Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Rapido films - Ze quick critix volioume tri

Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Poster un nouveau sujet  Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 38 sur 40]

En même temps, c'est Vincent Perez à la réalisation. Déjà qu'acteur...

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ah ouais, j'avais oublié ça !
J'allais demander : "mais pourquoi t'es allé voir ça ???" - mais je suppose que c'était surtout par rapport au bouquin...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Oui, et puis c'est un thème hyper intéressant. Mais c'est une bouse Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur
Pour Arès, il va falloir attendre la diffusion sur Canal, vu le très faible nombre de salles proposé à la projection.

Sinon vu Allied de Zemeckis hier. Bien foutu, bien joué (et même Cotillard a fait des progrès pour mourir-à-la-fin-des-films) mais c'est un peu trop romantique pour moi (Titanic-like).

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
C'est malin de spoiler ! Déjà que ça me tentait pas, mouarf

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Phil a écrit:Une fois n'est pas coutume, je commence par la note.
SING STREET de John Carney : 5/6 objectif; mais 6/6 purement philesquement subjectif !!!

L'histoire d'un ado à Dublin en 1985 qui monte un groupe de musique pour emballer la fille de ses rêves, guidé par son grand frère (pas si) loser (que ça) amateur de new wave...
Un film dans la lignée de Good Morning England, avec une pincée de Footlose et un peu de Breakfast Club (dans la vision de l'adolescence) voire de film social à l'anglaise (marrant de voir ça quelques jours après le dernier Loach - la période est au cinéma grand-breton !). Tous ces films qui crient haut et fort le pouvoir de la musique, allié à celui du cinéma. Et là, en plus, la musique, c'est du Cure, du Duran Duran, du Clash.

Le film m'a complètement liquéfié.
C'est ma musique. C'est ma jeunesse. C'est mon type de "feel good movie".
Je suis incapable d'être objectif devant ce truc, ça me parle tellement.

(mais si, objectivement, les acteurs sont supers, c'est bien écrit, bien réalisé, bien foutu de quelque bout qu'on le prenne).

Mortellissime.
(achat de BR assuré. top list 2016 assuré)


Revu.
C'est toujours mortel !
(j'avais à peine eu le temps de me dé-liquéfier et de retrouver forme à peu près humaine Smile)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
"Plus de 40 ans de vol, et au bout du compte on me jugera sur ces 208 secondes", ça pitch bien le dernier film de Clint Eastwood, SULLY. Et si on jugeait la carrière de Clint sur ces 96 minutes. J'espère que ce n'est pas son épilogue mais on trouve dans ce film, ce qui caractérise une très grande partie de sa thématique récurrente : des gens "normaux" qui par leurs actes vont devenir des héros, pas au sens super-héros mais au sens littéral : qui se distinguent par leur bravoure et des actes exceptionnels mais surtout des gens avec tous leurs travers et défauts. Les héros de Clint Eastwood sont loin d'être exempt de tout reproche mais ils restent profondément humain. Que ce soit dans les Harry, Million Dollar Baby, le tout récent American Sniper, les westerns, Gran Torino et j'en oublie sûrement, tous ces films partagent cette caractéristique et une certaine sobriété. Sully n'échappe pas à cette règle. Pas d'effet de manche, c'est aussi sobre qu'efficace et d'une histoire archi-connue et commentée, Eastwood arrive à nous scotcher dans nos sièges et ressortir tout un flot d'émotion. Tom Hanks qui signe une très belle prestation n'y est pas étranger.
On pourra toujours reprocher à Clint une vision parfois manichéenne de l’héroïsme mais elle a le mérite d'être sincère et qu'il excelle dans cet exercice.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Il me tentait moyen, celui-là (ça fait des années que je me précipite plus pour voir le dernier Clint en salle, quel qu'il soit)... Mais j'en lis et entends que du bien partout. Vais donc probablement me laisser tenter !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
J'étais un peu comme toi au début ... mais ce Clint est vraiment surprenant.

Voir le profil de l'utilisateur
La fille de Brest probablement pas le meilleur film de l'année cinématographiquement parlant, mais un excellent document sur l'affaire du Médiator

Voir le profil de l'utilisateur
Papa et Maman 2
(je continue ma cure, because transports gratuits)

Très bon, surtout que c'est un 2

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Vais le voir lundi (vu que j'ai un pass Navigo)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Bonne presse sur Papa et Maman 2. Ca me tente

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Cyrille a écrit:Papa et Maman 2
(je continue ma cure, because transports gratuits)

Très bon, surtout que c'est un 2

C'est surtout rare qu'un 2 soit meilleur que le premier ! Qui était très sympa, mais plein de petits défauts. Notamment une mise en place top longue. Logiquement, la suite va direct au coeur de l'histoire, et ça fait du bien. D'autant que c'est toujours court, et tant mieux.

Très drôle, et d'un humour assez méchant et réjouissant. Foïs et Lafitte sont toujours super. Et en plus d'eux, y'a Jonathan Cohen, un des acteurs français les plus marrants du moment.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin


MANCHESTER BY THE SEA de Kenneth Lonnergan est ZE film indépendant américain de cette fin d'année 2016. Déjà favori (avec La La Land, hum hum) dans les différentes courses aux prix qui seront décernés bientôt, chouchou de la critique, "film de l'année" pour Studio etc, le film s'est imposé avant même sa sortie comme le nouveau mètre-étalon dans sa catégorie. Et un prévisible gros succès : la salle dans lequel je l'ai vu hier soir était bondée - ce qui n'est pas évident pour un tel film sans méga stars ni effets spéciaux.

"Un tel film", c'est donc un gros mélodrame bien plombant de 2h15, qui a en effet tous les atours du pur film indépendant amerloque. C'est d'ailleurs produit par Focus Features le studio responsable d'un grand nombre de coups fumants depuis 15 ans, dont on dit ici à chaque fois qu'on voit le logo au début d'un film : "ah, c'est du Focus Features, ça va être bien !". Et, donc, là, sans surprise, bah c'est bien.
Pas exceptionnel, cependant. Dans le genre, j'ai vu des trucs qui m'ont plus laissé sur le cul. Il y a ainsi dans le film un côté un peu forcé, du genre "je vais vous balancer le film absolu dans sa catégorie, et vous allez voir ce que vous allez voir". On lit clairement les intentions de tout le monde dans chaque scène du film, ou presque; ce qui donne un film parfaitement écrit, réalisé, interprété, photographié, mis en musique et tout et tout. Qui fait pleurer, rire, interroge. Mais sans que rien ne dépasse; sans ce grain de folie qui transforme un (très) bon film en grand film. ça reste d'ailleurs très classique à la fois dans ce que ça raconte (une énième histoire de retour à la vie après un événement dramatique - en l'occurrence deux événements qui se répondent, un dans le passé et un récent) et dans la manière dont c'est raconté.

Après, difficile malgré tout de faire la fine bouche, et loin de moi cette idée !
C'est vraiment presque aussi mortel que ce qu'on nous a vendu. Et Casey Affleck est phénoménal, parvenant à renouveler un type de personnage pourtant cent fois vu.

Super / 6

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Assassin's Creed de Justin Kurzel.

Encore un excellent jeu très cinématographique qui loupe son passage au cinéma. Si dans les séquences du passé, on retrouve tout l'univers créé par Ubisoft, les prises de vue, les effets, les combats chorégraphiés ... dans le présent, on s'ennuie assez rapidement, faute à un scénario alambiqué mais qui ne raconte pas grand chose au final et faute sûrement à un Justin Kurzel qui peine un peu derrière sa caméra. Donné à un "vrai" réalisateur et avec un scénario moins tordu, on aurait pu avoir quelque chose de réussi... peut-être pour la suite.

(au passage, Cotillard a beaucoup plus de charme avec les cheveux courts et noirs)

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouais, on attend toujours la bonne adaptation de jeu vidéo au ciné, quoi !
En même temps, l'inverse (l'influence du cinéma sur le jeu) a été tellement loin que c'est plus la peine d'essayer !

(et j'ai rien contre Coquillette physiquement, perso, au contraire Smile)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Moi, les coquillettes, je les aime au beurre et au jambon

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Moi je lui beurrerais bien le jambon
(amis de la poésie, bonsoir Laughing)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
C'est presque d'actualité avec la polémique sur Le dernier tango à Paris qui est ressortie dernièrement.

Voir le profil de l'utilisateur
Phil a écrit:
MANCHESTER BY THE SEA de Kenneth Lonnergan est ZE film indépendant américain de cette fin d'année 2016. Déjà favori (avec La La Land, hum hum) dans les différentes courses aux prix qui seront décernés bientôt, chouchou de la critique, "film de l'année" pour Studio etc, le film s'est imposé avant même sa sortie comme le nouveau mètre-étalon dans sa catégorie. Et un prévisible gros succès : la salle dans lequel je l'ai vu hier soir était bondée - ce qui n'est pas évident pour un tel film sans méga stars ni effets spéciaux.

"Un tel film", c'est donc un gros mélodrame bien plombant de 2h15, qui a en effet tous les atours du pur film indépendant amerloque. C'est d'ailleurs produit par Focus Features le studio responsable d'un grand nombre de coups fumants depuis 15 ans, dont on dit ici à chaque fois qu'on voit le logo au début d'un film : "ah, c'est du Focus Features, ça va être bien !". Et, donc, là, sans surprise, bah c'est bien.
Pas exceptionnel, cependant. Dans le genre, j'ai vu des trucs qui m'ont plus laissé sur le cul. Il y a ainsi dans le film un côté un peu forcé, du genre "je vais vous balancer le film absolu dans sa catégorie, et vous allez voir ce que vous allez voir". On lit clairement les intentions de tout le monde dans chaque scène du film, ou presque; ce qui donne un film parfaitement écrit, réalisé, interprété, photographié, mis en musique et tout et tout. Qui fait pleurer, rire, interroge. Mais sans que rien ne dépasse; sans ce grain de folie qui transforme un (très) bon film en grand film. ça reste d'ailleurs très classique à la fois dans ce que ça raconte (une énième histoire de retour à la vie après un événement dramatique - en l'occurrence deux événements qui se répondent, un dans le passé et un récent) et dans la manière dont c'est raconté.

Après, difficile malgré tout de faire la fine bouche, et loin de moi cette idée !
C'est vraiment presque aussi mortel que ce qu'on nous a vendu. Et Casey Affleck est phénoménal, parvenant à renouveler un type de personnage pourtant cent fois vu.

Super / 6

C'est quand même assez grandiose et étonnant. Faire pleurer avec Albinoni en toile de fond sans être ridicule, en 2016, c'est quand même scotchant. La scène avec son ex femme est un sommet d'emotion, d'une sobriété incroyable.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Meilleure scène du film, totalement hallucinante !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Début d'année soius le signe du cinéma américain sans surprise, pour moi (mais parfois, mieux vaut une bonne valeur sûre)

Le Fondateur, avec Julien Lepers , agréable sans plus

American Pastoral, adaptation solide du très bon roman de Roth. Le film garde bien l'esprit âpre et sans concession de Philip Roth

Le hasard veut que les deux films se passent à peu près à la même époque (50-70), mais donnent deux éclairages tout à fait différents

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Le film sur Mac Do me tente pas des masses, l'adaptation de Roth, par contre, carrément.
(mais j'aurais le temps de voir ni l'un ni l'autre au ciné - c'est prévu en DVD)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Nocturn Animals, absolument FORMIDABLE (allez, un tout petit reproche : un peu long)

Gyllenhall est comme toujours parfait, l'actrice aussi.

Quand je pense que je vais casser la belle série avec M. Nuit Chitoutmou

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 38 sur 40]

Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Poster un nouveau sujet  Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum