Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Rapido films - Ze quick critix volioume tri

Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42, 43  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 41 sur 43]

Phil


Admin
C'est un peu le genre de la maison, de survendre ! Laughing

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Oui, mais moi, c'est en toute objectivité (je me suis mis en mode Decodex là :-) )

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Cbyt a écrit:Vu également Passengers. Alors que je m'attendais à un pur film d'action SF (bande annonce mensongère), j'ai eu le droit à une romance dans l'espace (je m'étais déjà fait avoir avec Titanic). Je ne suis pas super bon public sur ce genre de truc mais les réflexions amenées par la façon dont se déroule l'histoire sont assez intéressantes dommage que le film soit parfois maladroit.
(Les effets spéciaux sont au top)
Pas indigent mais pas indispensable.

Aucun rapport avec Titanic (mais c'est comme ces gens qui peuvent pas s'empêcher de se distinguer en disant qu'ils 'aiment pas les Beatles dans n'importe quelle discussion musicale Laughing), mais en effet, c'est moyen/bateau/quelconque/sans grand intérêt/sauf Jennifer qu'est bonne (et les effets visuels).
Pendant tout le film j'ai espéré qu'il y ait un complot un twist un truc qui explique le réveil de Chris Pratt - histoire de relancer l'histoire et qu'il y ait un peu de conflit qu'il se passe quelque-chose. Mais non. Autant de moyens pour raconter ça du gros gâchis.
(mais c'est regardable. et, étonnament, on s'ennuie pas)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Cbyt a écrit:TOUS EN SCENE de Garth Jennings
Agréablement surpris. Même si le concept de base et la bande son avaient tout l'air de repoussoir en ce qui me concerne, le résultat final est plutôt positif. Rythmé, plein d'émotions, pas moraliste pour un sou.

Phil a écrit:même si tu nous dis du bien de The Voice en dessin-animé, ça sera sans moi quand les enfants le regarderont !


Ben non, je me suis retrouvé à aller le voir au ciné, avec Diane et les deux nains (deuxième ciné de Melvil)...
Et, en effet, c'est plutôt bien ! Surtout parce que ça dépasse le concept de base de The Voice avec des animaux.
Mais bon, y'a bien de la musique de merde, quand même - c'est parfois assez difficile pour les oreilles !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Phil a écrit:
.... Mais non. Autant de moyens pour raconter ça du gros gâchis.

C'était ce que je voulais dire en parlant de Titanic Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Ouch, je me suis tapé les 2h40 de Scorcese. Silence

Roboratif. Un peu long quand mêem. Des échos avec Last Temptation

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Cyrille a écrit:Ouch, je me suis tapé les 2h40 de Scorcese. Silence

Roboratif. Un peu long quand mêem. Des échos avec Last Temptation

J'attendrai le DVD...

De mon côté, je me suis fait A Cure for Life - c'était long aussi : 2h30 !
Trop long.
Mais bien.

(je tenterai une critique demain)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Phil a écrit:
Rock n Roll

Sympa et à voir (bien plus que les précédents films de Canet !), sans en attendre beaucoup.


Dommage qu'il y ait une heure de trop ! Que la fin (sauf dernière scène) est pesante, lourdingue, sans le ressort comique du début du film

Je me suis ennuyé ferme

Voir le profil de l'utilisateur
Et le coup de la chirurgie esthétique, c'est drôle surtout parce que c'est vrai. c'est quand mêem l'histoire exacte des frères Bogdanoff ou de Rachida Darty (je viens de la trouver cette dernière, ça ,e fera rire que moi)

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ce qui est bien dans la deuxième moitié (avec Rachida Darty), c'est qu'il ose y aller à fond; sans se dire à un moment "bon, là on va retomber dans la morale ou une gentille fin où tout rentre dans l'ordre".
Après, c'est clair que c'est trop long et que ça tourne en rond. (mais c'est vrai aussi dans la première moitié)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Oui, mais le première partie, il y a tous les gags (ma scène préférée, c'est Céline Dion)

A un autre moment, j'ai failli m'étouffer de rire mais c'est pas si marquant, je ne me souviens plus pourquoi

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouais, Marion en Céline Fion, c'est énorme !

(c'était pas la réplique de Johnny, l'autre truc ?)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Toute la scène de Johnny est bonne. Ah oui, c'est peut être je vais allumer le feu

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
J'étais mort de rire !
(dommage qu'il chante dans la foulée pour insister sur le gag qui se suffisait à lui-même)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
On le sait depuis toujours ou presque : Gore Verbinski est un réalisateur qui aime se faire plaisir. Il n’y a qu’à voir ses Pirates des Caraïbes, entre autres : longs, débordant de partout, démesurés etc. Après le semi-échec commercial de son Lone Ranger (pourtant plutôt bien), encore un film bourré jusqu’à la gueule de trop de trucs, on aurait pu penser qu’il se calmerait un peu.

Que nenni.
Rien qu’à voir que son dernier film en date dure 2h30, on se dit que ça ne va pas encore être pour cette fois ! Et, en effet, à la vision de A CURE FOR LIFE (titre « français » de A Cure for Wellness – là, on atteint des sommets de titrages débiles !), on se retrouve encore face à un gros machin généreux, rempli à ras-bord, foisonnant ; une nouvelle branlette cinématographique du réalisateur. Forcément difficile à digérer.
Et, aussi, bourré de plein de choses fort sympathiques.

En effet, Verbinski déballe ici sa grosse machine pour raconter une histoire qui ne nécessitait pas forcément une telle débauche. Une sorte d’hommage au cinéma bis des années 60 à 80 ; un film de la Hammer, ou un Roger Corman (période Poe), ou un vieux Mario Bava… Dopé aux effets grandiloquents, à la musique qui fait peur, à la mise en scène grandiose et aux techniques modernes. Boosté, surtout, par une photographie absolument splendide, qui est clairement ZE gros atout du film. Un film qui aligne les plans magnifiques, les images léchées, les cadrages conçus comme des tableaux.
Ne pas croire pour autant que ce remède ne serait qu’un beau (et chiant) livre d’images. Il parvient souvent à tenir en halène en nous faisant participer au calvaire de son personnage pris dans un engrenage infernal. Il ménage sont lot de scènes fortes, de moments à l’ambiance étouffante, de séquences impressionnantes. Et progresse petit à petit vers une dernière partie assez perverse et malsaine – qui, là encore, retrouve l’essence d’un bon vieux cinéma déviant.

Reste qu’il y a bien 40 minutes de trop. Et qu’on le sent plus peser que dans ses blockbusters-kouglofs passés, parce que, là, il n’y en avait vraiment pas besoin.
Et que c’est parfois trop référentiel, aussi. Mot poli pour ne pas dire « pompé », tant on pense précisément à certains moments aux films déjà cités, mais aussi à Polanski, Carrie, Shutter Island et d’autres. Est-ce pour ça qu'on a l'impression que tout est un peu trop facile à deviner et pas très original au niveau du déroulé et des révélations, aussi ?


Note = bien, à voir pour en prendre plein les yeux, on s'emmerde pas vraiment mais c’est un peu pesant quand même. Ça fait du 4/6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Ce début d'année 2017 est décidément une période de retours inattendus. Après Shyamou, voilà maintenant Lucas Belvaux qui refait un bon film, pour la première fois depuis sa trilogie du début des années 2000 ! (bon, Lai Raison du Plus Faible était pas mal)
En plus, avec CHEZ NOUS, il s'attaque à un sujet dont on dit souvent que le cinéma français a bien du mal à s'en emparer, contrairement aux américains : un film politique, déjà, qui plus est en prise directe avec l'actualité et la situation présente du pays. En l'occurrence, une campagne municipale menée dans une petite ville du Pas-de-Calais clone de Hénin-Beaumont par un parti clone du FN, dirigée par un clone de Marine, secondée par un clone de Philipot, qui place en tête de liste un clone de n'importe quel maire FN du cru interchangeable.

Je l'ai découvert au générique du film, le film est co-écrit (avec Belvaux) par Jerôme Leroy - auteur d'un livre appelé Le Bloc, que j'avais lu il y a 2-3 ans (et qu'il me semblait avoir chroniqué ici, mais je n'ai rien retrouvé). Dont le film s'inspire en fait beaucoup - le livre raconterait plutôt dans le détail l'ascension du personnage de Guillaume Gouix au sein d'un parti qui passe de groupuscule facho à candidat sérieux à la présidentielle.
(petit aparté lecture, d'ailleurs : j'ai aussi lu cette semaine Préparer l'enfer de Thierry di Rollo, petit livre de 150 pages que j'ai trouvé très proche de celui de Leroy - bien que plus orienté politique que thriller. moins bon, mais à lire aussi)
C'est ce qui fait la force du film, l'auteur semblant très documenté sur l'extrême-droite en général et le FN de la fille Le Pen en particulier; ce background solide permettant au film d'être tout aussi réaliste et saisissant.

Le résultat est glaçant et fait froid dans le dos, démontant petit à petit la mécanique de la progression des idées réacs dans notre pays, s'appuyant sur un terreau bien "préparé" idéologiquement, socialement et économiquement.
Bien sûr, on a déjà dit ici que si le cinéma avait la capacité à changer le monde, ça se saurait. Et que ce film ne changera rien à la catastrophe qui nous attend aux prochaines élections (à ce titre, les hauts cris des cadres du FN s'insurgeant contre sa sortie en pleine campagne sont quand même bien pathétiques). Principalement parce que les potentiels électeurs du FN n'iront pas le voir, de toute façon - c'est typiquement le film qui va prêcher auprès de gens déjà convaincus.

Mais, en terme purement cinématographique, c'est du bon, du solide, du bien foutu. Avec de bons acteurs (même Emilie Dequenne est bien, c'est dire ! D'autant plus qu'elle était à chier dans le film précédent de Belvaux, à chier lui aussi). Et, donc, le retour d'un réalisateur qui sait à nouveau combiner cinéma et critique sociale sans tomber dans la balourdise de ses mauvais films.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Vu hier soir et effectivement c'est assez glaçant. Autant dire que ce n'est pas le style des films de Belvaux qui m'attire mais le sujet, puisque cinématographiquement c'est vraiment pas ma came. Beau casting en tout cas avec un Dussolier qui fait vraiment flipper !

Voir le profil de l'utilisateur
Et comme j'étais dans ma soirée "C'est pas ce soir que je vais me réconcilier avec l'humanité", j'ai enchaîné sur Loving, le dernier Nichols en date. Et c'est très bien ... comme d'hab j'ai envie de dire. Si Nichols s'attaque à un sujet nettement plus sensible qu'à son habitude mais toujours dans son style si caractéristique. Je ne sais pas si il sera capable un jour de sortir de sa "zone de confort" mais tant qu'il nous sort des films comme ça, il peut continuer longtemps !

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouais, DUssolier est mortel, dans le film de Belvaux ! Et Catherine Jacob fait froid dans le dos : on dirait la vraie ! (Marine, pas Catherine)

Quant à Nichols, je pense qu'il était déjà un peu sorti de sa zone de confort avec Midnight Special. Ok, on reconnaissait bien son style, mais il s'attaquait à un univers différent. Là, apparemment, c'est pareil, vu que c'est sa vision d'un mélo historique...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Ah Loving, c'est mon prochain sur la liste

Voir le profil de l'utilisateur
Phil a écrit:Quant à Nichols, je pense qu'il était déjà un peu sorti de sa zone de confort avec Midnight Special. Ok, on reconnaissait bien son style, mais il s'attaquait à un univers différent. Là, apparemment, c'est pareil, vu que c'est sa vision d'un mélo historique...
Par zone de confort, je parlais de sa mise en scène et sa manière de raconter des histoires (dans le sud des Etats-Unis)

Voir le profil de l'utilisateur
Lion (comme Moonlight), est le genre de film casse-gueule puisque là aussi l'histoire s'étale sur une vingtaine d'années et fait donc place à deux acteurs pour jouer Saroo enfant puis adulte, chaque partie durant après 1 heure. Et le danger, c'est qu'un des acteurs bouffe l'autre et en l'occurence c'est le tout jeune Sunny Pawar qui bouffe Dev Patel qui n'arrive jamais à faire sortir les mêmes émotions que le petit Sunny. Ronney Mara est touchante dans un rôle sans fioriture, sans maquillage,sans excès.

Bon, c'est pas mal mais il y avait sûrement mieux à en tirer.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ça me tente pas une demi-seconde !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Moonlight de Barry Jenkins absolument extraordinaire.

Montrer à l'écran la tension sexuelle comme ça, sans presqu'un mot, sans corps, sans sexe, avec une pudeur au delà de tout ce qui est exprimable, c'est juste incroyable.

Voilà, ça, c'est du cinéma

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Vu que j'avais plutôt aimé le premier, je suis allé voir JOHN WICK 2... qui, sans surprise, est à peu près le même, donc encore bien ! Very Happy
Peut-être même mieux, en fait. Parce que, une fois l'univers posé, ce second film joue à fond le jeu de l'univers décalé du film, nous permettant d'entrer un peu plus dans l'univers très comic book de cette organisation mondiale de tueurs. Et réservant à nouveau ce délire complet, notamment dans une scène de fusillade "en mode furtif" entre Keanu Reeves (toujours parfait dans le rôle par sa non-expressivité) et le rappeur Common, excellente.
La fin pousse encore plus loin le concept de base du film, et promet une suite. Que j'ai presque hâte de voir, tant cette franchise est vraiment rafraichissante dans l'univers balisé du cinéma d'action américain (sans pour autant donner lieu des des films exceptionnels).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 41 sur 43]

Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42, 43  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum