Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Intérieur Nuit de Marsha Pessl

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Intérieur Nuit de Marsha Pessl le Mar 13 Oct - 14:43

Phil


Admin


INTERIEUR NUIT de Marisha Pessl était LE livre que je voulais lire en cette rentrée littéraire – suite d’abord à une critique lue dans Télérama et un entretien avec l’auteure, puis d’autres échos d’un peu partout. En fait, pour ce convaincre que c’est purement « un livre pour Phil », il suffit d’en dévoiler le pitch :

« Par une froide nuit d’octobre, la jeune Ashley Cordova est retrouvée morte dans un entrepôt abandonné de Chinatown. Même si l’enquête conclut à un suicide, le journaliste d’investigation Scott McGrath ne voit pas les choses du même œil.
Alors qu’il enquête sur les étranges circonstances qui entourent le décès, McGrath se retrouve confronté à l’héritage du père de la jeune femme : le légendaire réalisateur de films d’horreur Stanislas Cordova – qui n’est pas apparu en public depuis trente ans. Même si l’on a beaucoup commenté l'œuvre angoissante et hypnotique de Cordova, on en sait très peu sur l’homme lui-même. La dernière fois qu’il avait failli démasquer le réalisateur, McGrath y avait laissé son mariage et sa carrière. Cette fois, en cherchant à découvrir la vérité sur la vie et la mort d’Ashley, il risque de perdre bien plus encore… » (récupérer directement sur le site de Gallimard)

Résumons : un réalisateur maudit clairement inspiré de Kubrick + une mort mystérieuse + de la magie noire + de la paranoïa + une atmosphère malsaine et violente… et en feuilletant le livre, on peut ajouter que c’est un gros pavé compact de 715 pages qui fait carrément envie à n’importe quel boulimique de lecture, et que c’est bourré de fausses coupures de presse, de pages internet, d’extraits d’ouvrages divers complètement inventés.
L’assurance d’un super livre, comme je n’en lis que 2 ou 3 par an, donc.

En fait (et là, j’entre encore plus dans une critique totalement subjective – dont on ne sortira pas avant la fin), c’est un peu l’arnaque du siècle.
Non pas que le livre soit mauvais, loin de là ; même s’il m’a un peu déçu dans sa forme et son déroulement. Disons que c’est apparemment trop ambitieux pour l’auteure, qui se perd par moments dans son histoire, et ne parvient pas toujours à intéresser le lecteur à ce qui se passe. L’enquête en elle-même a un peu trop recours au Deus Ex Machina et aux effets faciles, pour progresser.
Malgré ça, le livre se suit avec un grand plaisir ; on est souvent pris dans sa mécanique sophistiquée ; les personnages sont archétypaux mais intéressants. Surtout, tout ce qui tourne autour du faux Kubrick est fascinant – et en effet c’est plutôt noir et malsain assez souvent.

Sauf que… deux gros problèmes :

1/ Après nous avoir appâtés avec la mythologie tournant autour de son réalisateur mystérieux et reclus, Pessl s’en désintéresse finalement pas mal, pour nous offrir sur deux tiers du livre (en gros) une enquête policière à la limite du fantastique. Qui aurait été la même si les personnages avaient enquêté sur la mort de la fille d’un magnat du pétrole ou d’un concepteur de sites internet. Et là, c’est carrément dommage de gâcher tout ce potentiel et tout ce background.

2/ Et c’est là où ça chie vraiment, les 150 dernières pages servent à ramener constamment le récit dans les limites du réel, esquivant finalement toute explication surnaturelle au profit de révélations terre-à-terre assez bateau. Et là, j’ai eu l’impression de me retrouver devant ce que j’appelle le « complexe Shyamalan ». Je m’explique : dans Le Village, Shyamalan fournit une explication finale qui brise totalement l’atmosphère fantastique du film, le rendant totalement rationnel. A l’époque, j’y avais vu – et j’y vois toujours – un retournement de veste de la part d’un réalisateur qui avait fait sa fortune et sa réputation avec deux films purement fantastiques totalement dénués de cynisme. Comme si, soudain, il se trouvait au dessus de tout ça, et crachait à la gueule de ses spectateurs (en plus du fait que c’est un très mauvais film à mon avis, mais c’était déjà le cas de son précédent Signes, donc là n’est pas le sujet Laughing)
Eh ben, là, c’est exactement pareil. J’ai eu l’impression que mâdâme Pessl se sentait bien au dessus de ces histoires de magie, de possession et de sorcellerie, et qu’il fallait forcément que, finalement, tout ça retombe sur des pattes très ancrées dans le réel. Là encore, après tout ce qui a été mis en place avant, c’est bien dommage.


Après, tout ça reste, donc, totalement personnel, et du registre de la sensation diffuse.
Reste un bon thriller (meilleur que La Fille du Train ou le quatrième Millenium – si on veut comparer à des livres récents qui ont aussi atteint des niveaux de ventes stratosphériques).
Mais pas plus que ça.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum