Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Alex de la Iglesia - le plus fou des réalisateurs espagnols

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

Phil


Admin
L'espagnol cinglé avait atteint des sommets de délire avec "Balada Triste" et ne pouvait que calmer le jeu ensuite avec "Un jour de chance"... Il semblerait que son prochain film revienne aux fondamentaux, et aille peut-être encore plus loin que jamais - ce qui provoque chez moi palpitations, fébrilité et autre attente enragée ! (d'autant qu'on n'a pas encore de date de sortie en France, mais ça devrait aller - ses films sortent maintenant chez nous sans problème ou presque).

http://www.mad-movies.com/Articles_CHIENS_ENRAGES_2?autoplay=1#player



Dernière édition par Phil le Dim 31 Mar - 17:56, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
MEURTRES A OXFORD

L’histoire du cinéma est jalonnée de réalisateurs relativement confidentiels qui ont envie un jour de faire un film plus ou moins commercial pour sortir un peu de leur public de geeks et être reconnu un peu plus qu’ils ne le sont. Alex de la Iglesia avec son « Oxford Murders » ajoute un nouvel exemple à la liste, livrant par là même un film qui montre assurément un affadissement du style et des thèmes habituels du réalisateur, mais qui ne s’avère pas honteux pour autant.
Il y a de fortes chances que le film ne provoque d’emballement chez personne : ni chez les adeptes habituels des bandes déjantées de l’ibérique fou (dont le triptyque « Mes Chers Voisins », « 800 Balles », « Le Crime Farpait » constitue un sommet), ni le spectateur lambda qui va se retrouver devant un film certes de qualité mais pas bien distinct du reste de la production du moment. Le film ne constitue pas un faux-pas dans la carrière du cinéaste – c’est quand même trop bien pour ça – juste un moment où il marque un peu le pas. Du coup, de la Iglesia démontre qu’il n’est jamais autant à son aise que quand il se lâche dans ses comédies hystériques et méchantes.

Si « Oxford Murders » n’atteint jamais les sommets qu’on est maintenant en droit d’attendre du réalisateur, il constitue un très agréable petit film policier relevant autant des romans d’Agatha Christie que des films les plus modestes d’Hitchcock. Construit sur le principe du « whodunit », le film en a les qualités et les défauts. Soit un scénario solide et des personnages intéressants, mais aussi une histoire qui avance par à coups et une résolution poussive. En plus de la longue séquence d’explications finale – un passage obligé, mais bien chiant et anti-cinématographique - il y a des chances que si on pose tout ça sur le papier, on se rende compte que c’est bien capillotracté (copyright Cyrille à la sortie de la salle, mais j’y avais pensé aussi). Si le côté « Cluedo géant » est toujours jouissif dans un film, de la Iglesia n’arrive pas toujours à maintenir l’attention du spectateur en éveil. Même en ayant recours à l’univers des mathématiques, qui apporte un supplément d’âme à l’histoire, mais pas plus d’intérêt dans les passages un peu mous.

C’est lorsque la personnalité de son auteur transparaît dans le film que celui-ci se hisse au dessus de la moyenne du genre. Tous les collaborateurs espagnols habituels du réalisateur se sont transportés en Angleterre pour faire un film avec une star américaine, tout comme le livre était signé d’un auteur espagnol situant son intrigue dans la prestigieuse ville universitaire. Le résultat est assez étrange, très anglais en surface, mais avec un vrai regard « étranger » qui lui donne un aspect multiculturel (comme l’a souligné le réalisateur par la suite). De la Iglesia semble autant jouer avec les codes du genre que les détourner. Notamment pour livrer une métaphore évidente sur le cinéma, qui s’incarne aussi dans la réalisation du film, absolument parfaite. Le réalisateur remise ses effets visuels au placard pour emballer son film d’une mise en scène à la fois efficace et cool, à l’anglaise. A l’exception d’une scène, un plan-séquence déjà anthologique qui va faire jouir tous les fans, et même les autres. Une caméra tentaculaire y suit les personnages principaux qui se croisent dans les rues d’Oxford, passant de l’un à l’autre avant de finir en gros plan sur le premier meurtre. Loin d’être gratuit, cet hommage à « La Corde » d’Hitchcock démontre la force du cinéma du réalisateur, parmi les meilleurs quand il s’agit d’exprimer ses idées visuellement.
On retrouve aussi, en beaucoup plus discret, l'humour bien déviant du réalisateur à travers quelques répliques cinglantes et situations absurdes.
Il y a sûrement plein d’autres aspects du réalisateur et des petits trucs cachés qui se découvrent en filigrane, et peut-être faudra-t-il revoir le film : après une première séance de « découverte » surprenante, le film peut gagner à des visions multiples. Ou pas (on va ptet se rendre compte dès la seconde vision que finalement c’est juste un peu trop bateau et que le génial Alex n’est pas assez présent).
Ce qui restera de toute façon, ce sont les acteurs, au premier plan desquels Frodo et Elephant Man, excellents tous les deux. Et évidemment la « découverte » Leonor Warling, entraperçue jusqu’ici dans pas mal de productions espagnoles (dont le rôle principal de « Parle avec elle » d’Almodovar) et qui est absolument… wahou ! (et même quand le mâle basique en moi se tait, elle est plutôt bonne actrice même si elle a pas grand-chose à jouer).


Même sans être totalement convaincu par le film, je n’aurai de toute façon pas perdu ma soirée, puisque Alex de la Iglesia et Elijah Wood (ou « Ellie Jawoud » comme disait le « présentateur ») sont venus répondre longuement aux questions de la salle après la projection (ils étaient déjà présents au début pour présenter rapidement le film). Malheureusement, Leonor et ses seins étaient absents, mais Alex et sa passion (et aussi Elijah et sa décontraction, il faut le dire) ont transformé cet exercice souvent lourdingue (remember « Control ») en très bon moment. Aux questions comme toujours pas terribles de l’assistance, de la Iglesia a répondu par de longs monologues bourrés d’humour et d’anecdotes (un calvaire pour les traductrices !) qui se sont transformés en leçon de cinéma. Comme il l’a redit hier soir, de la Iglesia est un passionné qui ne vit que pour le cinéma, et qui en parle comme personne aujourd’hui (sauf Guillermo del Toro, comme par hasard un autre hispanique). Parlant du côté obsessionnel de ses personnages, il a évidemment étendu ce caractère à sa passion du cinéma, pour expliquer que ce film comme ses précédents parlait avant tout de lui. Il a revendiqué ses influences, au premier rang desquelles Hitchcock, et exposé ses concepts de réalisation (le mini cours sur le plan séquence aurait dû être filmé pour être projeté en écoles de cinéma). Il est aussi revenu sur l’expérience de sa première réalisation à l’étranger et en anglais.
Si je ne suis pas resté jusqu’au bout (mais il doit pas m’en manquer beaucoup), c’est juste parce que j’étais mort et affamé. Un bon film malgré tout, et une vraie avant-première qui tue avec un réalisateur et un acteur loin de faire tapisserie… une bien belle soirée !









LA CHAMBRE DE L'ENFANT

En moins d'une semaine, j'ai vu les deux derniers films en date du grand Alex - puisque Arte a eu l'excellente idée de diffuser vendredi "LA HABITACION DEL NINO". Et ce qui est "marrant", c'est que ces deux films sont aussi éloignés de son cinéma habituel l'un que l'autre. Véritable virage dans sa carrière ou simple passade ? L'avenir nous le dira, mais puisque l'avenir semble être l'adaptation ciné de "La marque jaune", il y a des chances pour qu'il continue à explorer des univers qui ne lui sont pas forcément familier.

Malgré ce rapprochement, "La habitacion..." est bien plus réussi que Oxford… C’est même carrément énorme ! Et pas la peine de lancer des comparaisons hasardeuses avec le premier Crime Farpait venu : ça n’a tellement rien à voir que ça ne sert à rien. Le plaisir pris à la vision du film est aussi grand que pour ses précédents, mais de nature tout à fait différente.

Ce film est l’un des 6 constituant l’anthologie « Peliculas para no dormir » réalisée pour la télé par la nouvelle vague des réalisateurs espagnols (Balaguero, Paco Plaza, Mateo Gil…) sous l’impulsion de Narciso Ibanez Serrador. Je ne connais pas les contraintes de base de la série et je n’ai pas vu les autres (mais va falloir !), mais il s’avère que le film de la Iglesia est tout à fait dans la lignée des films d’Amenabar par exemple. Soit un récit classique (ici maison hantée et fantômes avec fortes réminiscences de Shining), traité sobrement et sérieusement. Point de second degré démystificateur ni de virtuosité technique (même si le film est, évidemment, monstrueusement réalisé), plutôt un film basé sur l’atmosphère et l’étrangeté des situations. Peu d’effets ostentatoires aussi, l’angoisse et l’horreur naissent moins d’effets gore ou agressifs (à l’exception d’une séquence de meurtre dans une baignoire, très réussie) que de la tension distillée par petites touches.
Et ça fonctionne parfaitement ; on marche à fond, on court même ! Le film est carrément flippant (on n’avait pas vu ça depuis… ben « Les Autres », tiens !) et agrippe le spectateur pour le secouer dans tous les sens à coup de cadrages inquiétants, de mouvements de caméra fluides, avec une bande-son pleine de tension… et d’idées toutes chtarbées (le coup du moniteur pour bébé, excellentissime !). Le tout soutenu par de bons acteurs, souvent vus chez Alex. Même si dans le rôle principal Javier Gutierez en fait parfois un peu trop (mais bon, on est loin de Nicholson !), il est équilibré par le beau jeu sobre de mon nouveau fantasme Leonor Watling (moins « fouyayayayaya » ici que dans Oxford, mais quand même).

Le fait que le sujet – un jeune couple avec bébé emménageant dans une grande maison inquiétante – nous touche n’explique pas toute la réussite du film ; le fait qu’Alex de la Iglesia (et ses collaborateurs habituels, à commencer par son scénariste attitré) soit un génie, si !

Avant « Oxford Murders » qui fait un peu craindre des capacités du réalisateur à sortir de ses schémas habituels, « La habitacion del nino » montre qu’il est tout à fait capable de livrer un exercice « à la manière de… » qui tienne totalement la route. Où il parvient même à concurrencer sérieusement ses petits camarades. Dans la foulée de cette série de téléfilms, les deux réalisateurs Paco Plaza (qui n’avait pas réussi son passage au grand écran avec un « Abandonnée » plus chiant qu’effrayant) et Jaume Balaguero se sont associés pour « REC. », annoncé comme le nouveau choque horrifique d’un cinéma ibérique décidément en très grande forme.

Cédric : Pas super emballé par "La habitacion del nino" même si c'est bien foutu mais bien rigolé sur "Mes chers voisins" qui m'a fait pensé par certains côtés déjantés à "Serial Lover" (mais ne me demande pas pourquoi)



BALADA TRISTE DE TROMPETTA

J'ai souvent eu l'occasion sur ce topic et d'autre de qualifier Alex de la Iglesia de plus barré des "jeunes" réalisateurs espagnols qui ont explosé le cinéma de genre de ces dernières années - sachant que lui a commencé depuis plus longtemps et pourrait être qualifié de père spirituel pour tous ceux là. Et s'il semblait s'être assagi avec ses deux films précédents (cf ci-dessous - même si le second est une bombe, il est très sobre dans la forme et le fond), peut-être calmé par l'abandon (temporaire ?) de son projet d'adaptation de Blake et Mortimer, le réalisateur prouve avec son petit dernier "BALADA TRISTE" (... De Trompetta, pour son titre original) qu'il n'a pas perdu la main.

Loin de là.
Parce que là, on peut même dire qu'on a affaire au film le plus dingue, le plus barré, le plus siphonné, du réalisateur, rien de moins ! Et aussi le plus baroque, le plus ambitieux, le plus hystérique, le plus violent, le plus sanglant...

Ca démarre sur les chapeaux de roues dans une scène prégénérique d'anthologie, et ça n'arrête plus pendant 1h40 de montagnes russes totalement hallucinantes et hallucinatoires. Qui mélangent petite et grande histoire, à travers le destin d'un clown triste lié à la guerre civile et le règne de Franco. Via les péripéties délirantes de son personnage principal, De la Iglesia livre une farce politique impitoyable, les aventures de son clown étant le reflet d'un pays à la dérive sous le joug d'un dictateur sanguinaire. Le film se rapproche alors de ceux de Del Toro réalisés en Espagne, qui livraient un miroir politique à l'époque observée, sous le couvert d'un pur film de genre où les ambitions personnelles des personnages rejoignaient la marche de l'histoire.

Ce fond solide, c'est ce qui donne sa force au film, le socle qui permet au réalisateur de se livrer à tous ses délires visuels et scénaristiques. Et là, il se lâche comme jamais - même si certains de ses films précédents genre "Mes Chers Voisins" ou "Le Crime Farpait" étaient déjà bien agités du bulbe, de la caméra, et des acteurs hystériques. D'ailleurs, on a l'impression de voir ici un prolongement de son précédent "Muertos de Risa", en plus abouti.
Proprement irrésumable, le film accumule les scènes de grand malade, sans jamais laissé le spectateur souffler - jusqu'à un finale virtuose en forme d'hommage à Hitchcock (sauf que Iglesia se permet tout ce que le gros Alfred ne pouvait pas montrer), et un dernier plan à pleurer de bonheur. On finit le film épuisé, terrassé par la succession de chocs visuels, d'idées géniales, de coups de poing mortels, d'acteurs au top du cabotinage (dans des rôles opposés, le "héros" et sa Nemesis sont tous deux monstrueusement inquiétants et font froid dans le dos). Et après Leonor Watling, le réalisateur révèle une nouvelle bombe espagnole, Carolina Bang, cerise on the cake. Un gateau bien bourratif, mais qui fait plaisir à l'estomac (surtout après une petite période de disette).

Note = 5,5/6

PS : "Balada Triste" est sorti chez nous au ciné le 22 juin - un vrai miracle en cette période où les distributeurs font à peu près n'importe quoi. Mais évidemment, il est visible dans 2 salles et demie avec des horaires pourris.
On n'est donc pas obligé de se déplacer, mais par tous les moyens, il faut voir ce film qui déchire tout !






[quote=Phil]DVD de Balada Triste reçu - vais pouvoir le savourer dans de meilleures conditions que le Divx de juillet. Déjà que c'était mortel...[/quote]

Ah mais vraiment, quel film monstrueux (dans tous les sens du terme) !
C'est même encore meilleur de le revoir : parce que même en le connaissant, j'ai encore été pris dans son tourbillon délirant, avec le même enthousiasme. C'est vraiment du cinéma majuscule, autant qu'extrême et intense. Les audaces et les folies de la Iglesia, qui se permet tout, jusqu'aux ruptures de tons les plus abruptes, est vraiment impressionnant. A le seconde vision, le film reste cet OVNI totalement déstabilisant, qui choppe son spectateur et le tabasse jusqu'à le laisser groggy comme un con devant son écran. Ne sachant s'il faut rire ou pleurer, frémir ou s'indigner, se réjouir ou se mettre en colère. Sans compter que le final reste cette éblouissante démonstration de virtuosité qui fait aimer le cinéma autant que le réalisateur l'aime. C'est à dire immensément.

Note remontée à 6/6 (et Diane s'inquiète sérieusement pour ma santé mentale. Même si, sachant qu'elle l'avouera jamais, elle a aussi aimé ce film Very Happy)


Diane : Non,je l'avoue, j'ai bien aimé. Mais j'ai toujours du mal avec son univers, je n'arrive pas à accepter ce côté "horriblement déjanté" alors que je l'accepte sans problème venant de Tarantino (bon, c'est pas la même horreur !), par exemple...

Cédric : Je ne suis pas aussi enthousiaste même si j'ai été très agréablement surpris (ne connaissant ni Iglesia et m'attendant à quelque chose de plus convenu, plus espagnol quoi). J'ai bien aimé le côté complètement barré d'Iglesia et de sa mise en scène, l'hommage à Hitchcock (il y a aussi du Terry Gilliam dans sa réalisation), le décalage avec le côté historique et politique de l'époque. Mais je trouve que le film manque parfois de rythme, notamment sur le "deuxième acte", la période cirque, où la tension installée au début disparaît et on se demande vraiment dans quelle direction ça va partir, auquel s'ajoute quelques incohérences scénaristiques.
Mais rien de grave et ça reste tout de même dans la moyenne très haute du genre et pour moi et défonce largement "L'Orphelinat" ou "Les Autres".








PERDITA DURANGO et ACCION MUTANTE

Me suis enchaîné hier les deux seuls De la Iglesia que j'avais pas vu jusque là soit "PERDITA DURANGO", co-prod espagnolo-américaine tournée en anglais à la frontière mexicaine en 97; et "ACCION MUTANTE", son premier film de 93, que la curiosité m'avait jamais poussé à voir jusque là.

Soit deux films moyens, en fait - qui me confortent dans l'idée que le génial espagnol a mis du temps à démarrer (contrairement au frangin, je suis pas méga fan du "Jour de la Bête" non plus, qu je trouve juste sympa et plein de bonnes intentions, mais raté).

C'est intéressant d'ailleurs de voir aujourd'hui seulement son premier film : c'est bien sûr un brouillon de son oeuvre à venir, un film complètement barré et hystérique, violent et grotesque. Un truc assez bricolo (bien que produit par El Deseo, la firme des frères Almodovar; ils devaient pas avoir à l'époque les moyens d'aujourd'hui) qui confine parfois à l'amateurisme. Ca se barre dans tous les sens, certes, mais ça se barre surtout en couilles. Comme son film suivant (Le jour...), l'entreprise est sympathique, mais en partie ratée. Et comme on sait qu'il parviendra par la suite à maîtriser cet aspect brouillon et à livrer ses bombes ultérieures sans jamais perdre sa folie, on ne lui en veut même pas de ce Delicatessen tordu mais partiellement foireux.

On lui en voudrait presque plus de chier "Perdita Durango". Enfin, chier n'est pas le mot, parce que là aussi c'est pas mal - et y'a des fulgurances et quelques scènes démentes (dans tous les sens du terme). Le film se voulait comme une sorte de "spin off" de "Sailor et Lula" : tirée d'un autre roman de Barry Gifford et adapté par lui-même, il s'attache au personnage de Perdita, qui apparaît dans le film de Lynch interprété par Isabella Rosselini. En fait, c'est plus le tueur sauvage interprété par Javier Bardem (doté d'un look et d'une coupe totalement improbables) qui est le personnage principal du film, mais ce n'est pas le souci. Le souci, c'est qu'il manque du liant au film, qui se contente d'aligner les scènes délirantes, la violence et le cul, sans rien raconter de bien captivant. Là où Lynch, par son style et sa "vision", transformait "Sailor et Lula" en un film complètement "autre", l'espagnol se contente d'illustrer une histoire banale à la "Tueurs Nés" en assurant au niveau des outrances. On va pas se plaindre du voir du sang et de la fesse (surtout pas !), mais si ça doit rimer à rien... (en plus, ça dure deux heures assez interminables).

Note = 3/6 chacun.






UN JOUR DE CHANCE

Aller plus loin dans la folie furieuse que son précédent "Balada Triste" était limite dangereux et menaçait de faire pencher le cinéma d'Alex de la Iglesia du mauvais côté du précipice. Assez logiquement, son petit dernier "La Chispa de la Vida" représente alors un Iglesia soft - peut-être plus encore que son "Oxford Murders" qui s'apparentait encore à un Cluedo géant.
Sauf que – et c’est justement ce qui fait son prix – le film est encore traverse d’éclairs de folie, du délire constant dans le cinema du réalisateur… cette fois introduit comme u parasite dans un cinéma plus classique.

L’argument de départ, déjà, en bien chtarbé. Un ancien publicitaire au chômage depuis deux ans vient à nouveau de se faire rembarrer par d’anciens collègues dans sa recherche d’emploi. Heureusement pour lui, il file le parfait amour avec sa femme (on le comprend, c’est Salma Hayek, en mode nichons dès la première scène) ; et souhaite revenir sur les lieux de leur lune de miel. Manque de bol, l’hôtel où ils ont séjourné à l’époque a été transformé en musée d’art romain… qui doit justement être inauguré ce jour. A la suite d’un accident improbable, le pauvre type tombe d’un échaffaudage et se retrouve allongé sur une grille… avec une barre en acier plantée dans la tête ! Son accident va alors être suivi en direct à la télévision par des autres de journalistes et de curieux, et il va en profiter pour tenter de se faire un paquet de fric en exploitant sa mésaventure pour les médias.

Après son prologue, tout le film se concentre alors sur le lieu de l’accident – où sa femme (et bientôt ses enfants, dont un inénarrable fils gothique) va le rejoindre. Et où il va monnayer l’exclusivité de l’exploitation de son accident avec un agent véreux et le monde impitoyable de la télé – pendant que des médecins tentent désespérément de trouver un moyen de le sortir de là. Quand ce n’est pas la directrice du musée et le maire qui essaient de scier la barre de fer ou autres fausses solutions nases.

On le sait, Alex de la Iglesia ne se caractérise pas par sa finesse. Et même dans un film qui se veut être une comédie dramatique plus classique, le naturel revient vite au galop. La charge contre l’avidité des médias, les masses attirées par le spectacle de la mort, l’argent-roi, la recherche du « quart d’heure de célébrité », et autres thèmes du même acabit, est évidemment lourde et démonstrative. Ce n’est pas « Le Gouffre aux Chimères » de Billy Wilder, quoi (le mètre-étalon sur ce sujet) !
Pourtant, ça fonctionne parfaitement. Parce que c’est bourré d’humour – évidemment très noir, ou frisant l’absurde ; comme d’habitude chez le plus fou des réalisateurs espagnols. Parce que l’émotion est bien là, notamment dans la superbe scène de l’interview ; et qu’on finit par se prendre d’amitié pour cette famille nucléaire à laquelle il est si facile de s’identifier. Parce que le film distille mine de rien un discours sur la crise économique qui frappe l’Espagne plus que bien d’autres, qui fait mouche.
Et aussi parce que De La Iglesia est toujours un réalisateur monstrueux. Qui met ici la pédale douce sur les effets ostentatoires de sa réalisation, mais livre une partition visuelle d’une précision phénoménale.

Ajoutons à ça que les acteurs sont excellents – certains souvent vus auparavant chez l’espagnol, et qui jouent moins ici dans la caricature et l’outrance. Salma Hayek, en femme amoureuse jusqu’au bout, est excellente. C’est peut-être même son meilleur rôle ; il est bien dommage de se dire que pas grand-monde ne s’en rendra compte vu que ce petit film est bien parti pour passer inaperçu. Et, comme dans tous ses films maintenant, Alex offre une nouveau rôle à sa femme Carolina Bang ; ce qui est une très bonne idée !  (même si ça ne vaut pas son rôle central dans « Balada Triste »).

Un film mineur du réalisateur, donc – mais des films mineurs avec autant de classe, j’en demande tous les jours, moi !

Note = 5/6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Le recopiage de tout ça hier m'a donné envie de revoir un Iglesia le soir (après Bruce Lee - pure soirée "Phil en célibataire" Wink ) - et me suis donc refait "LE CRIME FARPAIT", qui était le seul que je n'avais pas revu relativement récemment.
Et j'ai retrouvé ce que j'en avais écrit à l'époque sur mon tout premier blog. Qui est toujours valable aujourd'hui - sachant que le réalisateur a continué par la suite de creuser son sillon, en allant parfois encore plus loin.




La vision du film « Le Crime Farpait » de Alex de la Iglesia est un spectacle des plus jubilatoires, pour plusieurs raisons. Déjà parce qu’après des joyaux comme, « Mes chers voisins » ou « 800 Balles », l’espagnol fou nous livre son œuvre la plus aboutie et la plus délirante (ce qui n’est pas rien !). Ensuite parce que ça faisait bien longtemps qu’un film dont j’attendais beaucoup n’avait pas été finalement à la hauteur vertigineuse de mes attentes (voir la déception « Otage », par exemple, mais même d’autres films en deçà de ce qu’ils auraient pu donner…).

Ce film est une comédie noire qui mérite bien son nom, pour une fois : c’est très très drôle et très très noir. De la Iglesia pousse encore plus loin le principe hystérique et délirant de « Mes chers voisins » et aboutit pourtant à une œuvre beaucoup plus maîtrisée, ce qui est très fort. C’est d’ailleurs sur cet équilibre précis que repose la réussite du film, là où sa comédie folle sur le voisinage pouvait éventuellement perdre le spectateur en route par trop de délire. Ici, même si ce qu’on voit à l’écran est complètement dingue, ce n’est jamais « too much ».
Ce petit miracle est sûrement dû au fait que pour la première fois, il y a un vrai fond dans un film de l’ibère dingo. Tout ce délire n’est pas gratuit puisque le scénariste/réalisateur nous offre une critique outrageusement féroce de notre société soumise aux diktats de la consommation et des apparences. Du premier plan très clinique et épuré au chaos destructeur de la fin, Alex s’amuse comme un fou à casser les apparences, à tout détruire, à ravager ce monde consensuel qui se voudrait idéal.

A travers cette histoire d’un vendeur de grand magasin qui cherche la réussite à tout prix en éliminant son rival et se retrouve contraint de se marier avec une folle moche témoin de son meurtre, ADLI tire à boulets rouges sur le rêve mercantile que nous vend la pub à longueur de journée. Le pire étant sûrement qu’aucun personnage n’est là pour rattraper l’autre. Si Rafael est un macho prétentieux et arriviste, le personnage de Lourdès n’a rien à lui envier, et le réalisateur donne un coup de pied salutaire dans la morale ambiante. Non, le personnage de la moche que personne ne regarde n’est pas dans le fond une gentille fille à la beauté intérieure lumineuse… C’est une tarée de la pire espèce qui découpe les cadavres au hachoir, fait chanter Rafael, l’oblige à se marier avec elle via une émission télévisée qui rappelle notre super « rideau » de Bataille et Fontaine… Et ne parlons même pas de sa famille avec sa petite sœur chtarbée (peut-être le personnage le plus drôle du film, il faut le voir pour le croire !), sa mère à l’ouest et son père constamment atteint de narcolepsie.

Un autre plan sur lequel le réalisateur pousse toujours plus loin ses expériences passées est du point de vue de la réalisation. Loin des comédies bâclées qui reposent uniquement sur leur humour, la mise en scène du « Crime Farpait » est somptueuse. Mouvements de caméra amples et précis, plans superbes, trouvailles visuelles géniales… « Le crime farpait » est réalisé comme un thriller, un film d’action, un film d’horreur, et se permet même sans avoir à en rougir des références à Kubrick et Hitchcock dans certaines séquences.
Et c’est excessivement drôle (pour peu qu’on goûte à l’humour noir, évidemment !). A travers des séquences de franc délire, à travers l’entreprise de destruction du réalisateur, mais surtout à travers des dialogues brillants déclinés par un couple d’acteurs absolument géniaux (Guillermo Toledo – énorme, Monica Cervera – qui a dû être castée parce qu’elle était moche et qui se révèle grandiose) et des seconds rôles bidonnants (les collègues qui arrêtent plus de se marrer, le flic qui comprend rien à ce qui se passe…).

Si vous voulez rire comme on n’en a que trop peu souvent l’occasion et en même temps voir un vrai film de cinéma jouissif, allez voir « Le Crime Farpait ».
Après, vous pouvez aussi préférer aller voir de mauvais films…

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Et revu aujourd'hui 800 BALLES, son "faux western" de 2002, hommage aux modestes artisans du cinéma des années 60, quand les westerns spaghettis se tournaient à Almeria en Espagne. Pas un des mes préférés, mais quand même un très bon film. Un de ses plus personnels, où ses excès (encore relativement soft à l'époque, quoique la charge des flics contre le village western peuplé d'anciens cascadeurs résistants dans la dernière partie du film est bien barrée) n'empêchent pas le réalisateur de porter un regard tendre et émouvant sur ses personnages. Et où la nostalgie d'une époque révolue du cinéma dépasse largement le cadre du bête "c'était mieux avant" - la fausse apparition de Clint Eastwood à la fion, énorme.
(et dans la série "De la Iglesia remplit toujours ses films de bombes à poil, ici Yoima Valdes, qui dort avec le gosse de 12-13 ans héros du film et le laisse lui peloter les seins; y'a vraiment des petits enfoirés ! Very Happy )

Note = 4,5/6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Balada Triste ... complètement déjanté ce film !

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Hahaha, et encore, c'est un peu en dessous de la réalité !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Sortie des Sorcières de Zugarramundi (voir premier message de ce post) chez nous : 20 octobre prochain !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Phil a écrit:Sortie des Sorcières de Zugarramundi (voir premier message de ce post) chez nous : 20 octobre prochain !
Reporté au 25 décembre (beau cadeau de Noël).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Reporté au 8 Janvier même non ? J'espérais trouver quelques infos sur le film par ici, mais non, rhaaa

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouaip, c'est bien le 8 janvier !
Lu des avis de gens qui l'avaient vu en festival et c'est des retours positifs. Apparemment, Iglesia se lâche complètement pour exorciser sa séparation récente et c'est encore du gros délire.
Mon premier film attendu de pied ferme en 2014 !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
En regardant un peu sur Allociné la filmo de la Iglesia je me suis aperçu qu'il m'en manquait, je vais remédier à ça dans les jours qui viennent d'ailleurs je pense.
Je ne suis pas sûr qu'il sorte chez nous celui-là du coup je peux pas dire que c'est mon premier film attendu de l'année.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
C'est balot, t'aurais vu ça avant, j'aurais pu en descendre - vu que j'en ai plein, y'en aurait bien eu dans le lit qu'il te fallait...
Bon, faudra te fournir en Albanie !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Voilà, j'ai vu le nouveau film du réalisateur le plus chtarbé du cinéma espagnol...

Et si ces Sorcières ne se retrouvent pas catapultées dans le meilleur film du réalisateur, le spectacle s'avère encore une fois des plus réjouissants et des plus fous.
Pendant toute la première partie du film, je trouvais ça très bien, mais j'avais l'impression de voir un Alex de la Iglesia en pilotage automatique, faisant ce qu'il sait faire (mieux que beaucoup) et nous en mettant plein la tronche avec son délire - mais un délire mécanique, comme l'illustration de son cinéma donnée sans trop se casser le cul.
Impression trompeuse : en fait, le film monte constamment en puissance, et le début du film semble alors être une acclimatation progressive à ce qu'on va voir dans la dernière partie. Qui devient alors une démonstration hystérique supplémentaire de la folie intégrale du réalisateur. Ca change de films comme Le Crime Farpait, Muertos de Risa et de l'archétypal et extrême Balada Triste (définitivement son meilleur film, pour moi), qui plaçaient d'entrée de jeu le curseur du délire très haut et s'y maintenant du premier au dernier plan.

Du coup, pris dans son ensemble, le film est totalement dans la lignée des précédents. Il est même parfaitement logique dans la filmo du réalisateur : comme Balada Triste était un retour aux fondamentaux après le "calme" Crimes à Oxford, celui-ci arrive après le très beau mais très calme aussi Un Jour de Chance. Donc, ça file à 100 à l'heure, c'est bourré d'idées complètement dingues, c'est drôle, gore, crado, provocateur...
Tout aussi logiquement, on retrouve ici sa galerie de "gueules" hantant ses films précédents (et Santiago Segura) - même si les "jeunes" acteurs dans les rôles principaux apparaissent chez lui pour la première fois. Du côté des femmes, en plus de la horde de sorcières déchaînées, Carmen Maura est à peine moins énorme que dans Mes Chers Voisins, on retrouve toujours avec le même plaisir Carolina Bang (j'y reviendrai), et il y a aussi une nouvelle venue excellente, Macarena Gomez.
Dans sa structure, le film fait un peu penser à Une Nuit en Enfer de Rodriguez et Tarantino, avec cette première partie policière suite à un hold-up (superbe scène d'ouverture) qui vire au fantastique, les sorcières remplaçant ici les vampires.

Au delà de tout ça, le film se double d'une sorte de sous-texte autobiographique qui ne prend jamais le pas sur le spectacle léger et entraînant qu'on regarde, mais lui donne une autre dimension.
Je suis gros, vieux et divorcé. Voilà de quoi parle ce film. C'est ce que le réalisateur a déclaré avant la projection de son film au récent Paris International Fantastic Films Festival.
Il semblerait qu'il se soit en effet séparé de la sublime Carolina Bang - espérons que ça ne signifie pas qu'on ne la verra plus dans ses films, parce que là, houlalalalala encore... (notamment dans une scène bien sesque où elle se frotte en dessous, qui justifie à elle seule la vision du film  Embarassed). Et le film est par moments une charge rageuse contre le couple, avec des hommes qui se plaignent de leur vie, des familles dysfonctionnelles, des divorces, une histoire d'amour impossible... Le personnage qu'il réserve à son ex-femme est un nouvel exemple où la vie privée et les sentiments influent sur un film, et c'est assez saisissant. Pas de misogynie néanmoins (enfin, je ne doute pas que certains en verront là), quand on voit que les hommes irresponsables/veules/lâches/crétins ne sont pas mieux traités. Et, sans dévoiler la fin, il est étonnant que ça se termine sur cet ode à l'amour, à la famille recomposée, et même au mariage pour tous - après le torrent de fiel déversé jusque là, sous couvert de délire potache.


C'est donc une nouvelle bombe que nous offre là le réalisateur, même si elle ne se révèle pas aussi dévastatrice que le haut du panier de son cinéma déjanté. De toute façon, même pas au meilleur de sa forme, un Alex de la Iglesia est (presque) toujours capable de m'embarquer pour un tour de montagnes russes hystérique et violent. Et d'en redemander en sortant de la salle.

Note = 5/6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Si c'était pour narguer ceux qui ne pourrons pas le voir au ciné, c'était pas la peine hein :p

Comme tu le disais de toute façon je devrais le trouver rapidement en Albanie.

Autre fait marrant c'est que, encore une fois, on arrive à aimer le même réalisateur, les même films, mais pas dans le même ordre, Balada Triste n'étant pas pour moi le meilleur de la Iglesia

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Si c'est pour me parler de ton Jour de la Bête, nan, on aime pas les mêmes ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Courte interview du réalisateur sur le site de Mad :
http://www.mad-movies.com/Articles_MACHO_MEN?autoplay=1#

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Et une interview d'Alex dans Libé (+ lien sur la critique positive du film) :
http://next.liberation.fr/cinema/2014/01/07/j-avais-quatre-bob-l-eponge-dans-le-cadre_971187

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Les Sorcières de Zugarramurdi en DVD demain et j'avais même pas capté ça, honte sur moi !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
La première ba du prochain film d'Alex, Mi Gran Noche, qui promet d'être encore... autre !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Le problème, avec des réalisateurs un peu obscurs genre Alex de la Iglesia, c'est qu'il est plus difficile de voir leurs films que de se gaver du dernier blockbuster à superhéros venu. Et encore, lui, ça va relativement bien... sauf pour son dernier film en date, MI GRAN NOCHE ! Pas distribué, pas annoncé, pas disponible sur support numérique quelconque. J'ai donc dû (oui, "dû", c'est une devoir pour moi de voir les films de génial espagnol !) le voir en version originale sous-titrée en anglais... avec les sous-titres décalés d'une bonne trentaine de secondes par rapport aux paroles !

Autant dire que, dans ces conditions, j'attendrai de pouvoir le revoir pour m'exprimer définitivement sur la chose. En espérant que ces conditions soient remplies un jour.
D'autant que, sans aucune surprise, c'est encore du gros délire bien barré ! Auquel je n'ai, donc, pas tout compris (mais pas mal quand même - mes origines et mes cours d'espagnol m'ayant bien aidé sur ce coup là). Mais, l'avantage avec le cinéma d'Alex, c'est que c'est essentiellement visuel. On peut donc plonger encore une fois dans son univers et apprécier sa maestria technique sans forcément piger l'intégralité des échanges entre les gens. D'autant plus ici, avec ce film choral qui suit plusieurs personnages lors de l'enregistrement d'une émission de nouvel an, alors que des anciens employés virés par la chaîne manifestent violemment à l'extérieur. On passe de l'un à l'autre des groupes de personnages au gré de mouvements de caméra fluides, et le film est (à l'habitude du réalisateur) un crescendo dans le délire s'achevant en apothéose orgiaque.

Ce n'est pas le pan de sa filmographie que je préfère (plus proche ici de Muertos de risa ou Un jour de chance que de Balada Triste), et il est fort probable qu'il ne restera pas présent autant que d'autres films de son oeuvre. Mais c'est néanmoins du bon Alex de la Iglesia, ce qui est toujours gage de qualité. Et de gros pétages de plombs.
(et puis, y'a encore sa femme, excellente en pétasse arriviste prête à tout pour devenir la méga star de la télé espagnole Embarassed)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Y a des petits utilitaires gratuits qui permettent de recaler les sous-titres (quand ils ne sont pas incrustés bien entendu).

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouais, je sais - mais ça m'arrive une fois tous les 1000 ans, c'est pas bien grave...
(et puis, ça ajoute du piquant au visionnage d'un film qui serait un peu moins dur à voir sans ça ! Smile)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Mais les sous-titres pas calé avec les images, c'est vraiment pas possible !

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum