Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UGC Culte et Label UGC

Aller à la page : Précédent  1, 2

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

26 Re: UGC Culte et Label UGC le Mer 29 Juin - 14:52

Phil


Admin
Hallucinant !

On voulait aller voir Conjuring 2 en amoureux amateurs de films d'horreur à l'UGC du coin - pas joué à la Défense. Bon, pas grave, je regarde sur le site dans quelle autre salle il est... Nulle part !

Et là, je me suis souvenu de la sortie houleuse du premier volet, durant lequel des bandes de jeunes foutaient le bordel, et qui avait été déprogrammé de certains cinémas.
à mon avis, UGC n'a pas voulu risquer à nouveau le bordel, et a décidé de ne pas diffuser le film.

Super... Evil or Very Mad

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

27 Re: UGC Culte et Label UGC le Mer 29 Juin - 18:06

Ta carte marche aux MK2, idiot bête !

(le MK2 bibliothèque est fait pour les amoureux, d'ailleurs)

Voir le profil de l'utilisateur

28 Re: UGC Culte et Label UGC le Mer 29 Juin - 18:33

Phil


Admin
Ben ouais, je sais bien !

juste,
www.malife.com : c'est pas forcément pratique pour s'organiser un ciné à deux, en général, en ce moment c'est particulièrement hard - donc pas forcément jouable d'aller dans Paris plutôt qu'à La Def' juste à côté.
Mais on va voir si c'est faisable !

Après, ça n'enlève rien à la connerie de la décision d'UGC...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

29 Re: UGC Culte et Label UGC le Mer 29 Juin - 19:39

C'est pas moi qui a écrit


Phil a écrit: Bon, pas grave, je regarde sur le site dans quelle autre salle il est...

Voir le profil de l'utilisateur

30 Re: UGC Culte et Label UGC le Lun 14 Nov - 22:52

Phil


Admin
Phil a écrit:--------------------------------------------------------------------------------------------------
25 JANVIER
--------------------------------------------------------------------------------------------------
Cinéma : LA LA LAND de Damien Chazelle
Le réalisateur de Whiplash doit maintenant gérer la réussite et le succès de son film, alors qu’il se retrouve sous les feux des projecteurs et l’objet des attentes placées en lui. Il revient avec un film sur l’âge d’or hollywodien, en forme de comédie musicale, avec Ryan Gosling et Emma Stone ; qui va être scruté de très près par tous les cinéphiles.


Vu ce soir en ultra avant-première dans le cadre du label UGC.

J'en causerai plus tard... mais déjà, Cyrille, j'avais pas menti en disant que je savais bien ce qu'était le film ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

31 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 15 Nov - 1:11

Phil


Admin
Bon, donc, LA LA LAND est l'hommage de Damien Chazelle à la comédie musicale de l'âge d'or hollywoodien. Plus qu'un hommage, même : une sorte de re-création du genre, un film en cinémascope plein de couleurs éclatantes, tourné "à la manière" des grands classiques de Stanley Donen ou Vincente Minelli. Tout y est : le séquences de danse, les numéros de claquettes, les personnages qui se mettent à chanter à tout va, les figurants dans la rue qui dansent en rythme alors qu'ils ne se connaissaient pas la seconde d'avant, le héros et l'héroïne qui confient leurs états d'âme en chanson...
Partant de là, il faut évidemment aimer le genre, à la base, pour avoir une chance d'adhérer au film. ça tombe bien, c'est mon cas. Il y a 2/3 semaines, je revoyais encore pour la énième fois Singin' in the Rain en Blu-ray, et me régalais comme au premier jour...

Et, comme les films de l'époque, c'est un pur divertissement, et un film charmant qui fait tout pour se faire aimer du spectateur et le rendre heureux. Assez naïf, innocent, inoffensif, gentil, entièrement tourné vers le bonheur et la légèreté.

Charmant, c'est aussi le qualificatif qu'on peut coller aux deux acteurs principaux, RYan Gosling et Emma Stone. Impeccables de bout en bout, poussant la chansonnette et dansant comme des pros, et jouant la comédie comme aucune chanteur ou danseur professionnel ne pourrait le faire. Ils font vraiment rêver en ce sens qu'on aurait presque envie de continuer à passer notre vie avec eux, d'être à leur place, de partager sans cesse ces moments avec eux...

Comme pour son premier film, la réalisation de Chazelle est monstrueuse, mais repose sur des procédés inverses. Alors qu'il morcelait ses plans et jouait principalement sur le montage dans Whiplash, il travaille ici à base de plans-séquences et de mouvements de caméra amples - reprenant là encore les leçons des ses aînés en matière de comédie musicale. Ceux qui avaient compris qu'il ne servait à rien de faire des gros plans sur des scènes de danse, mais qu'il fallait capter et suivre l'ensemble de l'action.

Et la musique, pour sa partie instrumentale (je reviendrai sur le jazz !), est très bien. Elément indispensable pour un tel film ou la musique a autant d'importance que les images.


D'où vient, alors, la petite déception que constitue un film qu'on attendait de pied ferme, après la belle réussite du précédent et les promesses qui nous étaient faites là ?

Principalement d'un sentiment de "trop-plein". Loin de moi l'idée de me plaindre du fait qu'un réalisateur ait tellement confiance en son cinéma qu'il tente tout ce qui lui passe par la tête ! C'est même plutôt ce que j'aime dans le cinéma, en général.
Sauf que là, la somme des intentions de Chazelle finit par retrancher des qualités au film, et nuire à sa cohérence. Par exemple, le fait de rendre hommage à un pan classique du cinéma américain, mais en ancrant l'histoire de nos jours, produit un déséquilibre dommageable. Voir des gens danser sur un coucher de soleil en carton-pâte et rentrer ensuite chez eux en Prius, ou répondre à leur téléphone portable, ça rajoute de l'artifice à l'artifice, et finit par être indigeste. La première scène du film, avec les gens qui dansent sur l'autoroute, j'ai eu très peur pour la suite.

Vouloir faire une comédie musicale + un plaidoyer pour la musique jazz + un film nostalgique sur la fin de plusieurs époques + un discours sur la mort de l'art + une histoire d'amour + le portrait de deux paumés + une vision des studios hollywodiens + encore d'autres choses... ça fait beaucoup trop.

Enfin, il y a le problème de la musique jazz. Un problème subjectif, certes, mais qui peut gâcher un peu le film pour ceux qui sont hermétiques à cette musique (je ne crois pas en l'axiome décrété par Gosling dans le film, qui voudrait que "ne pas aimer le jazz, ça n'existe pas").
Dans Whiplash, le jazz était essentiel, mais ne constituait pas l'armature du film. On pouvait oublier le style musical pour plonger dans ce Full Metal Jacket chez les batteurs. DAns La La Land, le jazz imprègne énormément de scène, et devient même par moments l'enjeu principal du film. Pas facile de passer outre.


Reste un film très divertissant, qui fait passer un bon moment, et qui contient surtout son lot de belles scènes et montre une formidable alchimie entre les deux acteurs principaux.
Il faut juste ne pas en attendre beaucoup, et être prêt à mettre l'accent sur ses qualités plutôt que sur ses défauts. Ce qui, par moments, n'est pas facile.

Note = 4/6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

32 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 15 Nov - 10:09

Le cinéma de Chazelle risque d'être compliqué pour toi qui déteste le jazz Wink

Voir le profil de l'utilisateur

33 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 15 Nov - 10:59

Phil


Admin
Et pourtant, j'ai adoré Whiplash !!!

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

34 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 15 Nov - 13:09

Même pas un bout de bite de Gosling pour faire passer le temps pendant les très longues 102 mn du film !
Et que je te chante, et que je te jazz, et que ça m'a fait chier Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

35 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 15 Nov - 13:11

Ne pas aimer le jazz, ça existe. Ne pas aimer les comédies musicales aussi, et ne pas faire l différence ou à peine entre jazz d’ascenseur et soupe commercialo-jazzy itoo

Voir le profil de l'utilisateur

36 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 15 Nov - 13:12

Dans la liste des thématiques, tu oublies "des personnages qui veulent aller au bout de leur rêve artistique"

Voir le profil de l'utilisateur

37 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 15 Nov - 15:26

Phil


Admin
Cyrille a écrit:Dans la liste des thématiques, tu oublies "des personnages qui veulent aller au bout de leur rêve artistique"

Ah oui !
Mais y'en a tellement que j'en ai sûrement oublié d'autres...


Cyrille a écrit:Ne pas aimer le jazz, ça existe. Ne pas aimer les comédies musicales aussi, et ne pas faire l différence ou à peine entre jazz d’ascenseur et soupe commercialo-jazzy itoo

Ouais, ça c'est marrant, Chazelle le grand spécialiste amoureux du jazz qui met tout sur un même pied d'égalité !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

38 Re: UGC Culte et Label UGC le Ven 5 Mai - 17:34

Pour la première fois hier soir, j'ai assisté à une avant-première surprise afin de délivrer le label UGC. Pendant une demie-heure j'ai cru (avec une certaine angoisse) que c'était pour le dernier Malik qui passait en projection exceptionnelle mais ce fut finalement le dernier Cédric Klapisch, CE QUI NOUS LIE.
Pour le coup, ce fut une très agréable surprise car j'avoue que passionnante à ses débuts, intéressante par la suite, sa filmographie m'avait petit à petit un peu lassé. 
C'est avec un film assez intimiste (tant au niveau de l'histoire que du décor) qu'il nous revient (et en partie autobiographique), dans un vignoble bourguignon (comme son titre l'indique) autour de 2 frères et une soeur qui doivent assurer la succession du domaine après la mort du père. Le vin n'est d'ailleurs pas qu'un prétexte au film, ni un fond d'écran, on sent une vraie passion derrière tout ça et c'est traité avec beaucoup d'intelligence. L'autre sujet bien entendu, c'est la relation frères-soeur / parent-enfant et aussi le passage à l'âge adulte, les deux premiers thèmes étaient déjà abordés (moins frontalement peut-être) dans Un air de famille, d'ailleurs on pourrait trouver pas mal de similitude entre les deux films, notamment sur la vision du père. Enfin le temps est l'autre caractéristique du film, car si paradoxalement l'histoire est intemporelle, Klapisch joue beaucoup sur cette notion du temps qui passe, qui repasse, jouant habillement sur les flashbacks, jusqu'à les faire cohabiter (la dernière scène avec Pio enfant et adulte qui discute à la fenêtre en écho à la scène d'ouverture est de toute beauté).

C'est à la fois sincère, touchant, drôle, émouvant, jamais dans la caricature. Klapisch signe une très belle mise en image avec de belles idées de mise en scène, mais surtout Ana Girardot, Pio Marmaï et François Civil (dans le rôle des enfants) sont exceptionnels. Le rôle de Pio aurait d'ailleurs pu être tenu par Romain Duris (je ne sais pas si le rôle n'a pas été écrit pour lui au départ) mais Pio amène une légèreté, une fraîcheur, une spontanéité qui a presque disparu chez Duris. Donc pas de regret de ce côté là.

Seule déception : Il manque une dégustation de vin en fin de séance.

Sortie prévue le 14 juin. On verra si comme le bon vin, il vieillira bien avec le temps mais pour l'instant je le conseille sans aucune modération.

Voir le profil de l'utilisateur

39 Re: UGC Culte et Label UGC le Ven 5 Mai - 17:50

Phil


Admin
T'as de la chance, toi - nous, en général, on se tape des merdes ! Very Happy

(et tu me rassures, parce que de toute façon, je serais allé le voir)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

40 Re: UGC Culte et Label UGC le Ven 5 Mai - 18:05

Je faisais pas le malin avant de voir Klapisch au générique ! 
... ça aurait pu être Dolan Sad

Voir le profil de l'utilisateur

41 Re: UGC Culte et Label UGC le Ven 5 Mai - 18:47

Phil


Admin
Ben non puisqu'il a pas de film en prévision pour les semaines qui viennent !
Tu penses bien qu'on en aurait parlé, sinon (et qu'il aurait été sélectionné à Cannes) Laughing

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

42 Re: UGC Culte et Label UGC le Sam 6 Mai - 19:07

D'ailleurs c'est surprenant qu'ils ne décalent pas le festival pour passer son prochain film ...

Voir le profil de l'utilisateur

43 Re: UGC Culte et Label UGC le Mar 5 Déc - 22:38

Phil


Admin
Label UGC vendredi soir, en couple... Je mise très fort sur le nouveau Guillermo del Toro !!!
(quelle déception quand le générique va se lancer et qu'on va se retrouver face à une comédie française de merde Laughing)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

44 Re: UGC Culte et Label UGC le Mer 6 Déc - 10:48

Est-ce qu'il y a des label UGC sur des films étrangers ?

Voir le profil de l'utilisateur

45 Re: UGC Culte et Label UGC le Mer 6 Déc - 11:06

Phil


Admin
Oui oui ! 
J'ai déjà eu deux fois des films des frères Coen, par exemple (j'avais vu No Country for Old Men plus de deux mois avant sa sortie Laughing)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

46 Re: UGC Culte et Label UGC le Ven 8 Déc - 23:35

Phil


Admin
Phil a écrit:Label UGC vendredi soir, en couple... Je mise très fort sur le nouveau Guillermo del Toro !!!
(quelle déception quand le générique va se lancer et qu'on va se retrouver face à une comédie française de merde Laughing)

Bon ben, à ma grande surprise, c'était pas le Del Toro ! Rolling Eyes

Mais bien une comédie française, qui sort le 10 janvier : Normandie Nue de Philippe Le Guay.

Bon, pas un truc navrant à la Dubosc ou Kad Merad, au moins. Mais pas top pour autant. Une espèce de comédie sociale à la Full Monty (en moins bien, même si je ne suis pas gaga du mètre-étalon anglais du genre), qui nous cause du malaise des milieux ruraux en France à notre époque. Sauf qu'au lieu de faire du strip-tease, les paysans du coin vont faire une photo à poil dans un champ pour un photographe américain renommé.
C'est plutôt marrant; quelques bonnes répliques et situation, divertissant, servi par une brochette d'acteurs/trices qui s'amusent bien. Mais bon, pas très original, hyper convenu, et bateau. Et le message politique asséné au marteau-piqueur, mouof. Les interprètes sont globalement bons, sauf François-Xavier Demaison (pas une surprise !), dont le rôle est de surcroit totalement inutile dans l'histoire. Personnage annexe qu'on voit heureusement très peu (comme sa fille, naze aussi) - il aurait pu ne pas être là que ça aurait été pareil.

Sympa, mais à mon avis ça va être vite oublié (on verra si je m'en souvient lorsqu'on en reparlera à sa sortie dans un mois !)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum