Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

IZIA (fille de... mais mieux que papa)

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Phil


Admin
Le même jour que le nouveau Blur, j’apprend la sortie prévue au même moment du troisième album de Izia.
J’aimais pas le premier... mais beaucoup le deuxième. Là, on a deux extraits disponibles , très surprenants ! La jeune fille semble encore changer de style, passe au chant en français, et on ne pourra au moins pas dire qu’elle se repose sur ses lauriers. J’aime a priori moins que le second album, mais c’est indéniablement intriguant et donne envie de surveiller ça de près (en plus du plaisir des yeux du premier clip Embarassed)



Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
C'est quoi ce titre débile... On verra dans 50 ans si elle fait mieux que Papa !

C'est pas une question d'aimer ou pas Higelin, mais enfin...

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Si, justement, c'est une question d'aimer ou pas - ça se saurait si on était objectif par ici !
(moi, en tout cas Laughing)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Rien à voir avec l'objectivité.

"Mozart, c'est trop nul, je préfère Katy Perry"

Voir le profil de l'utilisateur
Il y a quand même quelque chose qu'on peut reconnaître aux enfants Higelin, c'est qu'ils n'ont pas surfer sur la notoriété du papa justement.

Quoiqu'il en soit, je vais surveiller cette sortie de près

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Superbe version live de La Vague au Grand Journal, transformée en gros morceau new wave avec une Izia qui gueule comme avant.
(et y'aura une autre chanson disponible sur le site bientôt)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
1ère écoute très positive de l’album... Aussi forte pour la chanson tendance new wave/électro que pour le rock pur et dur ! (à confirmer)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Critique positive (et bonne) de l'album dans Télérama :

On l'avait laissée au sortir de l'adolescence, puissante et rageuse, dans des refrains en anglais. On la retrouve plus adulte (24 ans), et surtout plus posée : d'une voix claire qui n'a plus rien d'énervé (mais qui garde tout d'énergique), Izia chante en français un rock électro mélodique et dansant, désormais plus proche de Claire Diterzi que de Janis Joplin. La mue est radicale, et endossée totalement, puisque Izia signe ou cosigne tous les titres de son troisième album. Il ose être bref - neuf titres - et doit sa production incisive à Johnny Hostile, moitié de l'ex-duo John and Jehn, qui avait officié avec Lescop. Ceux qui seraient tentés de faire un parallèle avec Christine and the Queens se raviseront vite : les chansons d'Izia sont bien plus incarnées, sexuées, sensuelles (à l'image du très joli clip de La Vague, tourné entièrement dans un lit, et réalisé par Dominique Issermann). La voix, très en avant et non fondue dans les arrangements, est sans doute son plus bel argument, en tout cas celui qui devrait mettre tout le monde d'accord : un instrument à part entière, à la chaleur rare, et dont la jeune femme use à sa guise dans les graves comme les aigus. On se plaît à l'écouter sans forcément se soucier des mots, en se laissant porter par l'onde charnelle de You, Silence radio, Bridges ou Tomber, les titres les plus inattendus et les plus attachants de ce disque. Il marque un virage à 90 degrés. Donc risqué. Et qu'Izia négocie sans déraper.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
A croire que certains critiques se répondent par journaux interposés.
Donc critique négative de l'album dans les Inrocks :
le sujet

La famille Higelin n’est pas du genre à se laisser aller : après Jacques le papa et Arthur le demi-frère, Izia s’est lancée dans la chanson dès qu’elle a eu l’âge de le faire, enchaînant très vite par une série de concerts et passant notamment par le Printemps de Bourges. Nous sommes alors en 2006. Izia a 15 ans. Trois ans plus tard, en 2009 donc, elle sort un premier album où se développe un sérieux penchant pour un rock du genre braillard. Penchant confirmé en 2011 avec So Much Trouble, deuxième album dans la veine du précédent. Ses airs de “nouvelle Janis Joplin”, comme certains n’ont pas hésité à la présenter, séduisent toutefois un public assez large. Depuis, on avait un peu oublié Izia, mais la (toujours) jeune Française est de retour avec un troisième album, annoncé comme un virage radical. Vraiment ?

le souci

Avec La Vague, Izia change en effet complètement de registre mais ne perd pas ses vilaines habitudes. Après avoir exploré, en long, en large et en travers, tous les clichés du rock à guitares, elle s’empare de l’idée qu’elle se fait de la pop et adapte sa posture : à travers la crédibilité du producteur Johnny Hostile (Savages, Lescop), les guitares laissent la place à l’électronique, les textes ne sont plus en anglais mais en français (à quelques passages près), et la dégaine se veut plus chic, plus arty, plus nuancée. Il suffit d’écouter le single-titre, La Vague, et de regarder son clip – où Izia fait des roulés-boulés dans un drap blanc sur fond noir – pour se faire une idée de sa volonté d’élégance et de théâtralité. Mais l’esbroufe reste la même, Izia n’étant pas plus crédible en diva branchée qu’elle ne l’était en rockeuse révoltée : n’est pas Christine And The Queens qui veut.

le symptôme

De La Femme à Fauve, en passant par Granville, Moodoïd et Feu ! Chatterton, on a bien compris que les jeunes talents d’ici se réapproprient la langue française pour l’imposer en condition nécessaire du cool. Nécessaire, mais pas suffisante : c’est trop facile de suivre les tendances sans prendre le risque de se tromper, c’est pas joli de viser le mainstream en pillant méthodiquement les codes et l’esthétique des indés. Mais ça, Izia n’a pas l’air de s’en préoccuper. Et ce n’est pas Les Ennuis, son feat avec Orelsan, qui atténuera l’impression : avec La Vague, Izia surfe une nouvelle fois sur les évidences et la facilité, sans jamais se remettre complètement en question.

J'ai pas encore écouté donc je me ferai un avis sur pièce pour juger l'album parce que les critiques ...

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouais, j'avais lu celle des Inrocks... pas copiée, non pas parce que pas d'accord, mais je la trouve d'une mauvaise foi inrockienne !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Quand c'est pas l'un, c'est l'autre, voire parfois les deux en même temps !

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Très bon concert à Rouen hier - qui confirme tout ce que j'avais pu lire/entendre/voir concernant Izia sur scène : une énergie folle, une ambiance de folie, une belle communion avec le public.
Qui plus est, très intéressant musicalement : les trois albums étant différents - surtout avec le virage "new wave" du dernier - les adaptations faites sur les morceaux puisés dans tout son répertoire sont souvent étonnantes. Mention spéciale aux chansons de So much Trouble (et en particulier la chanson-titre et Keep on tryin'), qui sortent grandies de ces arrangements electro-rock; et à Life is going down en version ralentie et alourdie.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Le concert complet au festival Fnac :

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum