Other Worlds - Le forum de The X Phil

Le cinéma est plus harmonieux que la vie, il n'y a pas d'embouteillages dans les films. Les films sont comme des trains qui filent dans la nuit (François Truffaut)


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La tête dans les étoiles - le topic de la SF en vrac

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 5 sur 6]

Norman Spinrad, le Marc Levy de la SF :-)

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ah oui, voilà, je cherchais à qui le comparer ! Shocked

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Terminé L'ETE DE L'INFINI, le recueil de Christopher Priest paru au Bélial cette année.
Comme d'hab' avec l'auteur, je serai moins dithyrambique que Cyrille Laughing. J'ai bien aimé globalement, certains nouvelles sont même à mon avis excellentes (La Tête et la Main, La Femme Dénudée, Les Effets du Deuil), et on retrouve bien tous les thèmes classiques de Priest. Mais il y a toujours quelque-chose qui me gêne chez lui, sans que j'arrive à déterminer exactement quoi. Ce qui est d'autant plus énervant : encore une fois, je ne vois pas pourquoi j'arrive pas à adhérer aux textes d'un auteur qui devrait normalement me trouer le cul à chaque livre !

Assez logiquement, du coup, ce qui m'a le plus intéressé, c'est l'essai Magie : Histoire d'un film, dans lequel il décrit le processus d'adaptation du Prestige par Nolan. Là, pour le coup, ça m'a bien saisi !

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Le texte sur le Prestige, je l'ai pas trop aimé parce que j'ai trouvé Priest pas très sympathique

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
C'est pas faux.
Bon, comme je trouve déjà pas Priest spécialement sympa, ça m'a pas gêné ! (et puis il se sert lui-même, après tout)

Au delà de ça, et en plus du côté "making of", il y a plein de réflexions bien vues sur un sujet qui revient souvent par ici : les différences de traitement entre 2 médiums et les problèmes d'adaptation qui y sont liés.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Oui, ça m'a interressé aussi, mais son petit nombril et ses histoires de fric, ça m'a un peu debecté

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
KIRINYAGA de Mike Resnick est en effet aussi bien que Cyrille le dit ici : http://blog.cyrille.free.fr/?p=817
D'autant que je l'ai lu dans une ancienne édition, qui n'a pas la "nouvelle bonus" apparemment pas très utile. Ce qui est clair, c'est que ça forme vraiment un tout cohérent - je n'ai pas eu l'impression de lire un fix-up mais un roman aux chapitres plus ou moins longs, décrivant le parcours du sorcier au sein de son monde utopique. De l'ascension à la chute.
Superbe réflexion sur l'utopie, la dictature, le poids des traditions; qui pose l'éternelle question "peut-on faire le bien d'un peuple contre son gré ?" (et sans tomber dans le despotisme).

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Autre fix-up déjà lu et chroniqué par Cyrillou : LUM'EN de Laurent Genefort.
Pas exceptionnel, mais bon bouquin de "pure SF" décrivant la vie d'une colonie planétaire, de sa création à sa disparition après le déclin. La capacité de "créateur de mondes" de Genefort n'est plus à prouver, et elle est toujours bien présente ici. à lire, pour passer un bon (et court) moment.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Un lien vers le financement participatif pour le dernier tome et la réédition des deux premiers de Bara Yogoï dont on ne m'a dit que du bien

http://www.dystopia.fr/financement/adar-retour-a-yirminadingrad

Pas mal de contreparties ajoutées aujourd'hui, certains en rapport avec les auteurs du recueil (le dernier tome est un recueil de nouvelles dans l'univers de départ écrites par d'autres auteurs). Vais peut être en profiter pour acheter par ce biais la horde du contrevent, dont on me dit tant de bien

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
En effet, La horde... a une réputation énorme dans le milieu SF.
Mais j'ai jamais réussi à m'y intéresser suffisamment pour tenter le coup - d'autant que c'est un gros pavé écrit petit et apparemment assez complexe. Du coup, faut être volontaire pour le lire... j'attendrai que ce soit le cas ! (ça devrait arriver un jour ou l'autre)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Cyrille a écrit:Un lien vers le financement participatif pour le dernier tome et la réédition des deux premiers de Bara Yogoï dont on ne m'a dit que du bien

http://www.dystopia.fr/financement/adar-retour-a-yirminadingrad

Pas mal de contreparties ajoutées aujourd'hui, certains en rapport avec les auteurs du recueil (le dernier tome est un recueil de nouvelles dans l'univers de départ écrites par d'autres auteurs). Vais peut être en profiter pour acheter par ce biais la horde du contrevent, dont on me dit tant de bien

Dernier jour aujourd'hui, le financement est atteint. Un gros tas de lecture à venir..

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Il me semblait en avoir parlé, mais non (ou alors je retrouve pas où)...

J'avais lu il y a quelques mois LES BRILLANTS de Marcus Sakey - livre paru en France en Série Noire, mais qui est plutôt de la SF. Une sorte d'uchronie située à notre époque, dans un monde qui a vu apparaître au milieu des années 80 les "Brillants du titre". à savoir, des gens au potentiel physique et intellectuel bien au dessus des capacités humaines "normales", qui représentent 1% de la population. Il est vrai que l'argument de base passe vite au second plan, au profit d'un récit très classique, inspiré du cinéma d'action américain. Sans être phénoménal, j'avais trouvé le livre très bon - dans le genre "pur divertissement", ça fait même partie du haut du panier.

J'ai donc sauté sur la suite parue début mars, UN MONDE MEILLEUR - fini ce midi.
Et c'est toujours très bien; ça va même encore plus vite et fort. Jusqu'à une fin apocalyptique sur un double cliffhanger, qui fait attendre de pied ferme le troisième volet. (même pas encore paru aux Etats-Unis, argh)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Juste à la fin de vacances durant lesquelles j'ai encore moins lu que d'habitude, j'ai enchaîné deux classiques de la SF, que je n'avais jamais lus (à ma grande honte) : RENDEZ-VOUS AVEC RAMA d'Arthur C. Clarke, et SOLARIS de Stanislas Lem.
Qui ont pas mal de points communs l'un avec l'autre, et pas seulement d'avoir mal vieilli Embarassed
Le côté nostalgique évoquant la lecture de vieux J'ai Lu pendant mes vacances d'ado ont permis de faire passer la pilule sans trop de difficulté.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Rendez vous avec Rama, je n'en ai pas un bon souvenir. Poussif et chiant.

Solaris, pas lu. Il y a un projet de recueil de romans de Lem chez Lunes d'encre, dont celui ci. Ce sera peut être l'occas (s'il sort un jour, je crois qu'il y a des problèmes de droits)

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Ouais, c'est clairement pas terrible, Rama - comme tous les Clarke, en fait. Ce mec n'était pas un écrivain, mais un scientifique qui voulait raconter des histoires.
(remarque, c'est aussi le cas de Carl Sagan, mais ses bouquins sont quand même mieux)

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
J'ai un bon souvenir des enfants d'Icare

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Lu à l'époque de mon "adolescense J'ai Lu", bon souvenir aussi.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
J'avais bien aimé Rama (surtout dans ces suites), tout comme la biblio de Clarke en général.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Beaucoup plus intéressant : INFINITES, recueil de nouvelles de Vandana Singh.

Une dizaine de nouvelles assez courtes (entre 20 et 30 pages), qui explorent une SF "à la Bradbury", donc poétique et souvent à la lisière du fantastique. Plus un très court (mais très intéressant, en à peine 5-6 pages) essai sur la fiction spéculative. Toutes de bonne voire très bonne qualité, même s'il y en a meilleures que d'autres (la nouvelle titre, Le Tétraèdre, La femme qui se croyait planète...) et une ou deux moins bien (Les lois de la conservation, les trois contes...).

L'intérêt est réhaussé par deux caractéristiques évidentes de l'auteure : c'est une femme, et elle est indienne. Là où on a plus l'habitude de lire de la SF écrite par des hommes américains (ou européens) blancs. Ce qui ajoute aux textes un angle et un ton différent, ainsi qu'un ancrage dans un pays qu'on n'a pas souvent l'occasion d'observer de si près (sauf chez Lelouch, évidemment ! Laughing).

Une belle réussite, à ajouter aux récents recueils de Ken Liu et Robert Charles Wilson. Qui permet de bien se remettre en selle niveau lecture, en cette rentrée.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Comme Cyrille - qui en parle dans son billet sur le livre : http://blog.cyrille.free.fr/?p=915 - je n'avais pas encore lu LA HORDE DU CONTREVENT d'Alain Damasio; un des livres de SF (français, en l'occurrence, mais sa réputation a dépassé nos frontière, et il ne souffre pas de la comparaison avec les anglo-saxons) le plus admirés de ces dernières années. Et, le billet du Cyrillou m'ayant incité à combler ce vide, je me suis attelé à la tâche rapidement.

Et, moi aussi, j'ai trouvé ça excellent.

Pas forcément pour le travail stylistique, qui tourne assez rapidement au procédé inutile. Le fait de raconter le récit sous les points de vue de chacun des membres de la Horde n'apporte finalement pas grand-chose. D'ailleurs, il n'y a que 5 ou 6 "voix" qui structurent le récit, les autres n'intervenant que très rarement; voire pour certains une seule phrase au moment de leur mort !
La numérotation des pages sous forme de décompte (commençant à la 701, en poche, et se terminant à la page zéro) colle au concept général du livre racontant l'histoire de gens qui remontent le courant du vent pour trouver son origine. Mais c'est un gadget.
Mais il est vrai que c'est très bien écrit, au delà de ça.

Et surtout, il y a une souffle, un parfum de grande aventure épique, qui souffle tout au long des 700 pages du roman. Les personnages sont très bien campés, et on s'attache très vite à eux. L'univers décrit par Damasio, qui gardera une grande partie de son mystère, est foisonnant et inventif. L'histoire pleine de rebondissement. Je ne me suis jamais ennuyé à la lecture, pourtant longue et ardue.
à 100 pages de la fin, je pressentais que ça allait se terminer en couille, et j'étais persuadé que j'allais refermer le livre avec une pointe de déception. De fait, la conclusion, qui fait très Dark Tower, est typiquement de celles qui n'expliquent rien et laissent un sentiment de frustration - sur le mode "le voyage compte plus que l'arrivée". Mais la toute dernière phrase en forme de twix finalement totalement logique, ravale l'amertume de cette fin (ouverte ? d'un mec qui ne savait pas comment finir ?).

Largement à la hauteur de sa réputation.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Oui, une fin très Dark Tower.

Sur les points de vue, je suis moins dur que toi, je trouve ça très fort.

En revanche, le décompte des pages... C'est totalement débile.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin
Le coup des points de vue, je trouve surtout ça artificiel - je pense qu'il aurait pu écrire le même livre sans ça (mais je me trompe peut-être). Je m'attendais à un truc qui structurerait vraiment la lecture en profondeur... Mais c'est bien foutu, c'est clair.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Phil


Admin
Lu UN PONT SUR LA BRUME de Kij Johnson, dernier paru dans la collection Une Heure Lumière, en même temps que le Ken Liu.
J'ai pas trouvé ça à la hauteur des dithyrambes que j'avais lues un peu partout. C'est juste très bien ! Un beau mélange poétique de fantasy et de SF, qui exploite à fond son argument de base.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org
Moi, ça m'a plutôt fait chier.

Voir le profil de l'utilisateur

Phil


Admin


STATION ELEVEN de l'auteure canadienne Emily Saint John Mandel est au cœur d'une mini polémique dans les milieux SF depuis sa sortie aux states. Qui s'est évidemment reportée chez nous lors de sa sortie en France. En gros, le débat habituel entre le "tenants du genre" et les "partisans à l'ouverture". Mandel serait coupable d'appartenir à un courant de la littérature blanche contemporaine, et de s'aventurer sur le terrain de la science-fiction apocalyptique, au mieux en amateure un peu légère, au pire en profiteuse cynique. On peut lire une énième version de cette discussion dans la critique du livre parue dans le dernier Bifrost, par exemple...

Mais faisons fi de tout ça - que donne vraiment la lecture du livre ?

Déjà, il est difficile de "faire fi", malgré tout. Parce que le livre sent clairement l'auteure qui s'aventure sur un terrain éloigné de son écriture habituelle. Ne serait-ce que dans le mélange de littérature blanche et de SF. Tout le début du livre, puis ensuite les nombreux flashbacks se situant avant l'épidémie ayant décimé quasiment toute la population mondiale, appartiennent clairement au registre de la littérature nord-américaine contemporaine. Tout comme la manière d'éclater le récit. Et, lié à ça, le côté un peu artificiel dont tous les personnages et éléments du récit se rejoignent finalement dans un grand tout.
Après, ça ne m'a pas gêné en soi, ces histoires de théâtre et de célébrité, ces personnages contemporains décrits dans le détail, etc. J'ai même pris autant de plaisir à la lecture de ces passages qu'aux parties du livre se situant dans le monde d'après l'épidémie.

Ce qui est plus gênant, c'est que Mandel raconte finalement des trucs qu'on connaît déjà, et qui sentent fortement le déjà vu, déjà lu, et plutôt 100 fois qu'une. En gros, si t'as lu Le Fléau de King et La Route de MacCarthy (voire Le Passage de Cronin, évoqué à un moment dans le livre), t'as pas besoin de te farcir cette onzième station. Et, normalement, si t'es amateur de SF, t'as lu ces bouquins, ça tombe mal pour Emily... Qui semble pourtant ne pas en être gêné; on voit bien qu'elle a l'impression de réinventer le genre à chaque page.

Reste, malgré tout, un bon livre, bien écrit (manquerait plus que ce ne soit pas le cas !) et qui se lit tout seul. J'ai même été surpris, finalement, qu'il y ait tant de pages se déroulant dans l'univers science-fictionnel du livre. Et, même si l'ensemble manque carrément d'originalité, le fait d'axer le discours du livre sur la perte de la mémoire et de l'histoire humaine après une catastrophe est plutôt bien vu.

Voir le profil de l'utilisateur http://thexphil.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 5 sur 6]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum