Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

PROMISED LAND de Gus Van Sant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 PROMISED LAND de Gus Van Sant le Jeu 18 Avr - 19:12

Phil


Admin


Cinéaste plutôt expérimental (pour le meilleur et pour le pire - on s'est souvent gaussé par ici de ses ratages intello-branchouilles à base de Kurt Cobain mourant ou de mecs qui se baladent dans le désert pendant des plombes; mais c'est aussi parfois très bon), Gus Van Sant surprend parfois son monde avec des films presque académiques, plus classiques en tout cas, limite commerciaux. Qui là aussi peuvent alterner le meilleur (Harvey Milk) ou le pire (Finding Forester), mais ne laissent jamais indifférent.

Son dernier né Promised Land est de ceux-là, et au premier abord on pourrait se demander ce qui pousse ce vieux Gus à s'intéresser à un tel matériau. On est là en effet dans le cinéma américain le plus classique, un film-dossier politique sur un sujet chaud du moment (l'exploitation des gaz de schiste), sans recherches formelles et autres expérimentations, très attendu dans son déroulement, ses personnages et ses péripéties.
Sauf que finalement, il y a une certain logique, quand on sait que sa vedette Matt Damon est aussi l'auteur du scénario (avec John Krascinski, qui joue lui aussi dans le film), et qu'on se souvient que Van Sant avait déjà illustré un des premiers scénarios de Damon, co-écrit avec son complice d'alors Ben Affleck, à l'origine du méga succès Will Hunting. (un film que je trouve pas terrible en soi, mais dont je n'irai jamais nier l'importance dans le développement du cinéma indépendant américain tel qu'on le connaît aujourd'hui). Il était logique qu'ils se retrouvent un jour sur un tel projet, chacun apportant alors à l'autre des éléments de sa propre vision du cinéma (qui sont bien moins opposées qu'on pourrait le penser).

Sauf que, aussi, les trois compères livrent finalement un film qui ne ressemble qu'en surface à toute la vague actuelle de films socio-economico-politique à la Margin Call ou The Company Men (auquel il fait pas mal penser - d'autant plus que celui là mettait en vedette Ben Affleck, et qu'on y voyait aussi Rosemarie DeWitt, comme là). Des films appréciables, mais desquels Promised Land se démarque légèrement par des petits détails qui le rendent plus riche.
Notamment un, qui fait toute la différence : alors que la base de ce type de film-dossier est de se placer du côté des "victimes", celui-ci fait de ses personnages principaux les "bourreaux". Damon joue un jeune arriviste qui a une sérieuse revanche à prendre sur sa jeunesse, et se place clairement du côté de la multinationale qui veut exploiter les paysans pauvres du fin fond du midwest. Son Steve Butler use des tous les artifices, cachoteries, mensonges et cynisme possible pour arriver à ses fins - secondé par une assistante superbement interprétée par Frances MacDormand, qui n'est pas en reste dans la manipulation. Ce n'est pas un spoiler de dire qu'il retournera sa veste à la fin - on s'y attend évidemment avec ce type de film - mais c'est très bien amené, finement joué, et venant suite à une ruse du scénario plutôt bien vue (même si, pour une fois, je m'y attendais !).

Au delà de ça, le film mène sa barque avec une efficacité redoutable, alignant les séquences puissantes et démontant le mécanisme de manipulation de l'opinion par les grandes sociétés de manière impitoyable. C'est d'une grande noirceur, certaines scènes mettent en rage, d'autres apportent une certaine émotion, on n'oublie pas un humour léger pour décompresser un peu.
Visuellement, même si ce n'est pas recherché et conceptuel, c'est plutôt beau. La musique de Danny Elfman évite ses tics habituels pour se révéler superbe et chargée d'émotion.
J'ai dit que MacDormand était très bien, ce n'est rien de dire que Matt Damon est quant à lui extraordinaire ! On le sait doué pour jouer les "mecs normaux" avec toute une palette d'expressions précises; il nous en donne ici une nouvelle démonstration. Les seconds rôles ne sont pas en reste, à commencer par le co-scénariste Krasinski, plus habitué à la légèreté de la comédie.

Note = 5/6

(et encore une fois, ça commence à être plus que lassant, on se demande bien comment se fait-il que notre pays soit incapable de produire ce type de film, ou alors 30 ans après ! Et on est bien obligé de se dire encore que les américains sont vraiment très forts au moins là dessus, lorsqu'il s'agit de s'emparer d'un sujet brûlant de l'actualité et d'en faire un film sérieux et bien tenu. Là au moins, ils ont de quoi se la péter sur la supériorité de leur cinéma).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

2 Re: PROMISED LAND de Gus Van Sant le Jeu 18 Avr - 20:58

Les Ch'tis, s'était pas un sujet brûlant de l'actualité ??

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: PROMISED LAND de Gus Van Sant le Jeu 18 Avr - 21:12

Phil


Admin
Non, ça l'est devenu après, grâce à Dany Boon ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

4 Re: PROMISED LAND de Gus Van Sant le Sam 20 Avr - 21:38

Marrant, j'ai rien vu venir moi !! Super film.

Un peu gêné que ce doit financé par Abhu Dabi quand même.

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: PROMISED LAND de Gus Van Sant le Sam 20 Avr - 23:14

Phil


Admin
Cyrille a écrit:Marrant, j'ai rien vu venir moi !!

Sur l'écolo ?
Me souviens plus quand, mais y'a un moment où je me suis dit que ça devait être ça, et c'est resté après...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum