Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La grosse poisse : le cinéma des Frères COEN

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Phil


Admin
Grosse activité pour les frangins terribles du cinéma indépendant américain : rétrospective à la Cinémathèque, cycle sur Arte... et sortie de leur dernier né sur nos écrans.




J'étais pas tenté par cet Inside Llewyn Davis à la base, même signé des frères Coen, qui ont souvent su m'étonner à partir de trucs a priori sans grand intérêt. Une histoire de chanteur folk raté, proto-Dylan engoncé dans sa mouise, mouais...
Mais bon, sur le nom des frangins, quand même, me suis dit que ça pouvait le faire. Surtout, la présentation triomphale du film à Cannes où il a obtenu le Grand Prix, l'accueil critique, les premiers avis... Tout ça a su faire pencher la balance.

Eh ben, au final, c'était en effet pas terrible !
Le film sent constamment le "pur film des frères Coen", mais complètement à côté de la plaque. On y retrouve bien leurs héros losers sur lesquels s'abattent tous les malheurs du monde, et qui ne peuvent jamais se dépatouiller de leurs galères, s'y enfonçant plutôt inexorablement. On y retrouve leurs personnages secondaires truculents (apparition savoureuse du fidèle John Goodman notamment). On y retrouve évidemment leur maîtrise technique imparable, et leur superbe direction d'acteurs. Leur amour de la musique, aussi - forcément, avec un matériau pareil.
Pourtant, en ce qui me concerne, l'a mayonnaise n'a pas pris. Comme dans leurs rares films que j'aime pas trop (O'Brother par exemple), j'ai eu l'impression de voir un sous-Coen fait par un gars qui essaie d'appliquer leur recette sans jamais aller plus loin que la surface des choses. Et je me suis surtout passablement ennuyé, malgré quelques fulgurances, 2-3 gags absurdes qui m'ont fait rire, et la beauté formelle de l'ensemble.
Sans même aller jusqu'à demander les sommets de Fargo à chaque film, on est en droit de réclamer des frangins quelque chose de plus enthousiasmant que ça.

Allez, on va dire que c'est un coup de mou - 3/6.
(et se consoler avec la superbe programmation Fargo + Blood Simple sur Arte lundi prochain)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin


Outre que j'avais dû le voir une seule fois vers 87-88, j'avais deux bonnes raisons de revoir SANG POUR SANG (Blood Simple), premier film des frères Coen - mais aussi premier rôle de Frances Mac Dromand, première (superbe) musique de Carter Burwell et première direction de la photo phénoménale de Barry Sonnenfeld.

D'un, parce que si les frangins sont aujourd'hui des géants du cinéma américain, il était intéressant de se re-pencher sur cette première oeuvre 30 ans après, pour y trouver les germes de leur cinéma futur. Et tout y est déjà, évidemment, dans un film qui est une sorte de version "en négatif" de Fargo - film froid et cérébral remake 12 ans plus tard de celui-ci chaud et viscéral. De leurs personnages losers s'enfonçant progressivement dans la mouise à leur maîtrise technique, de la direction d'acteurs à la mise en scène pensée comme un grand jeu de société, du regard cynique et l'ingéniosité des trouvailles visuelles.

Et de deux parce que me replonger dans ce film typique de "mes" années 80 fait un bien fou. A l'époque, personne ne misait un kopeck sur ces deux frères qui débarquaient avec ce film-OVNI, formant une bande avec leurs acteurs et techniciens et Sam Raimi et consorts qui venaient de triompher avec Evil Dead (les Coen ont d'ailleurs procédé comme Raimi en faisant les poches de leur entourage et de quelques friqués habitants du coin pour monter ce premier film à l'arrache). Mais quelques critiques alternatifs enthousiastes avaient su désigner ce petit film comme un bijou qu'il fallait à tout prix voir. Et s'il est très représentatif de son époque, il a réussi - contrairement à beaucoup d'autres - à ne pas vieillir d'un iota. Même ces mouvements de caméra ostentatoires comme le travelling sur le bar, ou les transitions visuelles autour de Mac Dormand, ont encore une sacrée gueule.

Mais surtout, s'il fallait trouver une raison au dessus de tout, c'est que Blood Simple est un grand film; démarquage ironique, violent, sombre, poisseux, des codes du film noir. Porté par un humour noir ravageur et bourré de scènes d'anthologie illustrant magnifiquement la maxime d'Hitchcock sur l'affiche. L'acte de naissance de cinéastes d'exception - qui livraient là d'entrée un de leurs meilleurs films.

Note = 5/6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin


Lorsque les frères Coen réalisent LE GRAND SAUT en 1994, leur carrière a fait un grand bond en avant, avec l'obtention de la Palme d'Or à Cannes et plusieurs Oscars pour leur film précédent, Barton Fink. Les sales gosses du cinéma américain sont attendus au tournant, à la fois par les fans de la première heure - qui pourraient ne pas leur pardonner de s'assagir - et par l'inteligentsia nouvellement acquise à leur cause.
Pas étonnant que ce film, qui fera l'ouverture de Cannes, soit alors relativement mal accueilli par la plupart des gens. Parce que, associés à leur vieux pote Sam Raimi, les Coen ne cherchent pas à s'affirmer comme des cinéaste "sérieux" pour festivals et reviennent à leurs mauvaises manières. Mais aussi parce que, à l'inverse, ils s'avèrent plus lisses et moins outrageusement aggressifs que par le passé.

En ce qui me concerne, Hudsucker Proxy (son titre original) est un Coen Bros que j'aime beaucoup. Plus que certains de leurs films officiellement encensés - bien plus que le dernier, par exemple - alors qu'il est bancal et pas toujours réussi. Un film que j'ai bien plus envie de réhabiliter qu'un O'Brother ou même un Big Lebowsky, même si je lui trouve plein de défauts, notamment à la revoyure.
Parce que, malgré ses trucs un peu foireux, c'est une sorte de manifeste de leur cinéma. Un hommage aux classiques américains - ici les films de Frank Capra, c'est une évidence, mais aussi les comédies de Howard Hawks (le personnage de Jennifer Jason Leigh a l'abbatage des héroïnes hawksiennes type This Girl Friday). Mais aussi un dynamitage des codes de ses films, dans un tourbillon de couleurs, de mouvements de caméra, d'idées de mise en scène, de numéros d'acteurs réjouissants. Et même si, pour une fois, ça ne finira pas mal pour le personnage principal, toute la mécanique présente dans leur oeuvre est présente ici plus que jamais.

Surtout, c'est un film d'une belle liberté, où les Coen font absolument tout ce qu'ils ont envie de faire sans se soucier de ce que leur public, ancien ou nouveau, pourra bien avoir à en dire. Deux ans plus tard, ils parviendront à canaliser leur folie et à la dompter pour livrer ce chef d'oeuvre de maîtrise qu'est Fargo - sorte d'anthitèse de ce film là. Ouvrant ainsi une nouvelle époque de leur filmographie, passionante, et qui fait apparaître ce Grand Saut comme la fin d'une première époque tout aussi passionante.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
J'adore aussi le grand Saut

Voir le profil de l'utilisateur
Moi j'adore O'Brother

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
La bande annonce de Hail Caesar, le prochain film des Coen, qui devrait être très drôle, délirant, Coenien en diable, et qui dispose d'un casting monstrueux !
(sortie chez nous : 17 février)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Phil a écrit:La bande annonce de Hail Caesar, le prochain film des Coen, qui devrait être très drôle, délirant, Coenien en diable, et qui dispose d'un casting monstrueux !

Oui, c'est marrant, oui, c'est très "Coenien", et oui, le casting est monstrueux...
... mais c'est quand même assez anecdotique. C'est rien de dire que c'est un Coen mineur. Sauf que, pour le coup, il y a plein de Coen considérés comme mineurs que je trouve super bien (Ladykillers ou Burn After Reading, par exemple). Là, ça ne dépasse jamais le stade du film sympa.
C'est surtout très décousu. Il y a quelques bonnes séquences, quelques moments vraiment drôles, certaines répliques énormes, l'hommage au cinéma hollywoodien des années 50 est réjouissant. Mais les Coen ont voulu en faire trop, mettre trop de trucs, condenser toute une période (tellement riche, en plus !) du cinéma américain en un film de 1h45. Et, forcément, ça déborde de partout, et c'est très inégal. Beaucoup de personnages sont sacrifiés (Scarlett qui n'a que 2 scènes, c'est inacceptable !); beaucoup d'idées passent à la trappe à peine exposées. Seul le personnage central de "fixeur" incarné par Josh Brolin est vraiment suivi sur la durée, et en acquiert une épaisseur intéressante. à la limite le perso de George Clooney.

Après, c'est loin d'être raté. Et la reconstitution des tournages des grands studios offrent de superbes scènes (voir notamment le numéro de claquettes "à la Gene Kelly" de Channing Tatum).
Mais on est en droit d'attendre quelque-chose de bien mieux foutu de la part des frangins. J'ai préféré ça à leur trucs précédent chiant, mais on peut quand même craindre qu'ils traversent une période de mou qui commence à s'éterniser un peu (et faudrait pas ramener en bonus leurs scénario pour le dernier Spielberg et leur palmarès de Cannes avec un grand-prix tout naze) Rolling Eyes

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Phil a écrit:C'est rien de dire que c'est un Coen mineur. Sauf que, pour le coup, il y a plein de Coen considérés comme mineurs que je trouve super bien (Ladykillers ou Burn After Reading, par exemple). Là, ça ne dépasse jamais le stade du film sympa.

J'ai lu ça à droite à gauche et je trouve ça d'une prétention incroyable (je ne dis pas ça spécialement pour toi Phil Wink ). Décider à la place des auteurs, ce qui est mineur ou majeur ! Une des qualité que j'apprécie particulièrement chez les frangins, c'est justement de se foutre du quendiraton et de réaliser les oeuvres qui les intéressent eux ! D'autant qu'ils font des films intelligents, qui s'adressent à un public suffisamment intelligent, apte à déterminer seul si le film doit leur plaire ou pas sans qu'on leur explique ce qu'ils doivent considérer comme indispensable !
Et d'ailleurs j'aime beaucoup les deux que tu cites et ils n'ont rien de mineur à mes yeux !

Celui-ci, je ne l'ai pas encore vu mais il est déjà inscrit sur mes tablettes.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
J'ai aussi tendance à penser qu'il n'y a pas d'oeuvre mineure ou majeure dans une filmographie qui fait sens dans sa globalité (et celle des Coen est dans ce cas de figure). Même si j'ai utilisé le qualificatif, là, par facilité. Je maintiens "anecdotique", par contre Very Happy
Par contre, c'est un fait que mes films préférés des frangins font partie des "majeurs" (niark) - l'immense Fargo, Sang pour Sang, The Barber...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
C'est assez poussif en fait, et c'est le plus gros défaut du film. On est habitué à des mécaniques impeccables avec les Cohen, alors que là, c'est vraiment foutraque. Il y a un enorme ventre mou autour de la première heure, à tel point que je me suis demandé : mais de quoi veulent ils parler, en fait ?

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Même en sortant, on se posait toujours la question ! Smile
(enfin, si, l'hommage aux classiques, tout ça, mais bon... ça fait pas un film)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Cyrille a écrit:C'est assez poussif en fait, et c'est le plus gros défaut du film. On est habitué à des mécaniques impeccables avec les Cohen, alors que là, c'est vraiment foutraque. Il y a un enorme ventre mou autour de la première heure, à tel point que je me suis demandé : mais de quoi veulent ils parler, en fait ?
Je vais rester sur ma position que je ne vois pas en quoi c'est mineur, d'autant que les moyens mis en oeuvre sont plutôt considérables par rapport à certaines de leurs production. 
Par contre, j'ai pas vraiment compris quel était le sujet ... hormis un hommage à une période faste d'Hollywood, dont ils reprennent avec brio tous les gimmicks. Comme le disais Phil, c'est décousu. Parfois ça retombe sur ses pattes à retardement (la scène du film avec le "cowboy") et c'est brillant et parfois c'est le néant. 
Et le plus étrange, c'est que malgré tout ça, ça se laisse regarder tout seul ... comme quoi les frangins ont quand même un certain talent et on peut leur reconnaître de ne jamais rester dans leur zone de confort et d'aller toujours dans des endroits où on ne les attend pas.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouais, mais ça fait deux fois de suite qu'ils vont dans des endroits qui puent un peu Laughing

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Pour compenser un peu les deux derniers films pas tops des frangins, me suis refait FARGO en BR. Et y'a pas photo : c'est toujours bien le meilleur film des Coen ! Grâce notamment aux 10 dernières minutes plus drôles du tout, qui contrebalancent le délire cynique du film en lui apportant une touche existentielle.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Phil a écrit:Pour compenser un peu les deux derniers films pas tops des frangins, me suis refait FARGO en BR. Et y'a pas photo : c'est toujours bien le meilleur film des Coen ! Grâce notamment aux 10 dernières minutes plus drôles du tout, qui contrebalancent le délire cynique du film en lui apportant une touche existentielle.

Et ça m'avait donné envie de revoir UN PLAN SIMPLE de Sam Raimi; tâche dont je me suis acquitté ce soir.
Raimi et les frères Coen ont toujours été très proches - depuis que Joel a été assistant monteur sur Evil Dead - et ont souvent collaboré ensemble (sur Mort sur le Gril, Miller's Crossing, Le Grand Saut entre autres). Mais Raimi a longtemps souffert d'un complexe d'infériorité par rapport aux frangins (au moins jusqu'à la consacréation venue avec ses Spider-Man). Bien qu'il ait fait un des films d'horreurs les plus cultes qui soient, il a aussi jalousé la reconnaissance critique et publique dont les Coen ont joui très vite.
Cette émulation/compétition entre eux a culminé avec ce polar neigeux, qui n'est ni plus ni moins que "le Fargo de Sam Raimi". Si le film est (un peu) moins bien que le chef d'oeuvre des frères Coen, ça n'en est pas moins une petite merveille de film noir; magnifié notamment par la mise en scène étonnamment calme mais d'une précision redoutable de Raimi, et un trio d'acteurs (Bill Paxton, Billy Bob Thornton et Bridget Fonda) au top.
Et "l'imitateur" se montre largement à la hauteur de ses "modèles", à tel point que les Coen auraient pu mettre leur nom au générique, on n'y aurait vu que du feu ! Tout est là, dans ces personnages poursuivis par la poisse, dans l'engrenage impitoyable qui se met en place progressivement, dans la vision de la fatalité et de l'idée que l'individu ne peut s'extirper de la place qui lui est assigné que dans le sang et les larmes. Quand il y parvient; ce qui est loin d'être gagné. La spirale infernale qui s'emballe dans la dernière partie du film est un modèle du genre, d'un cynisme, d'une ironie et d'une noirceur qui dépassent même par moments deux des frangins.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum