Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

THE REVENANT d'Alejandro Gonzalez Inaritu

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Phil


Admin
Bande-annonce définitive du nouveau film pour lequel Leo n'aura pas l'Oscar...



Bon, si y'avait pas le précédent Birdman, auquel je croyais fort et qui n'était pas si bien que ça, je dirai qu'il faut s'attendre à un des meilleurs films de l'année prochaine !
... mais quand même : ça va sur-buter (j'espère) !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Vu ce soir en avant-première.
ça mérite une critique détaillée; il est tard et je suis fatigué... ça attendra demain ! Very Happy
Mais je peux déjà dire :
1/ c'est pas le méga chef d'oeuvre attendu... mais c'est quand même très bien.
2/ pas la meilleure performance de Léo non plus... mais il est assez grand !
3/ Cyrille ne sera absolument pas d'accord avec moi (il va nous parler d'épreuve et de film chiant; pfff, ne l'écoutez pas Laughing)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
(j'aurai pas le temps pour une (longue) bafouille (à la Phil) aujourd'hui. Mais ne soyez pas désespérés, ça devrait être bon d'ici la fin de la semaine Smile)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Dans le genre "film qui sert à rien", c'est un summum ! Histoire à la con dont je me contrefous. Et dont on ne croit pas une seconde.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ça restera une séance mémorable, en tout cas - heureusement que tu pouvais pas partir au bout de 10 minutes ! Laughing

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Libé : "The Revenant, c’est le Manuel des Castors juniors mis en images grand style par un épigone de Tarkovski et le chef op de Terrence Malick, saupoudré d’un peu de démesure à la Werner Herzog."

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Le critique ciné qui semble découvrir le style propre à un réalisateur au bout de son sixième film, ça me fera toujours marrer...
(parce qu'on peut dire ça de tous les Inaritu, dont, accessoirement, "le chef op de Terrence Malick" est aussi le chef op attitré !)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
THE REVENANT est indéniablement un gros morceau de cinéma, assez difficile à aborder d’un point de vue critique, finalement. Pour ce faire, je commencerai du coup par contredire deux affirmations courantes autour du film, « comme par hasard » liées aux prochains Oscars qui seront décernés ce week end :
- Le film serait un pur chef d’œuvre, qui devrait logiquement permettre à Alejandro Gonzalez Iñaritu un doublé historique avec les Oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur deux années de suite.
- C’est le plus grand rôle de l’histoire de Leonardo DiCaprio, et si l’Academy n’est pas capable de réparer l’injustice qui lui est faite depuis ses débuts et lui refiler enfin la statuette tant convoitée, c’est à désespérer.

Alors, non, The Revenant n’est pas le plus grand film du monde, le truc qui enverrait Kubrick, Malick et Tarkovski se rhabiller immédiatement, et instaurerait une nouvelle date dans l’histoire du cinéma.

Pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que le film est trop long. Personnellement, je n’ai aucun problème avec les films de trois heures ; et, pour le coup, je ne me suis pas ennuyé pendant le visionnage. Il n’empêche qu’il n’y a pas besoin de 2h30 pour un film dont l’argument de base consiste juste en une vengeance personnelle basique (et qu’on ne me mette pas en face de ma mauvaise foi légendaire en me ressortant les 4 heures de Kill Bill 1 + 2 Laughing !). Ainsi, à force d’accumuler les scènes sur des motifs répétitifs, le film finit par se perdre par moments. Pire : les épreuves auxquelles est confronté le personnage finissent par paraître too much, et on n’y croit pas toujours. Un comble, alors que c’est tiré d’une histoire vraie – et que ça a même semble-t-il été « adouci » par rapport à la réalité !
Mais le plus gros problème du film (et c’est lié au même point), c’est l’inadéquation entre les moyens déployés à l’image et ce que ça raconte. A savoir, pas grand-chose. Sauf que tout le monde semble donner l’impression d’avoir plein de grandes choses à dire – le film multiplie les plans oniriques, les séquences qui se voudraient significatives, les digressions sur la naissance de l’Amérique dans le sang et la violence… pour rien, ou presque, au final.
Sans aller jusqu’à la critique des Inrocks qui voient dans le final du film l’affirmation de la puissance de Dieu sur la loi des hommes, on peut se dire à l’apparition du dernier plan (magnifique, comme tout le reste du film) : « tout ça pour ça » ? Tarantino, on y revient encore, avait un discours beaucoup plus intéressant sur les mêmes thèmes dans Les Huit Salopards – film « frère » de The Revenant à plus d’un titre. De même, on pense souvent au magnifique Dernier des Mohicans de Michael Mann – qui lui aussi se débrouillait autrement mieux pour raconter les mêmes choses.

Pétard mouillé décevant, loin d’être à la hauteur de sa glorieuse réputation, alors ? Oh que non, carrément pas !
Parce que, d’un point de vue purement cinématographique, c’est une pure merveille. Iñaritu et son directeur de la photographie Emmanuel Lubezki poursuivent leur travail sur le plan-séquence, notamment ; tout comme ils prolongent leur entreprise d’immersion du spectateur dans le film. A la fois par sa manière de sculpter la lumière et par sa capacité à gérer des mouvements de caméra incroyables, le chef op’ pourrait ici être crédité comme co-réalisateur, tant le résultat à l’écran rend le travail des deux hommes indissociable. (et allez, un Oscar prévisible pour lui aussi !)
The Revenant n’est pas un film qui se regarde, mais une expérience qui se vit en direct. A travers quelques scènes hallucinantes, le film éprouve notre capacité de résistance à ce qui nous est montré. On est constamment immergé, comme les personnages, au sein de l’action. La première scène de l’attaque des trappeurs par des indiens est ainsi saisissante. Rarement l’impression d’être au cœur des combats n’aura été aussi présente (je ne vois que le Bloody Sunday de Paul Greengrass pour avoir provoqué le même type de réaction jusque là). Pareil pour l’attaque de l’ours, d’autant plus impressionnante que la scène joue sur l’étirement du temps et les pauses dans l’action.
En collant aux basques des trappeurs du Grand Nord américain confrontés à une nature hostile et à des ennemis qui ne le sont pas moins, on finit par avoir l’impression de passer 2h30 avec eux. Dans le froid, la crasse et la peur.
En collant aux basques d’un personnage laissé pour mort et qui doit lui aussi affronter les éléments, on vit sa renaissance (ô combien douloureuse). Là aussi, dans le froid, la crasse et la peur (terrible « scène du cheval », entre autres joyeusetés dégueulasses !).
Le film est alors sans cesse éprouvant. Pas seulement parce qu’il multiplie les scènes sanglantes, sauvages, gore et autres. Mais surtout parce que la manière frontale dont il illustre cette sauvagerie fait l'effet d'un coup de point en pleine gueule. Ou plutôt une succession de coups de poings.


Et non, ce n’est pas la meilleure performance de Leo, qu’on a connu beaucoup plus subtil et inspiré (notamment chez Scorsese, même dans les films de leur duo que j’apprécie le moins, ou encore chez Spielberg. Note personnelle : et évidemment chez James Cameron, dans le rôle qui aurait dû le lui rapporter depuis 20 ans, son putain d’Oscar !).
Il a ici parfois tendance à en faire des caisses, pour pas grand-chose. Comme son réalisateur, quoi !

Mais bon, plus que son jeu d’acteur, c’est évidemment son investissement personnel qui impressionne ici. Ce n’est pas ce qu’il fait de son visage, de ses émotions, ou la manière dont il incarnerait la psychologie de son personnage, qui importe dans ce film précis. C’est ce qu’il fait de son corps, la manière dont il occupe l’espace, les épreuves qui lui sont infligées et la façon dont il les surmonte.
Face à lui, Tom Hardy n’est pas en reste – avec une partition certes moins difficile, il parvient tout de même à incarner avec la même efficacité la rudesse de l’histoire et de son personnage. (comme dans Mad Max Fury Road, il n'a pas grand-chose à faire pour imprégner la pellicule et imposer sa présence)

Tous deux sont l’incarnation à l’image de ce projet totalement fou. Evidemment, on sait bien que c’est un film. Que Leo n’a pas vraiment été attaqué par un ours, que de vrais indiens n’ont pas tiré de vraies flèches dans la tronche de vrais trappeurs, que l’équipe ne s’est pas amusée à dépecer des bisons et des chevaux, que les deux acteurs ne se sont pas réellement battus à mort à la fin du tournage…
Mais on a pu aussi lire/entendre/voir partout à quel point le tournage a été difficile, comment Iñaritu s’est comporté en despote, listé la longue litanie des conflits, des blessures, des accidents, des problèmes les plus insurmontables (surmontés malgré tout). Comment les acteurs et l’équipe ont vraiment pataugé dans la neige pendant des semaines, mangé du foie cru, parcouru en tous sens des paysages impraticables et des cours d’eau gelés.


Même sans être le très grand film après lequel il court en vain, The Revenant restera comme un de ces projets fous et démesurés, qui se révèlent précieux au sein d’un cinéma américain qui s’est transformé en machine prépère sans aucune prise de risque.
Il n’est pas facile de rendre par les mots l’impact d’un film qui joue essentiellement sur les sensations et le ressenti du spectateur. C’est bien toute sa réussite, comme l’affirmation de la force de sa conception d’un cinéma total et reposant uniquement sur ce qui fait sa spécificité (mise en scène, travail sur l’image, montage, etc).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Je vais le voir ce soir. On verra bien si le film est la hauteur de la réputation qu'on veut bien lui donner, si c'est trop long (t'as bien fait de citer Kill Bill) et si un possible Oscar pour Leo serait usurpé (ça ne pourrait pas l'être plus que si il avait eu à l'époque de Titanic mais bon, on jugera sur pièce).

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Mouarf, j'ai mis ma critique sur Ciao - j'ai des supers commentaires de Fragar !
(qui n'a toujours pas acquis le second degré, apparemment)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Non mais sans déc, pourquoi fait on un fromage d'un type qui se fait massacrer par un ours ?

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Le Cercle sur le film est très bien...

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Ah, ils sont donc d'accord avec toi :-)

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Pas tous ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Je suis à peu près d'accord sur la majeure partie de ton argumentaire : un vrai grand moment de cinéma qui détonne dans l'hégémonie ambiante hollywoodienne. Quand je rentre dans une salle avec un grand écran, j'attends d'abord un truc qui me fout une grande baffe dans la gueule ... les petites histoires intimistes me vont très bien sur un petit écran. Pour le coup, la baffe est énorme. 
Le vrai problème que je trouve à ce film ne réside fondamentalement dans le scénario. Tu parlais des Huit Salopards à juste titre et qui illustre qu'on peut faire plus de 2H40 au cinéma sans rien raconter et pour autant prendre du plaisir. Le problème est qu'Inaritu en fait des tonnes, multipliant des plans certes magnifiques mais qui étirent le film inutilement d'autant qu'autant les scènes d'actions sont splendides, autant les passages oniriques se révèlent beaucoup moins maîtrisés, voire chiant. Il aurait pu enlever 20 à 30 minutes au montage sans que le film en souffre. 
Concernant, Leo, je serai bien incapable de dire quel est le meilleur rôle de sa carrière, toujours est-il qu'il nous montre une nouvelle facette de son talent, capable de s'imposer avec un de ses rôles les plus taiseux.

Bref, The Revenant, pas le film de l'année, mais dans les très bons et c'est déjà beaucoup.

Voir le profil de l'utilisateur

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum