vu que même en relâchant un peu sa concentration par moments, le livre s’avère un pur plaisir léger, drôle et dépaysant ; qui fait passer un excellent moment. Pas l’œuvre grandiose à laquelle on pourrait s’attendre avant lecture, mais dans le genre divertissement haut de gamme, ça se pose là !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

2 Re: KRAKEN de China Miéville le Sam 14 Sep - 17:22

J'en ai pas lu de bonnes critiques. Tu me rassures pas. Ça ne me dit rien.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum