Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Christopher NOLAN

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 4]

1 Christopher NOLAN le Dim 15 Déc - 12:15

Phil


Admin
A un an de la sortie du film, un premier teaser de Interstellar a été dévoilé.
Dans lequel on ne voit à peu près rien (pourquoi "à peu près" ?) - mais qui fait évidemment bien monter la sauce.

Le lien sur l'article correspondant sur le site de Mad - qui donne en plus quelques informations sur le film :
http://www.mad-movies.com/Articles_WHERE_NO_MAN_HAS_GONE_BEFORE?autoplay=1#



Dernière édition par Phil le Mer 14 Déc - 16:40, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

2 Re: Christopher NOLAN le Ven 16 Mai - 22:57

Phil


Admin
Première véritable bande-annonce du film, qui promet non seulement un truc qui va déchirer sa mère, mais aussi un bel exemple de "vraie" (et donc rare) SF à l'écran. Nolan a pas intérêt à se planter sur ce coup là, avec l'attente qu'il crée autour de son nouveau film.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

3 Re: Christopher NOLAN le Mar 29 Juil - 12:18

Phil


Admin
Nouvelle bande-annonce du film :



En espérant toujours que Nolan prenne à bras le corps les concepts "pure SF" qu'on entrevoit ici, et ne se contente pas de la description d'une apocalypse déjà vue pendant les trois quarts du film.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

4 Re: Christopher NOLAN le Ven 26 Sep - 14:43

Phil


Admin
Hum hum... ça va durer 2h50. Plus qu'à espérer qu'en ressenti on sera plus proche de Inception que du dernier Biteman !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

5 Re: Christopher NOLAN le Jeu 2 Oct - 0:50

Phil


Admin
La troisième (et normalement dernière) bande-annonce, plus orientée SF, et qui promet beaucoup dans ce domaine !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

6 Re: Christopher NOLAN le Lun 27 Oct - 17:31

Phil


Admin
Les premiers échos sont (très) positifs, ci-dessous la première critique de Télérama :
http://www.telerama.fr/cinema/on-a-vu-interstellar,118453.php

... ça va être bon !
(et je surveille de pied ferme les éventuelles avant-premières dès mardi soir de la semaine prochaine. voire avant)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

7 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 10:22

Les échos de Télérama ... super !!!

Sinon, il passe en avant première jeudi soir à Nantes mais j'peux pas y aller. Tant pis, j'attendrais le 5/11 avec le troupeau !

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 10:51

Phil


Admin
Non, la critique de Mémé, c'est juste la première que j'ai trouvée en ligne, au milieu des échos positifs sur les forums et autre gazouillis !

(et j'irai probablement avec le troupeau aussi, à moins qu'Allociné et UGC dévoilent demain des programmations encore invisibles aujourd'hui)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

9 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 11:12

Pathé/Gaumont a lancé une campagne d'avant-première un peu partout en France

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 11:24

Phil


Admin
Ouais mais j'ai pas de carte Pathé !
(du paté de foie dans le frigo, par contre...)
(c'était pour concourir au jeu de mot le plus naze du net en 2014)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

11 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 11:49

Peux mieux faire ...

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 11:50

Phil


Admin
Je peux te mettre la critique de Première, aussi ! Smile

http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Interstellar-est-un-melo-cache-sous-une-grande-odyssee-spatiale-4076675

(une grosse connerie concernant la non-compréhension du cinéma de Kubrick qui serait proverbialement froid et dénué d'émotion s'est glissée dans ce texte - sauras-tu la retrouver ?)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

13 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 13:15

Phil


Admin
Entendu sur ITélé ce midi, au milieu d'un concert de louanges : "Il va falloir vous accrocher pour comprendre".
Il va surtout falloir s'accrocher face à ce type de commentaires. Qui vont venir de gens n'ayant jamais lu de SF (et ne sachant pas ce qu'est un trou de ver ou ne maîtrisant pas les concepts de relativité du temps). Et d'un public habitué au prémachage qui aurait exigé de Kubrick qu'il explique 2001. Ça m'énerve déja.



Dernière édition par Phil le Mar 28 Oct - 14:41, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

14 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 14:28

Inconditionnel de Nolan (et pas Dolan !!!), j'irai voir Interstellar, du coup, ce que peuvent raconter les critiques, je m'en tape le coquillard !

Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Christopher NOLAN le Mar 28 Oct - 14:43

Phil


Admin
Pareil (mais de Dolan aussi !).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

16 Re: Christopher NOLAN le Lun 3 Nov - 20:59

Phil


Admin
Et voilou, réservation faite pour mercredi 18h30 Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

17 Re: Christopher NOLAN le Lun 3 Nov - 21:08

2h49, je crains l'indigestion...

Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: Christopher NOLAN le Lun 3 Nov - 21:28

Phil


Admin
Les premières critiques parlent d'un ventre mou à un moment, pas super long quand même. Mais il semblerait que la première heure et mortelle, et la dernière partie itou.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

19 Re: Christopher NOLAN le Mar 4 Nov - 9:36

Phil


Admin
En attendant, interview de Nolan dans Premiere :


Après un blockbuster aussi conceptuel et ambitieux, que reste-t-il du cinéaste de Memento ?
Au niveau physique pas grand chose (rires). Sérieusement, à mesure que l’on vieillit tous les atomes qui nous composent changent, notre corps se modifie en vieillissant... La personne dont on se souvient enfant ou ado est totalement différente. Pardon, mais c’est le genre de chose qui m’obsède depuis quelques temps. Toutes ces notions de physiques concrètes m’intriguent.

Evidemment la question était à un niveau artistique...
J’avais bien compris… Je ne sais pas. Réaliser reste le même procédé. Rien n’a changé de ce point de vue.

Alors pouvez-vous nous dire comment s’est passé le travail sur ce film ? Et surtout au niveau du script.
Mon frère a travaillé sur ce projet pendant plusieurs années ; il écrivait avec un physicien, Kip Thorne. Au coeur de son projet, il y avait cette idée d’un film SF où la science serait réaliste. Quand je suis arrivé, quand j’ai repris le script, je l’ai fusionné avec un autre sujet sur lequel je travaillais, une idée de scénario qui explorait le même genre. J’ai gardé des idées auxquelles je tenais. Deux axes notamment : la relation entre un père et son enfant. Et cette volonté de faire un film de SF qui s’empare d’une problématique existentielle ; un film d’anticipation qui s’attaque à un moment crucial de l’humanité, ce moment où la terre devient comme un nid d’où nous devons partir.

A quel moment avez-vous refuser de faire le film en 3D ?
Ca ne s’est jamais posé en ces termes. A mon sens, la 3D permet d’avoir une forme d’émotion très intime. Mais Interstellar est un film aux dimensions cosmiques… Du coup, pour ressentir cette sensation épique, pour donner de l’ampleur, j’avais besoin de la plus grande échelle possible, et la 3D qui rétrécit un peu les choses ne permettait pas ça.

Jusqu’à quel point la technique conditionne-t-elle votre mise en scène ? Est-ce que vous avez choisi l’IMAX à cause des idées de mise en scène verticales que vous aviez ou est-ce que c’est ce format qui vous amène à modifier vos choix esthétiques ?
Quand je fais un film, j’essaie de trouver la technique appropriée à mon histoire. Faire dialoguer l’artistique et la technologie. Que l’un réponde à l’autre. Le format, la technique est pour moi un outil au service de l’art. Et le choix du format informe, influe sur et participe à la narration. L’IMAX - c’est la troisième fois que je l’utilise - impose forcément des choix esthétiques. Je ne le dis pas de manière péjorative… Au contraire, on cherche sa propre technique, son propre format pour raconter son histoire.

Vous parlez comme un explorateur au fond… Vu le sujet du film, c’est amusant.
Je ne sais pas si je suis un aventurier du cinéma comme Cooper est un aventurier de l’espace, mais l’idée du voyage, de l’exploration sont pour moi constitutives de la réalisation d’un film. Dans mon esprit, le voyage du héros me fait penser au voyage du cinéaste. Le voyage spatial est l’un des derniers endroits où la pratique, la technique rencontrent le monde des idées. Filmer est une micro version des défis d’un spationautes, c’est un champ où tout dépend de la technologie qu’on utilise, on prend des risques pour emmener les gens dans des endroits inconnus.

A ce propos, vous pensez vraiment que l’humanité doit être exportée ?
Oui ! Je suis un optimiste. Ce qui m’a toujours plu dans la conquête spatiale, c’est qu’il s’agit d’une aventure qui montre le meilleur aspect de la condition humaine. Le fait de se regrouper pour trouver des solutions à des problèmes techniques, la recherche scientifique pure, l’élan collectif... c’est l’homme à son sommet qui ressort à ces moments là.

C’est la première fois que vous abordez le genre du mélo. Au fond, est ce que ce n’était pas le plus grand défi d’Interstellar ?
Les spectateurs auront - j’espère - une réponse émotionnelle plus forte à Interstellar que dans mes films précédents. C’est le film où les émotions des personnages sont les plus importantes. Il s’agit d’un moteur essentiel de l’histoire. Et s’il était important de creuser les émotions des personnages, il fallait que ces sentiments soient simples, accessibles. Clairs et compréhensibles. Et ce fut le plus compliqué.

Pourquoi ?
Parce que ces émotions soulignent les concepts, et le discours scientifique qui se déploie dans les films. Ces discours sont parfois ardus, très compliqué, et je ne voulais pas perdre les spectateurs. Je voulais des émotions évidentes pour que ceux qui ne comprennent pas la partie scientifique puissent suivre et adhérer au film.

Mais même les émotions sont parfois traitées de manière conceptuelle… L’amour par exemple
Ce n’est pas si compliqué que ça. A mon sens, le film célèbre les mystères de l’amour. En suggérant qu’il y a peut-être une base scientifique à ce phénomène, une base géométrique à notre rapport aux gens, je ne complique rien, j’offre une nouvelle dimension aux sentiments. Le film présente le temps comme une dimension en soi, un artefact concret, un espace qu’on peut toucher. Peut-être que les humains sont tous reliés de manière physique, sensorielle. Mais je ne peux pas trop parler de ce thème sans déflorer le film. Mais quoiqu’il en soit, l’amour doit rester mystérieux, même si j’aime l’idée qu’en voyant la vie humaine d’un autre point de vue, en prenant un peu de recul, on peut quantifier l’amour, on peut le comprendre différemment, scientifiquement.

Il n’y a pas que l’amour, il y a aussi, comme dans tous vos films, le deuil et la mort
Je fais des blockbusters, des films de genre mainstreams. Et le mélo est une composante essentielle de ces films, c’en est même le moteur. Et la mort est un ressort majeur du mélo… Mais dans Interstellar je voulais traiter ça de manière un peu différente. Pas seulement comme une motivation pour les personnages, mais de manière un peu plus... philosophique. C’est le thème du plan A / plan B qu’on trouve dans le film. Dans l’espace les distances sont impossibles à appréhender et l’histoire d’Interstellar court sur des générations. Du coup, il est question du gouffre des générations, de la relation aux enfants et du temps aussi ! La mort, les enfants... tous ces thèmes parlent finalement de l’immortalité qui est l’un des thèmes les plus excitants qui s’offre à la réflexion humaine.

Quels sont les cinéaste qui vous ont marqué ?
Pour Interstellar ? Ridley Scott, Malick, Kubrick, Nicholas Roeg, Tarkovski, et surtout Mirror que mon chef op m’a fait découvrir en préproduction et qui a été une énorme influence sur Interstellar.

Vous évoquez Kubrick. Il faut pas être un peu fou pour se mesurer à lui comme vous le faites ?
Ce serait fou de me comparer à Kubrick, je vous l’accorde. Mais on ne peut pas faire un film de SF en faisant semblant que 2001 n’existe pas. On peut faire du mieux possible pour offrir quelque chose de neuf, de différent, mais il vaut mieux reconnaître cette influence, l’honorer et lui être fidèle plutôt que de cacher la référence et de faire semblant de ne pas la voir.

Pourquoi citez-vous les vers de Dylan Thomas ("Do not go gentle in that good night") ?
Certainement pas pour faire le malin. Juste pour les deux lignes que j’utilise, qui résument de manière éloquente le combat de l’humanité contre le temps.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

20 Re: Christopher NOLAN le Mer 5 Nov - 14:37

Phil


Admin
Une (longue) critique pour et une (courte) contre dans Mémérama. Sachant que le contre dit que c'est "aussi nul que labouilkie philosophique Matrix et le vide existentiel de Gravity", ça va sûrement être vvachement bien ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

21 Re: Christopher NOLAN le Mer 5 Nov - 22:11

Phil


Admin
Voilà voilà,  on a vu le bestiau...
Je tenterai une critique demain, mais vous pouvez y foncer tête baissée ! C'est pas parfait, y'a un côté trop explicatif gênant - d'autant plus quand on lorgne du côté de Kubrick qui ne s'embarrassait pas de donner les clés de 2001.
Mais sinon, c'est le meilleur film de SF depuis 2001, justement ! Déjà, parce que c'est de la SF (et pas un western spatial avec du bruit et des explosions dans le vide).
Et c'est aussi, de loin, le film le plus humain de Nolan, plein d'émotion et même d'humour (oui oui !) - ce qui fait d'aailleurs partie des reproches qu'on pourra faire à une fin trop longue, d'ailleurs. 
Et les 2h50 passent comme une lettre à la poste.

Note = 5, 5/6 (les conventions hollywoodiennes le disqualifient pour la note maximale, dommage)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

22 Re: Christopher NOLAN le Mer 5 Nov - 23:38

Phil


Admin
A noter aussi, le rejet de la "technologie à tout prix pour le plaisir de faire moderne", habituel chez Nolan. Pas de 3D, peu de numérique, des effets à l'ancienne, une mise en scène classique... Pas besoin de faire de l'esbrouffe gratuite quand on sait faire des films !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

23 Re: Christopher NOLAN le Jeu 6 Nov - 7:42

Ça fait un an que je l'attends celui-là, tu aurais pu dire que c'était de la merde en boite que ça ne m'aurait pas empêché d'y aller, reste juste à savoir quand. Et ce que tu en dis me conforte dans l'optique d'aller le voir car justement j'avais un peu cette appréhension de ce que tu lui reproches, du coup il risque fort pour moi d'être LE film de l'année

Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: Christopher NOLAN le Jeu 6 Nov - 10:14

C'est une bombe, une grosse claque visuelle et émotionnelle, ce qui surprend d'autant plus qu'on n'attendait pas spécialement Nolan dans ce dernier registre : que ce soit au niveau de l'expérience sensorielle lors des plongées dans l'espace que sur l'émotion que Nolan imprime dans la relation parent/enfants (qu'il avait un peu dévoilé dans Inception, d'ailleurs ce n'est pas le seul point commun avec ce film) sans jamais se vautrer dans le tapis. Et Mac Conaughey est encore une fois exceptionnel !
Par contre, je ne partage pas ton avis de "côté explicatif trop gênant", d'autant que sans quelques références scientifiques, le concept développé dans le film n'est pas à la portée de n'importe qui et qu'on reste très loin d'une explication de texte.
(au passage Kubrick aurait pu "s'embarasser" de quelques explications que ça n'aurait pas nuit à son film)

Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: Christopher NOLAN le Jeu 6 Nov - 10:58

Phil


Admin
Ah, je crois qu'on sera pas d'accord sur les explications ! Smile

Déjà parce que je trouve le film de Kubrick très bien comme ça, laissant à chacun le loisir de se faire sa propre opinion sans l'asséner au spectateur. Déjà, on est pas pris pour des cons. Et ensuite je pense que tout le monde est parfaitement capable de comprendre ce qu'il a envie de comprendre - c'est toujours plus fort. D'ailleurs, le film n'exercerait certainement pas le même pouvoir de fascination depuis 45 ans si on avait eu 10 minutes de séquences au milieu d'une bibliothèque spatiale géante pour expliquer un concept finalement très simple Smile.
Chez Nolan, ça fait un peu "Interstellar pour les nuls". Le pire, c'est que ça provoque une pause dans le film, ce qui en fait un peu sortir à mon avis. Je trouve pas qu'on soit "très loin d'une explication de texte" - surtout dans les scènes finales, après le trou noir. Son intelligence, c'est de coupler ça à une série de "séquences émotion" - effectivement une grande première dans le cinéma de Nolan. On disait avec Cyrille en sortant qu'il s'y était aventuré un peu dans Inception, mais ça restait timide (perso, l'histoire entre Leo et Marion me tire pas une larmichette, alors que là on n'était pas loin des grandes eaux).
(on notera que je me retiens de faire mon snob en disant que quiconque a lu un tant soit peu Stephen Baxter ou autre n'a pas besoin de ces explications de toute façon... et que les autres n'ont qu'à se contenter des images ! Smile)

A part ça, je crois que c'est un des (rares Rolling Eyes) films qui va faire l'unanimité ici... Quelle claque !
Je lis à droite à gauche quelques critiques sur des aspects du scénario ou du film (la scène du drone au début qui sert à rien, le mec qui s'éjecte dans un trou noir...) ou des maladresses (certains reprochent le côté émotionnel). Inutile de nier que le film n'est pas parfait. C'est justement cette imperfection qui le rend si fascinant, ne serait-ce que parce que le film est si fort par moments alors qu'il est en même temps totalement perfectible !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 4]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum